Spectacles et musiques du monde

A la une

Angelique Kidjo "Celia"

Le 14 Mai 2019 au Bataclan à Paris

RAY LEMA

En concert le 18 Avril 2019 au Studio de L’ermitage à Paris

26 AZIZA BRAHIM

le 26 Avril 2019 au Pan Piper Paris

Winston McAnuff & Fixi

En concert en Avril 2019

Anne Paceo

le Mercredi 29 mai 2019 - Anne Paceo “Rewind” à Coutances - jazz sous les pommiers

Isabelle Georges

Le samedi 27 avril 2019 au BAL BLOMET (Paris 15ème)

I MUVRINI

En concert en Avril 2019

Rima TAWIL

en concert le 15 mai 2019 à 20H30 à la Salle Gaveau à Paris

Monday Night in Marseille/ Direction artistique Juan Carmona

Lundi 13 mai 2019 à La Criée, Théâtre National de Marseille

Kassav

le 11 mai 2019 à Paris La Défense Arena

Las Maravillas de Mali

Samedi 4 Mai 2019 à Philharmonie de Paris

Nancy Vieira

concert 2015

2016

Dimanche 09 Octobre 2016 au palais Ennejma Ezzahra -
Maison du Baron d’Erlanger - Sidi Bou Saïd - Tunisie


Samedi 20 Décembre 2014, Hommage à Cesaria Evora au Théâtre Rutebeuf à Clichy, Hauts-de-Seine

avec Mariana Ramos , Nancy Vieira , Teofilo Chantre et Sia Tolno

avec la présence du Maire de Clichy - Conseiller général Gilles Catoire , Maria de Fatima Lima DA VEIGA Ambassadeur du Cape Verde , de Marie-Jeanne Brito Slhab de l’ambassade du Cap Vert reportage © Salah Mansouri -

VOIR LA VIDEO SUR YOUTUBE

VOIR LA VIDEO SUR DAILYMOTION



JPEG - 135.3 ko
Mariana Ramos, Nancy Vieira , Teofilo Chantre & Sia Tolno © S.Mansouri
JPEG - 164.7 ko
Nancy Vieira © S.Mansouri
JPEG - 175.8 ko
Mariana Ramos, Sia Tolno, Teofilo Chantre & Nancy Vieira © S.Mansouri
JPEG - 214.4 ko
Nancy Vieira & Teofilo Chantre © S.Mansouri
JPEG - 217.5 ko
Nancy Vieira © S.Mansouri
JPEG - 183.9 ko
Nancy Vieira © S.Mansouri
JPEG - 136.1 ko
Nancy Vieira, Maria de Fatima Lima DA VEIGA Ambassadeur du Cap Vert , Sia Tolno, Mariana Ramos &Teofilo Chantre © S.Mansouri

Biographie officielle

Nancy Vieira

Nancy Vieira est née en 1975 à Bissau, où ses parents avaient rejoint le leader de l’indépendance du Cap-Vert et de Guinée Bissau, Amilcar Cabral, assassiné en 1973, avant que la Révolution des Œillets d’avril 1974 au Portugal n’en finisse avec le temps des colonies. Le Cap-Vert gagne son indépendance en 1975. Quatre mois après la naissance de Nancy, la famille Vieira rejoint Praia, la nouvelle capitale du Cap-Vert, sur l’île de Santiago, l’une des dix que compte l’archipel. Cette enfant de la liberté va construire une forte identité au fil d’une épopée politique et artistique : son père, musicien amateur, guitariste et violoniste, est tout d’abord ministre des transports et des communications du nouveau gouvernement.
Dix ans plus tard, il revient à Mindelo, port actif et métropole de l’île de São Vicente. Il y occupe un poste qui s’apparente à celui de gouverneur des îles du Barlavento (les îles au vent, celles du nord).

Nancy a quatorze ans lorsqu’il est nommé ambassadeur du Cap-Vert au Portugal « ce qui englobait la représentation en France, il est allé montrer ses lettres de créance au Président François Mitterrand », dit la jeune femme qui vit depuis à Lisbonne. Elle étudie à l’université de Lisbonne, la gestion et la sociologie. Un soir, elle accompagne un ami qui participe à un concours de chanson, elle fredonne, on lui demande de chanter, elle interprète Lua Nha Testemunha, de B.Leza, et elle gagne. Le prix, c’est l’enregistrement d’un album chez Disco Norte, un label disparu depuis. Il s’appelle Nos Raça (1996). Nouvellement mère (d’une fille), Nancy fait ensuite une pause, le deuxième paraît huit ans plus tard, titré Segred (2004). Elle devient professionnelle à la publication de Lus, en 2007. Nancy Vieira, parce qu’elle chante merveilleusement bien, que sa personnalité rayonne, a souvent été invitée à chanter en duo par des vedettes de la musique portugaise : le fadiste Camané, la star de la chanson-rock Rui Veloso, ou des groupes à succès comme Alas dos Namorados. Le lycée de São Vicente fut, du temps de la colonisation portugaise, un creuset intellectuel, que fréquenta Amilcar Cabral, poète, auteur de quelques mornas et homme politique de premier rang. Nancy Vieira y fut élève, et ingurgita les sons que le port de Mindelo distillait : Maria Bethania, Caetano Veloso, Angela Maria (des Brésiliens), du fado, des mornas, des coladeras, de la pop anglaise, de la rumba cubaine, etc. Mindelo, c’est la terre mère de ces mélanges, et celle de Cesaria Evora (1941-2011). Herculano Vieira, le père de Nancy, avait été commandant dans la marine marchande, il avait joué avec Cesaria dans sa jeunesse, « avant la lutte », dit Nancy. « J’ai découvert cela en juin 2011, quand j’enregistrais mon album à Mindelo. C’était la première fois que j’allais voir Cesaria chez elle et elle m’a dit : comment va Herculano ? J’étais émue, il ne m’avait jamais rien dit ».

On peut difficilement parler de filiation avec Cesaria Evora, mais plutôt de concordance de répertoire, et de rencontres musicales. L’interprétation diffère, droite, limpide, la voix de Nancy Vieira s’écarte de la chaleur moite de celle de la « Diva aux pieds nus ». La personnalité, les origines sociales, le chemin de vie, ont peu en commun. Ce qui les relie, ce sont ces affinités secrètes des Cap-Verdiens avec leur musique, frontière de l’Occident et de l’Afrique, musique de voyages transocéaniques et de créolité. Comme Cesaria Evora, Nancy Vieira est une artiste au répertoire construit. Aux classiques (B. Leza, Amândio Cabral), elle a intégré le Cap-Verdien de Paris Teofilo Chantre, et de jeunes auteurs-compositeurs basés à Lisbonne, notamment Tutin d’Giralda.

Et parce que cette fille de marin ne peut oublier celui qui fut le capitaine du remorqueur du port de Mindelo, Manuel de Novas, elle a trouvé une chanson inédite, Cigana de Curpin Ligante, ode à l’amour magnétique. Elle explore également des territoires poétiques où la plus grande interprète de morna, Cesaria Evora, ne s’était jamais aventurée. Ceux par exemple d’Eugenio Tavares, théoricien du genre, poète et aventurier, pour le magnifique Na O Minino Na, inspiré de la tradition cap-verdienne qui veut que sept jours après la naissance d’un nouveau-né, et juste avant son baptême, on lui susurre, dans ce beau et goûteux créole : « Sono di bida, sono di amor, ou graça ou dor, ês é nos sorti » (Rêve de vie, rêve d’amour, ou chance ou douleur, c’est notre sort).

lusafrica.fr



Spectacles et Musiques du Monde est un site de promotion des arts, spectacles, concerts et musiques du Monde. Nous vous proposons régulièrement des invitations gratuites à gagner sur notre site pour de nombreux concerts et spectacles.

Spectacles et musiques du monde - www.musiquesdumonde.fr © 2006-2019 Tous droits réservés

Nous contacter | Conception, Réalisation et Hébergement : Ziofix

Page d'accueil | ARTISTES | AGENDA 2019 | EVENEMENTS | REPORTAGES | CD-DVD | LIVRES | NOUS CONTACTER | ARCHIVES