Spectacles et musiques du monde

A la une

DOOLIN’

En concert en Aout 2017

Souad ASLA

Souad ASLA & Hasna El BECHARIA en concert le samedi 19 Aout 2017 au Hadra Féminine et Musiques de Transe à Essaouira - Maroc

HASNA EL BECHARIA

Samedi 19 Aout 2017 au Hadra Féminine et Musiques de Transe à Essaouira - Maroc

ZIARA

Spectacle "ZIARA" de Sami Lajmi en tournée 2017

DJMAWI AFRICA

le Dimanche 27 Aout 2017 au festival Rock en Seine , au DOMAINE NATIONAL DE SAINT-CLOUD / PARIS - FRANCE

Massilia Sound System

En concert en Septembre 2017

EMEL MATHLOUTHI

En concert en Août 2017

SOUAD MASSI

En concert en Aout 2017

Pat Thomas

En concert en Aout 2017

AMADOU ET MARIAM

En concert en Septembre 2017

Afrikana Soul Sister

En concert en Aout 2017

ANOUSHKA SHANKAR

En concert en Aout 2017

Naïssam Jalal

En concert en Aout 2017

SALIF KEITA

LA NUIT DU MALI à Bercy le samedi 23 Septembre 2017

Rocio Marquez

Le 23 Septembre au Festival d’Ambronay (avec Fahmi Alqhai)

Mokobe

le Samedi 23 Septembre 2017 à Bercy , dans le cadre de " La Nuit du Mali"

HAÏDOUTI ORKESTAR

en concert en Aout 2017

JACOB DESVARIEUX

En concert en Aout 2017

African Salsa Orchestra

en concert en Aout 2017

Leyla McCalla

en concert en Aout 2017

TINARIWEN

en concert en Aout 2017

Raghunath Manet

concert

2016

Samedi 5 Novembre 2016 à l’ Institut du monde arabe ( IMA)

Raghunath Manet et Hafida Chader


Raghunath Manet décoré des insignes d’Officier de l’Ordre des Arts et des Lettres par
Madame Ségolène Royal , Ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie en présence de Dr Mohan Kumar Ambassadeur de l’Inde à Paris le 24 Septembre 2015




Reportage © Salah Mansouri :Soirée à l’Ambassade de l’Inde

26 septembre 2013 , Soirée autour de Raghunath Manet et de ses dernières œuvres à l’Ambassade de l’Inde , en présence de
M. Arun K. Singh, Ambassadeur de l’Inde , Véronique Jannot, du mannequin Satya Oblet , Avtarjeet Singh Dhanjal....

VOIR LA VIDEO :






© Salah Mansouri


Shiva et ses 7 Danses

Le nouvel ouvrage « Shiva et ses 7 danses » de Raghunath, est préfacé par Jean-Claude Carrière. Auteur de ce quatrième ouvrage, Raghunath Manet nous fait découvrir une facette méconnue de la culture indienne, la danse masculine.

Pour en parler, il fait appel à Shiva et ses danses. Shiva, créateur de l’Univers, est connu pour être le Roi de la danse qui influença notamment Rodin.

Raghunath Manet décrit les cinq fonctions fondamentales de Shiva (Création, Conservation, Destruction, Purification, Grâce) et ses sept danses. On comprend mieux ainsi la relation indissociable entre Shiva et la danse.

Jean-Claude Carrière dit :
En Inde, la tâche du musicien et du danseur est difficile, car il doit en même temps respecter le plus étroitement possible la tradition, qui est complexe, et laisser sa personnalité s’épanouir, c’est-à-dire improviser. Il lui est impossible de tricher, ou de se contenter d’un à-peu-près. Et Raghunath Manet, instrumentiste et danseur, chorégraphe, chef d’école, voyageur infatigable, est sans doute le guide idéal pour nous emmener dans les subtilités de ce voyage initiatique.

Danse of Shiva
1er Film documentaire de Didier Bellocq & Raghunath Manet
sur la danse et la philosophie de Shiva

Le sujet du film est Shiva « Nataraja », dieu danseur qui crée le monde par sa danse. Raghunath œuvre pour faire connaître et retransmettre la danse cosmique de Shiva, philosophie qui aide l’humain à devenir son propre maître.

Raghunath Manet
Rares sont les artistes qui mènent de front avec maestria une carrière de danseur et de musicien. Raghunath Manet, Pondichéry, en est l’un d’eux.
Il est considéré comme l’un des plus grands artistes indiens (danseur/chorégraphe-musicien-compositeur et joueur de veena, luth ancestral de plusieurs millénaires).
Il a collaboré avec les artistes Dr. Balamuralikrishna et les Jazz men Didier Lockwood, Michel Portal, Richard Galliano et Archie Shepp.
En tant qu’acteur, il a joué avec Jean-Pierre Léaud et Chiarra Mastroianni. Il continue à jouer également dans le cinéma indien. Il vient de réaliser son premier film documentaire avec Mr Didier Bellocq.
Dr. Balamurali Krishna, le plus grand chanteur de l’Inde, dit :
« Sri Raghunath Manet est un grand joueur de veena. C’est un artiste de grand calibre, aux talents extraordinaires. Il maîtrise toutes les subtilités que requiert cet instrument. Incontestablement, Raghunath Manet est le chef de file de la nouvelle génération ».


Amar Chaoui , Raghunath Manet et Jasser Haj Youssef

© Salah Mansouri


MERCREDT 23, JEU 24,VEN 25 ET SAM 26 JANVTER 2013 à 20h30 :

l’Institut du Monde Arabe

MUGHUL INDIA AVEC RAGHUNATH MANET

avec Raghunath Manet

Invité d’honneur  : Jasser Haj Youssef

Institut du monde arabe

1, rue des Fossés Saint-Bernard Place Mohammed V

75236 PARIS CEDEX 05


Spectacle partenaire, vous aurez quelques invitations...à suivre..


Interview Didier LOCKWOOD & Raghunat MANET - Festival les escales de Saint-Nazaire 2012

VOIR LA VIDEO :


En Inde, la danse et la musique sont au service des dieux. Les compositions chantent la gloire des rois, des dieux et des héros.

Dans la cour des rois, les musiciens se rencontrent et s’échangent et mélangent leurs trésors respectifs.

Raghunet Manet est resté fidèle à cette précieuse tradition, en multipliant les rencontres et les expériences fusionnelles.

Ce fut le cas, entre autres, avec Didier Lockwood, Michel Portal, Archie Shepp ou Carolyn Carlson.et ça l’est, cette fois, avec le fabuleux violoniste tunisien, Jasser Haj Youssef.

Loin des tendances « folklorisantes », le style de ces deux musiciens, issus d’horizons différents, s’inscrit dans une esthétique de musique où prime le croisement des genres traditionnels.

Le répertoire du spectacle est composé de morceaux festifs, de chants dévotionnels, ainsi que de la danse extrêmement rythmée dans laquelle Raghunath exprime toutes leurs qualités de maîtrise des techniques du bharata nåtyam, danse de l’Inde du sud, d’ordinaire jouée exclusivement par des femmes, avec un sens du rythme exceptionnel et un bonheur de danser très communicatif.

Manet fait résonner le son de ses grelots attachés aux chevilles au son du violon de Jasser et les cadences sophistiquées du percussionniste indien Murugan. Avec beaucoup de grâce dans la gestuelle, il nous dévoile tout un patrimoine de la période Taj Mahal : des danses somptueuses et des compositions lyriques.

Il recrée et réactualise cet art millénaire de danse sacrée qui a tant fasciné les rois moghols. Rares sont les artistes qui mènent de front avec maestria une carrière de danseur et de musicien (il maîtrise excellemment la veena, luth ancien du sud de l’Inde). Raghunath Manet en est l’un d’eux.

Originaire de Pondichéry, il est tenu pour l’un des plus grands artistes indiens au monde.

Au zénith de son art, ce maître de sensualité et de précision interprète le Bharata Najam, Couronné par la critique indienne, cet ambassadeur des arts traditionnels incarne à lui seul la forme masculine de cette danse en rappelant qu’à l’origine, le Dieu Shiva est le premier danseur, le Roi de la danse.


Reportage aux escales saint Saint-Nazaire - Salah Mansouri


biographie officielle

Raghunath Manet

Sacré meilleur danseur de l’Inde

Rares sont les artistes qui mènent de front avec maestria une carrière de danseur et de musicien. Raghunath Manet en est l’un d’eux.
Couronné par la critique indienne, Raghunath Manet représente à lui seul la forme masculine du Bharata Natyam, danse classique de l’Inde du Sud. Il est l’un des rares danseurs "homme" à perpétuer la tradition tandava (expression virile de Shiva, le Dieu danseur). Pour Raghunath, il s’agit non seulement de contribuer à la sauvegarde d’une tradition, mais aussi d’enrichir le répertoire en explorant de nouvelles formes d’expression.Dr. Balamurali Krishna, le plus grand chanteur de l’Inde, dit de lui : « Sri Raghunath Manet est un grand joueur de veena et un merveilleux danseur de bharata-nâtyam. C’est un artiste de grand calibre, aux talents extraordinaires. Il maîtrise toutes les subtilités que requiert l’art indien. Incontestablement, Raghunath Manet est le chef de file de la nouvelle génération ».
Danseur, chorégraphe, musicien, compositeur, chanteur, Raghunath Manet est tout cela à la fois. Fils spirituel de Ram Gopal, Raghunath est considéré comme l’un des plus grands artistes indiens. Il est apprécié pour avoir innové et introduit pour la première fois la notion de chorégraphie dans le bharata-nâtyam.
S’il fascine autant, c’est parce qu’en plus d’être un danseur et un chorégraphe exceptionnel, il est un compositeur et un musicien reconnu avec une quinzaine de disques à son répertoire et 3 DVD des spectacles Pondichery, Omkara et Bollywood Ballet. Couronné par la critique indienne, Raghunath représente à lui seul la forme masculine du Bharata Natyam, danse classique de l’Inde du Sud.

Raghunath Manet se produit sur des plateaux internationaux (Opéra–Bastille, Shakespeare Globe de Londres, Théâtre Olympico de Rome...) et compte de prestigieuses collaborations avec Michel Portal, Didier Lockwood ou Carolyn Carlson.

Originaire de Pondichéry (ancien comptoir français de l’Inde), cet ambassadeur des arts traditionnels est l’un des meilleurs représentants du bharata natyam (danse classique de l’Inde du sud) et de la veena (luth très ancien de la même région) ; en 1995 il obtient la médaille d’Or en musique et en danse de l’Académie de Madras.

Alors que la danse féminine de l’Inde est assez bien connue en Occident, la danse masculine est restée oubliée depuis Ram Gopal, ce légendaire danseur dans les bras duquel a pleuré Nijinsky et qui a dansé vers 1950 au Théâtre des Champs Elysées. Raghunath réhabilite cette danse d’homme en rappelant qu’à l’origine, le dieu Shiva est le premier danseur, le Roi de la danse, et que, dans le passé, beaucoup d’hommes dansaient dans les temples. C’est à cette continuité que s’attache Raghunath. Il a reçu son enseignement de maîtres masculins et se trouve ainsi le dépositaire des plus grands maîtres de l’Inde tels que : M.S. Nathan du temple de Villenour, à Pondichéry ; et le dépositaire de Ram Gopal lui-même, qui lui a dédié sa chorégraphie de l’aigle Garuda. C’est ainsi que Raghunath peut interpréter des formes de danse encore inconnues aujourd’hui en Occident mais déjà décrites dans le Sillappadikâram de l’ermite royal Ilango Adigal, écrit au IIe siècle ; ce traité donne le plus de détails sur la musique vocale et instrumentale ainsi que sur la danse qui étaient pratiquées par les Tamouls (Dravidiens, premiers habitants de l’Inde). L’un des chapitres précise les caractéristiques nécessaires pour devenir un grand maître de danse : celui-ci doit être à la fois musicien (savoir chanter, jouer d’un instrument), être expert en rythme et en danse.

La danse de Raghunath reprend les spécificités du bharata natyam exigées dans le traîté du Sillappadikâram : danse à la fois très symétrique et arrondie, linéaire, réfléchie et chorégraphiée. Il reprend aussi les postures des statues, des bas-reliefs des temples de Shiva. Il innove en particulier par ses créations de chorégraphies tout à fait personnelles, à partir de la codification traditionnelle.

En 2000, Raghunath crée à l’amphithéâtre de l’Opéra-Bastille, Chidambaram joué à guichets fermés puis repris sur les grands plateaux internationaux (Shakespeare Globe de Londres, Théâtre Olympico de Rome, Festival International de Madras...), aux États-Unis, en Afrique, en Australie et les grands festivals d’Asie (Hongkong, Singapore, Inde…).

En 2001, il crée et enregistre le spectacle Omkara, avec le violoniste Didier Lockwood à Monaco dans le cadre des Awards Nijinsky de la danse.

En 2003, Raghunath crée le spectacle Pondichéry avec Indra Rajan, dernière bayadère de l’Inde à avoir réellement effectué les rituels dans les temples. Ce spectacle fait actuellementle tour du monde.

En 2004, Raghunath sort chez Mk2, son album Karnatik avec Dr Balamurali Krishna, la grande voix de L’Inde

En 2005, Raghunath crée le spectacle Bollywood ballet au festival d’Avignon. il sort un CD et DVD du même spectacle

En 2006, il présente un duo avec Carolyn Carlson dans le cadre de Lille 3000 au Colysée de Roubaix.

En 2007, il présente en Bretagne la création Tri mûrti avec le génie français Michel Portal

En 2008, deux nouvelles créations rejoignent l’œuvre de Raghunath : Tanjore, créé lors du festival d’Avignon 2008 et Taj Mahal, pour une série de cinq représentations spéciales à l’Institut du Monde Arabe de Paris en décembre.

En 2009, il se produit à l’Auditorium de Lyon pour une création exceptionnelle avec Archie Shepp.

sources :http://www.accesconcert.com/



Spectacles et Musiques du Monde est un site de promotion des arts, spectacles, concerts et musiques du Monde. Nous vous proposons régulièrement des invitations gratuites à gagner sur notre site pour de nombreux concerts et spectacles.

Spectacles et musiques du monde - www.musiquesdumonde.fr © 2006-2017 Tous droits réservés

Nous contacter | Conception, Réalisation et Hébergement : Ziofix

Page d'accueil | ARTISTES | AGENDA 2017 | AGENDA 2018 | EVENEMENTS | REPORTAGES | SORTIES CD-DVD | SORTIES LIVRES | Contacts | ARCHIVES