Spectacles et musiques du monde

A la une

DOOLIN’

En concert en Aout 2017

Souad ASLA

Souad ASLA & Hasna El BECHARIA en concert le samedi 19 Aout 2017 au Hadra Féminine et Musiques de Transe à Essaouira - Maroc

HASNA EL BECHARIA

Samedi 19 Aout 2017 au Hadra Féminine et Musiques de Transe à Essaouira - Maroc

ZIARA

Spectacle "ZIARA" de Sami Lajmi en tournée 2017

DJMAWI AFRICA

le Dimanche 27 Aout 2017 au festival Rock en Seine , au DOMAINE NATIONAL DE SAINT-CLOUD / PARIS - FRANCE

Massilia Sound System

En concert en Septembre 2017

EMEL MATHLOUTHI

En concert en Août 2017

SOUAD MASSI

En concert en Aout 2017

Pat Thomas

En concert en Aout 2017

AMADOU ET MARIAM

En concert en Septembre 2017

Afrikana Soul Sister

En concert en Aout 2017

ANOUSHKA SHANKAR

En concert en Aout 2017

Naïssam Jalal

En concert en Aout 2017

SALIF KEITA

LA NUIT DU MALI à Bercy le samedi 23 Septembre 2017

Rocio Marquez

Le 23 Septembre au Festival d’Ambronay (avec Fahmi Alqhai)

Mokobe

le Samedi 23 Septembre 2017 à Bercy , dans le cadre de " La Nuit du Mali"

HAÏDOUTI ORKESTAR

en concert en Aout 2017

JACOB DESVARIEUX

En concert en Aout 2017

African Salsa Orchestra

en concert en Aout 2017

Leyla McCalla

en concert en Aout 2017

TINARIWEN

en concert en Aout 2017

LES ESCALES SAINT NAZAIRE 2011 - PATRICE BULTING

Interview en exclusivité

PATRICE BULTING Directeur du festival LES ESCALES SAINT NAZAIRE

"...Ce qui m�intéresse c�est la musique dans sa résonance actuelle au sein de son environnement d�origine, sa réalité sociale et culturelle�c�est pourquoi il n�y a pas de distinction pour moi entre musiques dites « traditionnelles « et musiques « actuelles »�toutes les musique vivantes qui sont au monde m�intéressent�"

TOUR DU MONDE 100 ESCALES

Interview en exclusivité pour MUSIQUESDUMONDE.FR

Salah Mansouri : En 18 ans vous avez fait presque le tour du monde en musique ? Quelles sont les régions, pays, styles musicaux, artistes que vous n’avez pas (réussi ou trouvé) à programmer ?

Patrice Bulting : En 20 ans (car il y eu 2 éditions en préfiguration) j�ai visité pas mal de pays et dans chacun d�entre eux j�ai trouvé une grande et rare richesse musicale que je n�imaginais pas�et pour cause rien ne vaut une prospection in situ, c�est l�une des particularités de mon festival, je ne me contente pas de ce que les réseaux de diffusion français proposent et les grands canaux d�informations européens dispensent, je vais sur place écouter la réalité musicale du temps présent.

Ainsi évitons nous les autoroutes musicales, la carte postale sonore et les sonorités travaillés et mixés à l�aune des standards pour les oreilles d�auditeurs formatés, je plaisante un peu�mais il y à de ça�

Ce qui m�intéresse c�est la musique dans sa résonance actuelle au sein de son environnement d�origine, sa réalité sociale et culturelle�c�est pourquoi il n�y a pas de distinction pour moi entre musiques dites « traditionnelles « et musiques « actuelles »�toutes les musique vivantes qui sont au monde m�intéressent�.

Mes regrets ne concernent que l�Arabie Saoudite où je n�ai pu aboutir sur l�invitation lancée à Rabeh SAQR compositeur très talentueux. Et renommé au dans les pays du Golfe.

Mon autre regret est de n�avoir pu aboutir pour une invitation, la grande et magnifique libanaise FAIROUZ lorsque j�étais à Beyrouth en prospection.

sm : Vous êtes un des seuls festivals à annoncer 1 an à l’avance une "thématique" une destination, pourquoi ce choix ? Et comment est venu cette idée..?

Effectivement depuis 18 ans, j�annonce la couleur musicale que j�envisage 9 mois à l�avance ( le temps d�une bonne gestation) , je pense qu�une thématique apporte davantage de sens dans la recherche et l�offre artistique, c�est un travail plus exigeant mais amène une plus value artistique essentielle : un panel de musiques entre reconnues, légitimées, découvertes et émergences�La thématique offre aussi un champ des possibles plus ouvert et répond en écho au nomadisme des musiques : le thème intitulé « TERRES PROMISES » en a été un bel exemple, il illustrait l�universalité �.

sm : C’est la première fois que vous programmez sur 2 éditions ? Programme trop riche ou difficulté de choisir ?

Oui, il serait prétentieux que d�affirmer vouloir couvrir une thématique aussi riche en une seule édition ; il faut de toutes façons opérer des choix, mais il convient d�avoir suffisamment d�espaces d�invitations, le thème Transes-atlantiques a considéré dans sa première édition davantage l�atlantique Nord, le rapport entre l�Europe et le nouveau monde avec un focus sur New York�Ici à Saint-Nazaire compte tenu de la grande histoire ( ou légende) des transatlantiques, le propos a été très bien accueilli puisque nous avons dû jouer à guichets fermés.
Pour cette année il s�agit de l�Atlantique sud et d�interroger l�Afrique et l�Amérique du sud essentiellement. Les choix sont là mais je crois que nous avons une bonne représentativité des musiques d�aujourd�hui.

sm : Avec tous ces « voyages » en musiques qu�est ce qui a changé dans votre écoute, comment on se fabrique « une oreille » ? Dans votre manière d�aborder une programmation, anticiper sur un genre, un style nouveau ou savoir revenir à une tradition ? Comment faire l�équilibre ?

C�est vital : L�oreille doit oublier tous les clichés sonores qu�elle connaît déjà et s�immerger dans un univers immense et inconnu à chaque édition. C�est passionnant et exigeant mais j�aime la formule de RKK : les musiques sont une gourmandise�il convient d�être insatiable, curieux, mobile, ouverts à tous les sons de ta terre�Comme dans beaucoup de domaines , les musiques se réinventent au fil du temps, mais elles prennent racines dans une tradition ou une mémoire collective�c�est le fil d�Ariane qu�il faut suivre�.l�équilibre se trouve dans des singularités musicales d�intelligence�elles n�ont pas d�âge�On le trouve dans les premiers instruments à percussions ou a cordes comme sur le High Tech électro�les sons et la musique réclament toujours une intelligence, une sensibilité, un talent�cela de tous temps et sous toutes les latitudes.

sm : Une démarche pédagogique dans votre programmation ?

Oui : Les artistes eux-mêmes et la présentation de leur travail, l�exercice de leur art : il est par définition en jeu de communication avec le public, c�est déjà une très bonne pédagogie du spectacle vivant. On peut bien sûr donner quelques clefs, mais il faut faire confiance à l�oreille du public�Des actions spécifiques sont également entreprises en amont du Festival en direction de publics spécifiques et en action culturelle.

sm : On ne connaît peu ou presque rien de votre parcours.

Celui là n�a pas beaucoup d�importance, je ne suis qu�un passeur, donner du plaisir aux oreilles est un plaisir et je m�y retrouve bien, ce qui compte c�est l�artiste : il est au centre, ce qu�il nous dit est essentiel ; mon rôle est de lui faciliter l�accès à une audience ou encore ouvrir la voix pour que son chant ou sa musique soient diffusés. Trouver les moyens pour qu�il déploie son talent et puisse librement circuler, c�est parfois une route semée d�obstacles ou un combat mais croyez moi ça en vaut la peine.

sm : Comment êtes vous venus à la musique et plus précisément à la programmation ?

Je suis tombé dedans tout petit, militant d�éducation populaire, animateur, programmateur puis directeur de Centre Culturel. Adolescent, je fréquentais assidument le festival des Arts Traditionnels à Rennes, son directeur était Chérif KHAZNADAR qui est devenu plus tard directeur de la maison de la Culture du Monde. Voila 30 ans que je suis à la man�uvre !

sm : avant de programmer vous allez sur le terrain, voir, entendre � (aventure en Algérie pour le raï�) histoires, anecdotes�

Les prospections dans certains pays sont plus épiques que d�autres�.elles nourrissent de véritables aventures dont la narration se fera un jour ou l�autre�Les lieux de musique ne sont pas des salons mais des lieux d�effervescences de vie parfois invraisemblables�

La musique prend ses sources souvent dans les quartiers pauvres des grandes ou petites villes, elles sont les musiques de l�âme, celles de la vie au quotidien�ce sont des chants d�espoir ou de désespoirs. Les musiques façonnent, traduisent des identités, un territoire, une culture, un parcours de vie, un état, une histoire, petite ou grande�

La prospection à Oran était importante à mes yeux car quand je l�ai réalisé, l�actualité de la musique Raï n�avait pas été interrogés depuis 8 ans, cela avait considérablement évolué j�ai invité 50 artistes et musiciens pour en témoigner.

Chacune des prospections m�a apporté énormément musicalement et humainement, je garderai toujours le souvenir des musiciens d�Haïti se rendant de nuit chez un ami où j�étais assigné à résidence durant le couvre feu à Port au Prince, ils avaient fait ce parcours en évitant les tontons Macoute pour pouvoir faire entendre leur musique et être invités, ce fut une nuit sans pareille !

La musique est aussi une arme contre l�oppression�

Sm : quelques chiffres, que représente le festival, budget�

18 ans d�âge, entre 25 000 et 35 000 visiteurs payants. Les enfants de moins de 12 ans ne payent pas de droit d�entrée. Ils sont nos invités. 1000 bénévoles et 18 associations y participent et contribuent à la réussite de l�évènement. Le budget du festival : entre 800 000 et 1 million d�euros.

Sm : en 2008 trop de monde, guichet fermé, quelle est la tendance cette année.. ?

Effectivement en 2008 guichets fermés à 34 000 visiteurs, nous disposerons de davantage d�espaces publics pour 2009. Nous restons confiants malgré la crise.

Sm : un festival c�est aussi des rencontres humaines avec votre équipe de direction et bénévoles

Le festival Les Escales est une aventure humaine qui défend des valeurs humanistes. La ville à une grande tradition de solidarité, elle est ouverte sur le monde depuis sa création. Grand port transatlantique, elle a une culture de l�échange, une ouverture sur l�autre�elle se projette dans l�altérité.

sm -21 concerts donnés pendant deux jours pour 23� (soit environ 1� par concert) ? C�est une volonté politique ? Vous arrivez à a faire la balance ?

C�est un choix politique, il n�est pas facile à réaliser, la Ville apporte un très fort soutien depuis la création de l�évènement. Le festival s�inscrit dans une politique d�accessibilité à la culture et aux �uvres de l�esprit, un évènement musical intergénérationnel qui concerne le plus grand nombre en dehors de tous critères sociaux, économiques ou culturels.

Cette politique est aussi soutenue par la Région et Département. Nous voulons donner à tous l�occasion d�être spectateur, de se forger sa propre culture musicale, de découvrir et d�écouter le monde autrement, de voyager par l�oreille�

sm : cette année des têtes d�affiche mais aussi des découvertes.., ?

Davantage d�artistes en émergence que de têtes d�affiche, tous les artistes sont retenus pour la qualité et la singularité de leurs �uvres. Certains ne sont pas connus en France mais jouissent d�une grande popularité dans leur pays d�origine. Certains artistes sont davantage médiatisés, c�est une réalité du spectacle vivant avec laquelle nous conjuguons.

Il faut utiliser le terme découvertes avec humilité, nous ne découvrons personne, les artistes existent déjà, notre rôle consiste à les révéler à un auditoire plus important et surtout de leur permettre de circuler d�un pays l�autre.

Les festivals ont un rôle essentiel en ce domaine et je dirai même une responsabilité.

sm : La « Création » 2009, comment est né ce projet ?

Avec le directeur de Timitar à Agadir (Maroc) nous réfléchissions depuis deux ans à une aventure artistique qui puisse être partagée par nos publics et qui fasse sens entre nos deux festivals, plusieurs projets on été échangés et nous avons abouti pour 2009 à une rencontre entre deux musiciens et artistes avec des univers en résonances : TITI ROBIN et MAJID BEKKAS. Il s�agit d�une réelle rencontre car celle-ci fait parfaitement partie de leur identité musicale, de leur curiosité et ouverture..

La création se nomme TALA : la source�source musicale issue de ce duo franco-marocain. Chacun des artistes à invité deux autres musiciens d�exception�

Le résultat est magnifique.

Le partenariat entre le Festival TIMITAR à Agadir au Maroc et le Festival Les Escales à Saint-Nazaire en France est symbolique de valeurs que nous partageons et qui font sens, deux villes portuaires qui, outre les relations maritimes passées ou présentes, développent une conception artistique cousines où la création d��uvres musicales s�inscrit dans un réel échange Sud-Nord/Nord-Sud.

Les deux festivals défendent également l�altérité, la libre circulation des artistes, un humanisme partagé et une certaine conception des musiques du Monde.

Ces échanges trouvent aujourd�hui leur traduction dans la présentation à nos publics de cette création. Cette dernière création n�aurait pu voir le jour sans une forte implication de la SACEM.

sm : carte blanche sacem ?

La SACEM, la Division Culturelle est très attentives aux projets artistiques innovants, elle sait intervenir à bon escient et accompagner avec précision un projet pour encourager des artistes en développement de carrière.

Elle est attentive au rôle que peut jouer un festival en ce sens. Concernant la création TALA (la source), la Sacem a permis au projet de voir le jour grâce à un soutien affirmé et un accompagnement solide.

Le fait d�octroyer une Carte Blanche nationale à notre Festival est aussi une reconnaissance de notre travail en faveur de la création musicale dans le secteur des Musiques du monde.
Ils savent très professionnellement accompagner une aventure artistique.

sm : chaque année, le dernier jour du festival, devant la presse vous annoncez la thématique de l�année suivante, un petit indice ??

Autrefois c�était effectivement le cas aux dernières notes de l�édition en cours, nous annoncions la thématique de la suivante jusqu�en 2007 où j�ai souhaité prendre un temps de réflexion pour lancer une thématique nouvelle pour 2 années.

Pour 2010 les choses ne sont pas tout à fait arrêtées, le concept est en germination mais la boussole penche déjà�Il n�y aura pas d�effets d�annonces pour l�heure�.vivons l�édition en cours !

Salah Mansouri


LES ESCALES DE SAINT-NAZAIRE 2009

TRANSES-ATLANTIQUE les 7 et 8 Aout 2009 à SAINT-NAZAIRE

LES ESCALES SAINT NAZAIRE

tel 02 51 10 00 00

ASSOCIATION LES ESCALES BP 161

24, RUE D�ANJOU

44613 SAINT-NAZAIRE CEDEX

PROGRAMMATION LES ESCALES 2009

TITI ROBIN & MAJID BEKKAS

voir le reportage photos des Escales 2008



Spectacles et Musiques du Monde est un site de promotion des arts, spectacles, concerts et musiques du Monde. Nous vous proposons régulièrement des invitations gratuites à gagner sur notre site pour de nombreux concerts et spectacles.

Spectacles et musiques du monde - www.musiquesdumonde.fr © 2006-2017 Tous droits réservés

Nous contacter | Conception, Réalisation et Hébergement : Ziofix

Page d'accueil | ARTISTES | AGENDA 2017 | AGENDA 2018 | EVENEMENTS | REPORTAGES | SORTIES CD-DVD | SORTIES LIVRES | Contacts | ARCHIVES