Spectacles et musiques du monde

A la une

PAUL LAY TRIO - Hommage à Bill Evans

Le jeudi 8 décembre 2022 à 21h30 à La Scala Paris

LÀ-BAS Chansons d’aller-retour

Création originale de Nathalie Joly : Un retour troublant sur la terre natale de l’autre côté de la Méditerranée du 26 novembre au 18 décembre 2022 au Théâtre du Soleil, à la Cartoucherie,

ZAKI CHAABI - AITA BIDAOUIA

Le 27 Novembre 2022 au Café de la danse à Paris

Festival du Film franco-arabe

Du 18 novembre au 1er décembre 2022 Au Cinéma Le Trianon, Romainville

Festival MARMOE 2022

Mois des ARts à MOntreuil pour l’Enfance du Mercredi 9 Novembre au Dimanche 4 Décembre 2022 à Montreuil - 93100

Festival Africolor 2022

du 18 Novembre au 24 Décembre 2022

AFRIQUATUORS

Le Mardi 29 novembre 2022 au Studio de l’Ermitage à Paris

Baiju BHATT

le 28 Novembre 2022 au Pan Piper Paris feat. Nguyen Le, Raphaëlle Brochet, Robinson Khoury

Amel Brahim-Djelloul

Les Chemins qui montent / Algérie, chants kabyles le 26 Novembre 2022 au Théatre de Caen / GRATUIT

Fred Wesley

Le Mardi 29 Novembre 2022 au New Morning à Paris

Myles Sanko

Le Jeudi 24 Novembre 2022 au New Morning à Paris

Biréli Lagrene

le 24 Novembre à Limoge (trio acoustique)

FLYING BACH

le 23 novembre 2022 aux Folies Bergère

OUMOU SANGARE

mercredi 30 nov 2022 à Paul B à Massy

Merzak ALLOUACHE

Cinéaste

2022

Merzak Allouache invité du Festival Panorama des cinémas du Maghreb

Lundi 21 mars : le Louxor Paris

21h00 DES FEMMES de Merzak Allouache / 1h30

Alors que le mouvement pacifique et déterminé du Hirak bat son plein et que l’espoir d’un changement politique profond souffle sur l’Algérie, des femmes prennent la parole et conjuguent le féminin et le féminisme au passé, présent et futur.


Vendredi 25 mars : le Louxor Paris

20h00 PAYSAGES D’AUTOMNE de Merzak Allouache / 1h43

Mostaganem, 2019. En quelques semaines, cinq adolescentes sont retrouvées mortes sur la plage. Les corps portent tous les mêmes marques de violence. Comment expliquer ces meurtres en série ? Mobilisant ses indics et un ami flic, Houria, journaliste chevronnée, mène l’enquête. Et malgré les pressions faites pour qu’elle abandonne, la jeune femme se montre pugnace. Mais son choix de poursuivre son investigation à tout prix ne sera pas sans conséquences.





Merzak Allouache est né en 1944 à Notre Dame d’Afrique, quartier calme et populaire perché au-dessus de Bab el Oued, à Alger.

Son père était employé dans les Tramways algérois et sa mère couturière. Merzak Allouache commence ses études de cinéma en 1964, à l’Institut National du Cinéma, créé à Alger après l’indépendance.

Il y réalise LE VOLEUR, son film diplôme, puis PENSÉE INTIME, un court métrage indépendant.

L’Institut, dirigé par des cinéastes polonais coopérants, dispense un enseignement cinématographique large et moderne, mais délaissé par les autorités, il ferme rapidement ses portes.

Suite à cela, en 1967, quelques élèves persévèrent et sont admis, après examen, à l’IDHEC de Paris (aujourd’hui, La Fémis), dans un programme spécial. Allouache en fait partie et tourne CROISEMENT, un court métrage en 35 mm.

De retour en Algérie, il est intégré quelques mois à l’Office des Actualités Algériennes puis en est renvoyé, ainsi que ses collègues issus de la promotion de l’Institut du Cinéma (unique promotion), après avoir signé une pétition exigeant une véritable intégration et la possibilité de réaliser des reportages pour l’Office.

Merzak Allouache reste ainsi plusieurs années à Paris et s’inscrit à l’École Pratiques des Hautes Études où il suit le cursus « Analyse de documents cinématographiques du 20e siècle » animé par Marc Ferro. Il retourne en Algérie en 1973 et travaille à l’organisation des campagnes de CinéBus qui diffusent des films dans les campagnes en soutien à la Révolution agraire.

Il réalise, dans la foulée, un documentaire intitulé NOUS ET LA RÉVOLUTION AGRAIRE. En 1974, il coréalise pour l’ONCIC, TIPASA L’ANCIENNE, un documentaire sur le site de vestiges romains de Tipasa, en coproduction avec FR3 Marseille.

Avant de rejoindre l’ONCIC en qualité de réalisateur en 1975, il est assistant réalisateur sur Le Vent du Sud, réalisé par Mohamed Slim Riad.

Dès 1976, Allouache acquiert une renommée nationale et internationale en réalisant son premier long métrage OMAR GATLATO.

Le film rencontre, en effet, un immense succès lors de sa sortie en salle dans toutes les villes d’Algérie. Sélectionné par la Semaine de la Critique du festival de Cannes et Médaille d’argent au Festival de Moscou, le film est par la suite distribué dans les salles françaises où il est vu par plus de 100 000 spectateurs.

En 1978, Allouache tourne son deuxième long métrage LES AVENTURES D’UN HÉROS, sélectionné par le festival de Berlin et récompensé du Tanit d’or au Festival de Carthage, puis L’HOMME QUI REGARDAIT LES FENÊTRES, en 1982.

Ces deux films ne rencontrent cependant pas le public algérien et sont conspués par certains journalistes.

Constatant la déliquescence de la cinématographie et la désertion des salles (leur fermeture se produira quelques années plus tard), Merzak Allouache part de nouveau en France.

Pour TF1, il écrira le scénario PARLEZ APRÈS LE SIGNAL SONORE. Puis, en 1987, il réalisera UN AMOUR À PARIS, une comédie romantique qui sera présentée dans la section Perspectives du Cinéma français au festival de Cannes, et obtiendra le prix Perspectives du Cinéma Français.

Il revient en Algérie à l’été 1988, à la veille des Émeutes d’octobre. Muni d’un Camescope V8 (première génération de caméras vidéo), il filme alors les bouleversements politiques et enregistre de nombreux entretiens qui seront regroupés dans trois documentaires : L’APRÈS OCTOBRE, FEMMES EN MOUVEMENT (diffusés par la Cinémathèque algérienne et des associations) ainsi que VIE ET MORT DES JOURNALISTES ALGÉRIENS diffusé par ARTE.

Il réalise, en 1989 et pendant six mois, LA BOÎTE À CHIQUE, une émission satirique mensuelle diffusée par la Télévision algérienne. Puis il intègre le Conseil National de l’Audiovisuel, une structure chargée de la réforme de la cinématographie, alors que le ministère de la Culture est dissout.

En 1992, il réalise pour la BBC OUR WAR, VOICES OF RAMADHAN, un documentaire dans lequel les protagonistes commentent la Première Guerre du Golfe et parlent de la montée de l’intégrisme dans les pays arabes.

Alors que l’Algérie sombre dans la violence, Allouache réalise in extremis BAB EL OUED CITY, long métrage de fiction présenté dans la section Un Certain Regard, au Festival de Cannes ainsi que dans de nombreux festivals.

En 1993, pour des raisons de sécurité, Merzak Allouache est de nouveau contraint de quitter l’Algérie. Il réalise alors, à Paris, SALUT COUSIN, une comédie réaliste sélectionnée par la Quinzaine des Réalisateurs du festival de Cannes 1996, et récompensée du Tanit d’or au festival de Carthage.

Il enchaîne ensuite téléfilms et documentaires : JOURS TRANQUILLES EN KABYLIE (documentaire ARTE), À BICYCLETTE (téléfilm France 2), LA SOLITUDE DU MANAGER (série ARTE), ALGER BEYROUTH, POUR MÉMOIRE (téléfilm ARTE), VIE ET MORT DES JOURNALISTES ALGÉRIENS (documentaire ARTE)…

Allouache retourne en Algérie en 1999 et, dès lors, alterne productions et coproductions entre l’Algérie et la France où il réside désormais.

L’AUTRE MONDE tourné dans le Sud algérien, CHOUCHOU tourné à Paris - et qui enregistrera 4 millions d’entrées en France -, BAB EL WEB tourné entre Paris et Alger, TAMANRASSET téléfilm ARTE tourné au Maroc, HARRAGAS tourné entre Mostaganem et Sète, TATA BAKHTA téléfilm France 2 tourné à Sète, LA BAIE D’ALGER téléfilm France 2 tourné entre La Ciotat et Paris…

Les films se suivent et sont tous empreints d’un humour, d’une tendresse mais également d’un regard honnête et sincère sur les liens inextricables qui existent entre les sociétés algérienne et française.

De 2009 et 2011, Allouache réalise NORMAL, un film artisanal et autoproduit, qui marque un tournant dans sa conception des tournages.

Ses films suivants seront réalisés à l’économie et dans une « dynamique de l’urgence » : équipe technique réduite et tournage en moins de trois semaines. Les films qui en ressortent sont réalistes, secs, directs et bouleversants.

C’est ainsi qu’il réalise LE REPENTI, sélectionné par la Quinzaine des Réalisateurs du festival de Cannes 2012, puis LES TERRASSES sélectionné par la Mostra de Venise 2013.

En 2015, MADAME COURAGE, qui suit le quotidien d’un adolescent junkie dans la ville de Mostaganem, est sélectionné par la Mostra de Venise.

En 2016, Allouache produit un documentaire fictionné d’envergure : ENQUÊTE AU PARADIS, dans lequel il sillonne l’Algérie pour questionner les gens de la rue, les artistes et intellectuels sur le concept du paradis.

Ce film sera sélectionné et primé au Festival de Berlin après avoir remporté le FIPA d’Or au très réputé Festival International des Programmes Audiovisuels de Biarritz.

En 2017, VENT DIVIN, tourné dans le grand Sud algérien, est sélectionné par le festival de Toronto (TIFF) où l’image en noir et blanc et le traitement juste d’un sujet aride sont salués pour leur qualité.

Tourné en 2019, PAYSAGES D’AUTOMNE, film noir qui suit une journaliste dans une enquête inquiétante, décroche le Prix du Public au Festival du Film Engagé d’Alger.

Allouache travaille actuellement sur deux projets : DES FEMMES, un documentaire tourné au début du Hirak et LA FAMILLE, une fiction.


LES TERRASSES (Algérie/France-2013)

avec : Adila Bendimerad, Nassima Belmihoub, Ahcene Benzerari, Aïssa Chouat, Mourad Khen, Myriam Ait El Hadj

Alger. Une ville surpeuplée, avec ses embouteillages incessants, sa foule chaotique, ses immeubles délabrés, ses appartements décrépis où s’entassent et survivent les familles...

Dans cette ville qui étouffe, les terrasses, progressivement transformées en lieux d’habitation, sont, elles aussi, devenues au fil du temps des lieux d’effervescence où se croisent sourires et douleurs, vie et mort.

La Casbah, Bab el Oued, Belcourt, Notre-Dame d’Afrique, Telemly.

Cinq quartiers historiques de la capitale algérienne.

Cinq terrasses superbement ouvertes sur la ville, la baie, la mer, l’horizon lointain.

Cinq histoires indépendantes les unes des autres, qui s’enchevêtrent et se bousculent le temps d’une journée.

De l’aube à la nuit, au rythme des cinq appels à la prière provenant des nombreuses mosquées de la ville.


Filmographie

2021 La Famille

Titre original : El-aayla
Titre anglais : The family
Réalisation : Merzak Allouache
Scénario : Merzak Allouache, Bahia Allouache
Genre : Fiction
Casting : Hamida Aït el-Hadj, Abderrahmane Ikariouane, Nacer-eddine Djoudi, Nardjes Asli, Adlane Djemil, Meriem Amiar, Khaled Benaïssa, Mohamed Bendaoud...
Durée : 95 minutes
Année de production : 2021

Synopsis : Alger 2019. Alors que le Hirak bat son plein et que l’espoir d’un changement politique profond souffle sur l’Algérie, Merouane, ancien ministre corrompu, et Khadidja, son exubérante épouse, n’ont qu’une idée en tête : revendre leurs nombreux biens mal acquis et quitter le pays avec leur fille Sarah, avant que la justice ne les rattrape. Mais dans l’urgence et la panique de ce départ forcé, chaque membre de la famille s’affirme et les antagonismes se multiplient. Les liens forts qui soudent la famille résisteront-ils ?


2017 Enquête au paradis

2015 Madame Courage

2013 LES TERRASSES

2012 Le repenti

2011 Normal !

2009 Harragas

2005 Bab el web

2003 Chouchou

2001 L’autre monde

1996 Salut cousin !

1994 Bab El Oued City

1989 L’après-Octobre (documentary)

1987 Un amour à Paris

1986 L’homme qui regardait les fenêtres

1979 Mughamarat batal

1977 Omar Gatlato




Spectacles et Musiques du Monde est un site de promotion des arts, spectacles, concerts et musiques du Monde. Nous vous proposons régulièrement des invitations gratuites à gagner sur notre site pour de nombreux concerts et spectacles.

Spectacles et musiques du monde - www.musiquesdumonde.fr © 2006-2022 Tous droits réservés

Nous contacter | Conception, Réalisation et Hébergement : Ziofix

Page d'accueil | ARTISTES | AGENDA 2022 | AGENDA 2023 | EVENEMENTS | REPORTAGES | CD-DVD-FILM | LIVRES | CONTACTS | ARCHIVES