Spectacles et musiques du monde

A la une

Angelique Kidjo "Celia"

Le 14 Mai 2019 au Bataclan à Paris

RAY LEMA

En concert le 18 Avril 2019 au Studio de L’ermitage à Paris

26 AZIZA BRAHIM

le 26 Avril 2019 au Pan Piper Paris

Winston McAnuff & Fixi

En concert en Avril 2019

Anne Paceo

le Mercredi 29 mai 2019 - Anne Paceo “Rewind” à Coutances - jazz sous les pommiers

Isabelle Georges

Le samedi 27 avril 2019 au BAL BLOMET (Paris 15ème)

I MUVRINI

En concert en Avril 2019

Rima TAWIL

en concert le 15 mai 2019 à 20H30 à la Salle Gaveau à Paris

Monday Night in Marseille/ Direction artistique Juan Carmona

Lundi 13 mai 2019 à La Criée, Théâtre National de Marseille

Kassav

le 11 mai 2019 à Paris La Défense Arena

Las Maravillas de Mali

Samedi 4 Mai 2019 à Philharmonie de Paris

Moneim Adwan

concert

2016

Harmonies orientales - Musique du monde / Palestine-Tunisie
le Mercredi 7 Décembre 2016 à l’Opéra de Lille

Avec
Trio Monein Adwan

Moneim Adwan oud et chant

Zied Zouari violon

Imed Alibi percussions


Kalîla Wa Dimna à l’Opéra de Lille

le Dimanche 11 Décembre à 16h

le Mardi 13 Décembre à 20h

le Mecredi 14 Décembre à 18h


Si l’Italie a Machiavel et son Prince, la Chine Sun Tzu et son Art de la guerre, le monde arabe, lui, a inscrit dans Kalîla wa Dimna ses règles d’or pour l’éducation des princes.

Tirées d’une épopée l’Inde du IIIe siècle, traduites en persan puis adaptées en arabe pour le plus grand plaisir littéraire des califes, ces fables vives et souvent drôles dessinent un monde où il vaut mieux savoir tenir sa langue face aux puissants, et où toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire. Poétiques et politiques, elle vont bientôt conquérir l’Europe médiévale, puis inspirer Le Roman de Renart, La Fontaine, les frères Grimm…

Né dans la Bande de Gaza, formé aux traditions classiques de la musique arabe et aux joies de son répertoire populaire, le compositeur Moneim Adwan a conçu pour un public de tous âges cet opéra-fable, chanté en français et arabe. Pour raconter l’histoire de ces jumeaux aux aspirations adverses, la réaliste Kalîla et de l’ambitieux Dimna, Adwan a voulu “un orchestre réduit constitué d’instrumentistes du monde entier, qui joueront surtout de la musique orientale.

Pour autant, ajoute le compositeur, je vis en France depuis plusieurs années et j’ai absorbé beaucoup de la culture européenne. Kalîla wa Dimna résultera donc aussi de ce mariage entre cultures arabe et européenne.” Une réflexion enchantée sur la fatalité du pouvoir, portée par le souffle du conte.

Direction musicale Zied Zouari

Mise en scène Olivier Letellier
Décors Éric Charbeau et Philippe Casaban
Costumes Nathalie Prats
Lumières Sébastien Revel

Avec
Kalîla Ranine Chaar
Dimna Moneim Adwan
Le Roi Mohamed Jebali
La Mère du Roi Reem Talhami
Chatraba Jean Chahid

Zied Zouari violon
Yassir Bousselam violoncelle
Selahattin Kabaci clarinette
Abdulsamet Celikel qanun
Wassim Halal percussions


Moneim Adwan

Né à Rafah dans la bande de Gaza, au sein d’une famille qui vénère la poésie, il a appris la cantillation coranique (tajwid) très jeune et chante depuis son enfance le répertoire populaire et classique arabe.

S’inscrivant dans une tradition très ancienne, le patrimoine musical traditionnel de la région Al-Châm (Syrie, Jordanie, Liban, Palestine), savant et populaire, il compose et interprète les poèmes d’auteurs arabes et palestiniens classiques et contemporains. Ses compositions mettent ainsi en mouvement, dans un processus d’amour et de rupture, la tradition vivante qu’il réinvestit et renouvelle, et croisent le chemin d’un pays qui oscille entre modernisme et restrictions ancestrales. Sa voix chaleureuse - puissante et tendre -, avec ses trois octaves de tessiture, est un instrument extraordinaire pour véhiculer un message humain au-delà des frontières de la "prison gazaouie".

Installé en France depuis quelques mois, il se produit seul ou en compagnie de musiciens essentiellement issus du monde arabe.

A 17 ans, Moneim Adwan s’intéresse au oud et part quelques années plus tard à l’Université de Tripoli (Libye) où il obtient une maîtrise de musicologie avec les professeurs Fateh el-Ramiz (chant) et Abdallah Sebaï (oud).

Après une grande tournée en Egypte, en Tunisie, en Jordanie et en Irak, il est sollicité à partir de 1994 pour participer à différents événements organisés par le nouveau gouvernement palestinien, le ministère de l’Education, et travaille pour le théâtre et le cinéma. Entre temps il continue à parcourir le monde et se produit sur la scène des festivals les plus renommés comme le Festival de Musiques sacrées de Fès au Maroc, BabelMedMusic à Marseille, le Festival d’Aix-en-Provence, Festival des Voix des Pays à Fougères, le Centre musical de Vredenburg en Hollande, le Théâtre de la Monnaie à Bruxelles pour en citer quelques uns.

Moneim Adwan compose régulièrement des musiques originales de films documentaires « Sous les pierres de Gaza » (Jean-Gabriel Leynaud, Gedeons Programme, France 2, 2006), « Les enfants du retour » (Emmanuelle Destremeau, 2001) ; ses musiques inspirent aussi des réalisateurs de fiction : comme Nassim Amaouch dans « Quelques miettes pour les oiseaux » (Jordanie/France, 2005). Son arrivée en France en 2007 lui a ouvert de nouveaux horizons musicaux.

En résidence au Festival d’Aix-en-Provence, il fonde, dans le cadre des actions socio artistiques « Passerelles » du Festival, le chœur multiculturel Ibn Zaydoun, atelier de chant du Moyen-Orient qui interprète dès la première année le Choeur des Esclaves de Zaide mis en scène par Peter Sellars.

Un deuxième atelier voit le jour en 2009 à Marseille à la Cité de la Musique. Il se produit en duo orgue et oud avec Bernard Foccroulle dans "Chants d’amour et d’exil", dialogue entre musique arabe et musique européenne autour des thèmes de l’amour, la mort et l’exil, où Olivier Messiaen côtoie la musique baroque espagnole, des chants soufis, Jean-Sébastien Bach et des traditionnels arabo andalous qui ont plusieurs fois sillonné les deux rives de la Méditerranée.

Il est invité par l’ensemble Concerto Soave à chanter, aux côtés de Maria Cristina Kiehr dans Vertiges du sacré, Venise et l’Orient, un programme réunissant des pièces de Claudio Monteverdi (1567–1643), Alessandro Piccinini (1566-1638), Tarquinio Merula, Giovanni Domenico Rognoni (fin XVIe-av.1624) et ses propres compositions.
En 2010, Moneim Adwan a dirigé une réunion de choeurs amateurs franciliens pour la création de Saba, le souffle de la terre à l’initiative du Festival Ile de France. Il a rendu au Festival d’Aix le 6 juillet un Hommage à Mahmoud Darwich, où sur des poèmes choisis pour leur puissance poétique, leurs images, leurs rythmes, il a composé des pièces musicalement complexes qui rendent toute sa saveur au texte, la beauté de la langue arabe et rivalisent avec la déclamation.

sources : www.artmoderneprod.com



Spectacles et Musiques du Monde est un site de promotion des arts, spectacles, concerts et musiques du Monde. Nous vous proposons régulièrement des invitations gratuites à gagner sur notre site pour de nombreux concerts et spectacles.

Spectacles et musiques du monde - www.musiquesdumonde.fr © 2006-2019 Tous droits réservés

Nous contacter | Conception, Réalisation et Hébergement : Ziofix

Page d'accueil | ARTISTES | AGENDA 2019 | EVENEMENTS | REPORTAGES | CD-DVD | LIVRES | NOUS CONTACTER | ARCHIVES