Spectacles et musiques du monde

A la une

GNAWA DIFFUSION - AMZIGH KATEB

en concert en Juillet 2018

Rachid Taha

le 22 Septembre 2018 à l’Opéra de Lyon : 20 ans de Diwan

Angelique Kidjo

en concert en Juillet 2018

RAY LEMA

le 8 août à Marciac

Danyel Waro

le 14 juillet 2018 à Paris, Arènes de Montmartre - GRATUIT

Youssou N’Dour

le 27 juillet 2018 au Palais12 à Bruxelles

KHALED

En concert en Aout 2018

BAAZIZ

le 27 Juillet 2018 à l’Opéra d’Alger

Maë Defays

En concert en Juillet 2018

LEVON MINASSIAN

le 11 Juillet 2018 au FESTIVAL D’ARTS SACRES D’EVRON

Joel Hierrezuelo

concert de sortie Album le 14 Septembre 2018 au Studio de l’ermitage à Paris

ALPHA BLONDY

le Samedi 28 juillet 2018 au Bagnols Reggae Festival

DHAFER YOUSSEF

En concert en Juillet 2018

FESTIVAL ARABESQUES 2018

du 12 au 23 Septembre 2018 à Montpellier

Aziz Sahmaoui

En concert en Juillet 2018

Julie Fowlis

En concert en Juillet 2018

AYWA

En concert en Juillet 2018

Bigflo et Oli

En concert en Juillet 2018

Kimberose

En concert en Juillet 2018

Les Negresses Vertes

En concert en Juillet 2018

TRIO JOUBRAN

le 24 juillet 2018 au Site Antique - Odéon dans le cadre des Les Nuits de Fourvières

JIMMY CLIFF

En concert en Aout 2018

JIMMY CLIFF

En concert en Juillet 2018

HAÏDOUTI ORKESTAR

En concert en Juillet 2018

OFFICINA ZOE

concerts

2017


Créé en 1993, le groupe Officina Zoé se consacre depuis plus de quinze ans à la « pizzica », musique traditionnelle du Salento, région située à l’extrême pointe méridionale des Pouilles (Italie du Sud).

Officina Zoé est aujourd’hui reconnu comme le groupe phare de cette tradition grâce à un travail fait dans le profond respect de la tradition, mais avec la volonté de la revivifier par des compositions originales, nourries de la personnalité musicale des interprètes, profondément attachés à leur terre et à cette région qu’ils vivent au quotidien.

Révélé au grand public par le succès du film « Sangue Vivo » dont ils ont été les principaux acteurs et musiciens à l’écran, le groupe est aujourd’hui devenu leader d’un véritable phénomène de société en Italie séduisant notamment, le public des jeunes qui y trouve toute l’énergie d’un rituel collectif dans lequel se mêlent pareillement tradition et extraordinaire modernité.

Leur dernier album, Tour in Japan, est sorti en Italie en juillet 2007



Officina Zoe à Babel Med Music 2008 par babelmedmusic

VOIR LA VIDEO

entretien réalisé au babel med Music en 2008 par Salah Mansouri


LE REPERTOIRE

La musique populaire du Salento est l’héritière d’une tradition où les influences culturelles sont devenues des apports naturels, résultant des siècles de domination les plus diverses, mais surtout des échanges avec d’autres peuples de la Méditerranée.

Pendant des siècles, cette région a été le carrefour des mondes latin et grec : non seulement Athènes, Rome ou Byzance y ont laissé des traces profondes, mais aussi l’Islam et l’Espagne, ou encore les civilisations nomades. C’est ce mélange complexe d’influences culturelles qui caractérise les chants et les pizziche du groupe Officina Zoé.

Leur répertoire est composé de chants de travail, de chansons d’amour en dialecte et en grec salentin (un ancien dialecte de cette région dérivé du grec ancien), de chants de révolte, et surtout de pizziche de core (du cœur) et pizziche tarantate.

D’origine très ancienne, la pizzica tarantata est traditionnellement liée aux rites de guérison de la piqûre de la tarentule, véritables expériences de transe provoquée par le rythme incessant et obsessionnel des tambourins.

Mais la pizzica c’est aussi la grâce et la sensualité de la chasse amoureuse mise en scène par la pizzica de core, ou le tragique du duel à mort que se livrent deux hommes armés de couteaux dans la pizzica scherma. Ces deux danses dérivent des mêmes rythmes que la pizzica tarantata, dont elles gardent la force libératrice et le charme antique.

Par la percussion obsédante du tambourin, joyeuse mais aussi tragique, les mouvements des mains rapides et incessants, les musiciens se réapproprient des gestes enfouis et oubliés, renouent avec la pratique d’une culture ancestrale.

Il s’agit d’un chemin à rebours, d’un rythme survécu à toute modernisation jusqu’aux racines culturelles et psychiques les plus variées, sédiments d’une histoire millénaire, prêtes à dégager leur force restée intacte, mais en même temps renouvelée à chaque expérience.


BIOGRAPHIE

Cinzia Marzo est sans doute aujourd’hui une des plus belles voix de la tradition musicale du Salento. Autodidacte, elle est née à Capo di Leuca, l’extrême pointe méridionale du Salento, où la tradition du chant est encore bien vivante.

Très jeune, après des études au Lycée artistique de Lecce, elle rencontre Lamberto Probo, de retour de Berlin où il avait étudié la musique la danse et le théâtre, et Donatello Pisanello, passionné d’accordéon diatonique.

Ils sont tous habités par le même désir, celui de retrouver leurs propres racines dans la tradition musicale du Salento. Ainsi naît Officina Zoé, qui signifie littéralement laboratoire de création, et qui va très vite devenir très célèbre en Italie.

C’est dans les vieux cafés et dans les fêtes de village, comme au sein de leur propre famille qu’ils enrichissent leurs connaissances et le répertoire que depuis ils chantent ensemble sur les scènes italiennes et internationales. Un répertoire qui au fur et à mesure s’est imprégné de leur propre personnalité.

Officina Zoé ne fait pas seulement revivre passionnément d’anciens chants qui risquaient de tomber dans l’oubli, mais est auteur aussi de compositions originales En effet, au sein des activités du laboratoire d’Officina Zoé, le groupe rencontre Edoardo Winspeare, jeune réalisateur salentin aux plusieurs origines.

Après avoir réalisé le documentaire San Paolo e la tarantola, Edoardo Winspeare tourne son premier long-métrage, Pizzicata, pour lequel il invite Officina Zoé à composer les musiques et à y interpréter des rôles.

Sorti en 15 pays, Pizzicata gagne de nombreux prix, et sort en salle en France aussi.

Pour son deuxième long-métrage, Sangue Vivo, Edoardo Winspeare fait appel encore à Officina Zoé. Cinzia Marzo et Donatello Pisanello vont composer les musiques originales.

Le vrai protagoniste du film est encore la pizzica, mais ancrée dans la réalité de l’Italie du Sud d’aujourd’hui. Inspiré par la vraie vie du tambourineur Pino Zimba, le film est interprété par celui-ci et Lamberto Probo, le film gagne de nombreux prix, dont l’Antigone d’or au Festival du Cinéma Méditerranéen de Montpellier.

Les musiques originales du film gagnent le Grolla d’Oro au Festival International de Musiques de Film de Saint Vincent et l’album Sangue Vivo gagne la nomination du Nastro d’argento au prestigieux Prix Tenco (meilleur disque en dialecte de l’année).

Cinzia Marzo compose ensuite les musiques pour la pièce de théâtre " L’Ora di Tutti", mis en scène par Pamela Villoresi.

En 2004 elle compose toujours avec Donatello Pisanello les musiques originales du dernier film d’Edoardo Winspeare Il Miracolo présenté à la 60° édition de La mostra Internazionale del Cinema de Venise. qui suscitent un grand enthousiasme de public et de critique. L’album sort en Italie avec EMI. En juin 2006 sort en Francel ’album CRITA .


DISCOGRAPHIE

1996 Terra (auto-produit)

1997 Pizzicarella (AA.VV - Compilation Olis Music)

2000 Sangue Vivo (CNT.IT - L’Autre Distribution)

2004 Il Miracolo (EMI)

2006 Crita (Polo Sud - L’Autre Distribution)

2007 Tour in Japan (Polo Sud)


À propos du TARANTISME

Le tarantisme affecte dans la région du Salento des hommes et plus souvent des femmes qui, piquées par une tarentule, se sentent littéralement possédées par cette araignée. Elles sont prises de convulsions, de fièvre et d’une irrésistible envie de se déchaîner, danser......

Pour guérir ces tarantate des musiciens dits Capi attarantati les font danser sur des airs de pizzica : ils déterminent l’espèce de tarentule qui aurait piqué la femme tarantata (ou l’homme) et, en fonction de leur diagnostic, recourent à des rubans dont la couleur est censée agir sur le psychisme de la possédée et jouent une pizzica tarantata (ainsi pour l’air de la tarantola dell’amore, les musiciens utilisent des rubans rouges et interprètent une pizzica en sol).

Il s’agit d’un véritable rituel de possession avec transe thérapeutique, à l’origine très ancienne ; le rite fut découvert en 1959 par l’ethnologue Ernesto de Martino, et George Lapassade en reprendra l’étude dans son essai sur la transe, publié en 1976.

Cette danse libératoire des tarantate peut s’étaler sur plusieurs jours, voire des semaines, jusqu’au moment où Saint Paul de Galatina, leur protecteur, leur accorde sa grâce : exemple typique de syncrétisme où l’Église catholique a dû intégrer les croyances remontant à la période pré-romaine

Le 29 juin de chaque année, toutes les tarantate se retrouvent traditionnellement à Galatina pour remercier Saint Paul tout en revivant, dans la chapelle de l’église, leur possession.




Spectacles et Musiques du Monde est un site de promotion des arts, spectacles, concerts et musiques du Monde. Nous vous proposons régulièrement des invitations gratuites à gagner sur notre site pour de nombreux concerts et spectacles.

Spectacles et musiques du monde - www.musiquesdumonde.fr © 2006-2018 Tous droits réservés

Nous contacter | Conception, Réalisation et Hébergement : Ziofix

Page d'accueil | ARTISTES | AGENDA 2018 | EVENEMENTS | REPORTAGES | CD-DVD | LIVRES | Contacts | AGENDA 2019 | ARCHIVES