Spectacles et musiques du monde

A la une

TRIO JOUBRAN

En concert en Décembre 2019

IBRAHIM MAALOUF

les 14 & 15 Décembre 2019 à La Seine Musicale

TRI YANN

En concert en Décembre 2019

ASA

En concert en Décembre 2019

I MUVRINI

Le Mercredi 18 Décembre 2019 aux Folies Bergère à Paris

Aya Nakamura

en concert en Décembre 2019

GOOGOOSH & MARTIK

En concert exceptionnel le Vendredi 20 Décembre 2019 au Palais des Congrès à Paris

Le Lac des cygnes au Théâtre des Champs-Élysées

Ballet de l’Opéra National de Kiev avec orchestre du 24 décembre 2019 au 5 janvier 2020 au Théâtre des Champs-Élysées

Noël Mandingue 2019

Le 24 décembre 2019 à Montreuil, au Nouveau Théâtre de Montreuil

Vicente Amigo

le 16 Janvier 2020 au FESTIVAL FLAMENCO DE NIMES

Rocío Molina

les 17 & 18 Janvier 2020 au FESTIVAL FLAMENCO DE NÎMES

MAYTE MARTIN

Le 17 Janvier 2020 au FESTIVAL FLAMENCO DE NÎMES

Israel Galván - El amor brujo

Les 18 & 19 Janvier 2020 au FESTIVAL FLAMENCO DE NÎMES

Patricia Guerrero

Le 14 Janvier 2020 au FESTIVAL FLAMENCO DE NÎMES

Rafael Riqueni

les 17 & 18 Janvier 2020 à l’Odéon au FESTIVAL FLAMENCO DE NIMES

TAKFARINAS

le 11 janvier 2020 au Rocher de Palmer à Cenon

Soprano

En concert en Décembre 2019

Ballaké Sissoko et Vincent Ségal

Samedi 04 Janvier 2020 à la Cite De La Musique - Philharmonie De Paris

MedLiHer – patrimoine vivant méditerranéen

Un autre regard sur le patrimoine vivant méditerranéen

Table ronde, flm et exposition les 17 et 18 décembre 2012 à la Maison des Cultures du Monde et au Siège de l’UNESCO

MedLiHer – patrimoine vivant méditerranéen

Un autre regard sur le patrimoine vivant méditerranéen
Table ronde, flm et exposition

17 et 18 décembre 2012 à la Maison des Cultures du Monde

18 décembre à 19h00 au Siège de l’UNESCO


Le projet

Avec le soutien de l’Union européenne et la coopération de la Maison des Cultures du Monde, l’UNESCO a
lancé en 2009 le projet MedLiHer-patrimoine vivant méditerranéen en Égypte, en Jordanie, au Liban et en
République arabe syrienne. Ce projet visait à faciliter la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel dans la
région.
L’objectif général du projet est d’accompagner ces pays, sur le long terme, dans leur mise en oeuvre de la
Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel au niveau national, notamment en
développant des projets de sauvegarde nationaux, tout en soutenant leur participation aux mécanismes
internationaux comme les inscriptions sur les Listes. L’action entend également renforcer la coopération et les
échanges de compétences et d’expériences au niveau régional par la création d’un réseau d’institutions et le développement d’un portail web.

Le projet a été organisé en trois phases successives :

2009 : État des lieux

Etat des lieux des structures, des programmes et des expériences existant en matière de sauvegarde du patrimoine
culturel immatériel. Chaque pays a organisé un atelier avec la participation de représentants gouvernementaux
en charge de mettre en place et de coordonner l’état des lieux au niveau national.

2010-2011 : Création d’un réseau et préparation des projets

Des projets de sauvegarde nationaux et internationaux ont été préparés sur la base des stratégies et des priorités
identifées par chaque état des lieux. La participation des organisations nationales et locales a contribué au
développement d’un réseau en ligne accessible via une interface multilingue gérée par l’UNESCO. Les exercices
d’inventaires ont permis d’identifer et de défnir différents éléments du patrimoine immatériel et de développer, à
titre pilote, une méthodologie pour la sauvegarde d’autres expressions du patrimoine vivant des pays concernés.

2011-2012 : Mise en oeuvre des projets nationaux et régionaux

Les projets de sauvegarde au niveau national ont essentiellement pris la forme d’inventaires du patrimoine
culturel immatériel et de formation aux techniques d’élaboration de dossiers de candidatures pour les listes de la
Convention.
Le travail important de documentation et de sensibilisation aux concepts et au rôle du patrimoine culturel
immatériel a donné lieu à une coopération entre réalisateurs et photographes égyptiens, libanais et jordaniens :
ils ont accompagné les équipes de terrain pendant l’exercice d’inventaire et ont produit un ensemble de
matériaux audiovisuels dont ont été tirés un flm documentaire, une exposition photographique numérique et une
publication.


Le patrimoine culturel immatériel méditerranéen :

comment l’appréhender, le sauvegarder, le transmettre ?

une table ronde ouverte au public modérée par Caroline Bourgine, journaliste

17 décembre 2012 de 18h à 21h à la Maison des Cultures du Monde
Entrée libre dans la limite des places disponibles


Cette table ronde abordera, sous forme de causerie, ces différentes questions en tenant compte des
transformations de la société, des clivages entre « les anciens et les modernes », le milieu rural et le milieu
urbain, les mouvements sociaux actuels.

Elle se tiendra avec la participation des parties prenantes au projet : porteurs de patrimoine, partenaires,
facilitateurs, coordinateurs, réalisateurs, photographes et en présence de Mme Cécile Duvelle, Secrétaire de la
Convention sur le patrimoine culturel immatériel à l’UNESCO et responsable du projet MedLiHer et Mme
Chrystelle Lucas, Programme manager Programmes régionaux culture (IEVP Sud), Commission européenne.

Au cours de cette table ronde seront projetés le flm réalisé dans le cadre du projet MedLiHer ainsi que
l’exposition photographique.
Les porteurs de traditions du patrimoine culturel immatériel de trois pays partageront avec le public :

- Le monde des croyances populaires autour du Nil en Egypte avec Mme Ahlam Shehata et l’art de
l’ébénisterie de Damiette avec M. Helmy Elsaid Hassan.

- La tradition de la Rababa à Madaba en Jordanie avec M. Mohammad Abdallah Ali al Shoara’ et l’art des
dessins de sable dans les bouteilles avec M. Husam Ahmad Jamil.

- La poésie du Zajal au Liban sera présentée par M. Georges Abi Antoun et M. Elias Khalil.

Ces éléments présentés ont fait l’objet des inventaires menés en Egypte, en Jordanie et au Liban dans le cadre du
projet MedLiHer. Les équipes des trois pays partenaires se sont attachées à impliquer les porteurs (individus,
groupes ou communautés) du patrimoine culturel immatériel, en se penchant plus particulièrement sur les
modalités de sa transmission et ses fonctions sociales dans le monde d’aujourd’hui.

Au Liban, le choix s’est porté sur la tradition du Zajal, joutes oratoires poétiques, tandis que l’Egypte et la
Jordanie ont collaboré avec les communautés locales des gouvernorats de Damietta et de Madaba.

En Egypte, l’Ébénisterie est un savoir-faire qui non seulement a fait la renommée de Damiette, mais était aussi la
base de son essor économique. 70 % des habitants de Damiette exercent le métier de menuisier ou d’ébéniste.
Depuis 30 ans, la ville est considérée comme la référence en matière de fabrication de meubles en Egypte et
dans le monde arabe. Ce savoir-faire est transmis de génération en génération, mais il est aujourd’hui menacé de
disparition.

Helmy El Sayed viendra raconter son histoire. C’est à l’âge de 6 ans qu’il commence à travailler le bois. Ce qui
est intéressant dans son expérience, c’est qu’à l’âge de 20 ans, il part en Syrie, apprend la technique syrienne
d’ébénisterie ainsi que le dessin du motif syrien. Au bout de 5 ans, il revient en Egypte, crée sa propre entreprise
et transmet son savoir-faire et ses connaissances à la jeune génération.

La deuxième présentation est une tradition qui relève d’un ensemble de croyances en lien avec le Nil. Ces
croyances induisent toute une série de rituels avec toute la complexité qui peut leur être associée. Plus qu’un
feuve nourricier ou colonne vertébrale de l’Egypte, le Nil est, depuis la nuit des temps, l’emblème ou le symbole
de ce pays qui s’est construit sur ses rives.

Ahlam Shehata, poète populaire, chanteuse et journaliste, viendra partager son expérience avec le public. Toute
sa vie, en tant que femme, elle a été confrontée à des traditions populaires. En Egypte par exemple, si vous
habitez à la campagne et que pendant 12 ans, vous ne parvenez pas à avoir d’enfant, la communauté va essayer
de vous aider en utilisant différentes techniques comme la magie traditionnelle. Ahlam Shehata présentera
également quelques chansons traditionnelles que les femmes chantaient à l’occasion de fêtes comme les
mariages.

En Jordanie, la Rababa est le premier instrument de musique de la Badia, vaste région désertique de Jordanie. Elle
est constituée d’une étroite caisse rectangulaire ou trapézoïdale en bois, d’une corde faite avec des peaux
d’animaux tels que la gazelle ou la chèvre. L’archet est fait de poils de queue de cheval attachés à chaque
extrémité d’un morceau de bambou en forme d’arc. C’est un instrument pour soliste. Autrefois, la Rababa était
utilisée lors d’événements sociaux tels que les mariages et lors des nuits pendant lesquelles les gens se
retrouvaient dans la tente du Sheik ou chef de la tribu. Aujourd’hui, la Rababa est toujours présente pour les
fêtes, un festival qui lui est dédié a même été créé cette année à Madaba. Le joueur de Rababa est également
chanteur, il interprète des chants inspirés de différents types de poésie bédouine jordanienne.

Muhammad Abdullah Ali al Shu’ara’ est joueur de Rababa et poète comme son nom de famille l’indique. Né en
1942, il est le leader de l’ensemble Al Samer de musique traditionnelle de Madaba. C’est enfant qu’il s’est
intéressé à la poésie et qu’il a assouvi sa soif de savoir et nourri sa vocation auprès de son père et de ses oncles,
au cours des soirées qui les réunissaient. Muhammad Abdullah Ali al Shu’ara’ chante des poèmes de styles
différents : Janoubi, Shrouqi, Hajani, Al-Samer, ainsi que des chants de la tradition populaire. Il a animé de
nombreux mariages en Jordanie et même en Arabie Saoudite. Il a participé à différents festivals en Jordanie et en
Egypte. C’est à son tour maintenant de transmettre cet art, que ce soit le jeu de la Rababa ou la poésie à son fls
et d’autres disciples talentueux.

Les Bouteilles de Sable Coloré, un savoir-faire ancestral qui existait déjà à l’époque des Nabatéens. Exigeant une
grande maîtrise, cet art est toujours pratiqué aujourd’hui dans les différents gouvernorats de la Jordanie. L’artisan
remplit la bouteille de sable fn du désert naturellement coloré et réalise, à l’aide d’une longue aiguille, de
délicats dessins à l’intérieur de la bouteille.

C’est auprès de ses frères aînés que Hussam Ahmad Jamil Al-Talouli a acquis ce savoir-faire. Spécialisé dans les
paysages, il transmet ses connaissances à ses fls.
Au Liban, le Zajal est une forme de poésie populaire très ancienne mais dont les origines ne peuvent être datées.
De Zajila : émouvoir avec la voix, chanter, fredonner, élever la voix, parler haut, jouer, s’amuser... et de Zajalon
qui désigne la poésie dialectale populaire mais aussi le jeu, la joie bruyante, le bruit, le vacarme....

La poésie populaire récitée ou chantée appelée localement Zajal constitue un élément du patrimoine culturel
immatériel très répandu au Liban. Elle peut être classée parmi les arts et traditions artistiques, mais aussi parmi les
traditions et expressions orales. Cette poésie scande le quotidien, les différents événements de vie (mariage,
enterrement…) et les grandes manifestations collectives (fêtes, festival…). Ses différents types (ma’anâ, qerrâdî,
mûachah, qaçid, mîjânâ et ‘atâbâ, abu al zuluf, shrûqi, hûrabi, hadâ’, zaghradeh, nadb, taqâtîq sha’bîeh et
‘édieh) renvoient à des ancrages ruraux ou urbains et à des références de genre qu’elles soient masculines ou
féminines. Les poètes appelés localement qûâl expriment des sentiments qui traduisent la bravoure, la ferté,
l’amour, la fatterie, la douleur, la joie, le confit, la violence, l’appel au dialogue etc. Leurs poèmes récités
individuellement ou collectivement sont généralement adressés à un individu ou un groupe. La forme collective
la plus connue est celle des joutes oratoires qui se font au rythme du tambourin (daf) et de la derbouka
(derbakeh). Des poètes, généralement au nombre de deux, accompagnés d’un groupe de musiciens et de
choristes, s’installent autour d’une table, sur laquelle sont disposés des plats de mezzé et des verres d’arak. Les
protagonistes se donnent la répartie en mangeant et en buvant. Le Zajal remplit une fonction sociale
(socialisation, transmission des valeurs, expression des sentiments individuels ou collectifs…) et entretient la
mémoire collective. Il représente le mieux la culture orale libanaise et la liberté d’expression dont jouissent les
Libanais.

Georges Abi Antoun (1934-Houmal) a appris le zajal à l’école. Il récitait ses poèmes annuellement à la fête de fn
d’année. Son père récitait déjà des poèmes durant les réunions familiales. Depuis 1960, il a fait partie ou formé
plusieurs troupes de zajal dont la plus récente est jawkat al jabal. Il a également publié plusieurs recueils de
poèmes dont awraq al ‘umr, tâni khamsin, bayt al qasid… Il a reçu plusieurs médailles dont l’ordre du mérite
libanais, la médaille de distinction du Ministère de la Culture… Il est actuellement, le Président du Syndicat des
poètes zajal au Liban.

Elias Khalil (1947-Mayrouba) commence à réciter des poèmes zajal à l’âge de 8 ans. Sa mère composait des
poèmes et aimait la musique. Il a continué à composer la poésie dialectale tout en faisant ses études
universitaires en philosophie. Il a fait partie des grandes troupes de zajal comme celle de zaghloul el Damour
Moussa Zgheib, Antoun Saadeh… Il s’est également produit à Marseille et en Italie… et a fait des conférences sur
le zajal. Il a publié bar’aem al afkar et plus de 1000 enregistrements. Il a reçu plusieurs médailles. Il est
actuellement Vice président de l’Union des poètes zajal libanais.


La réunion interne d’évaluation fnale à la Maison des Cultures du Monde
avec les partenaires du projet

MedLiHer – patrimoine vivant méditerranéen

17 et 18 décembre 2012 à la Maison des Cultures du Monde


Touchant à sa fn, le projet fait l’objet d’une réunion d’évaluation à la Maison des Cultures du Monde les 17 et 18
décembre et d’une présentation au Siège de l’UNESCO le 18 décembre 2012, au cours desquelles seront
présentés une exposition photographique et un flm documentaire sur le patrimoine immatériel dans le cadre du
projet MedLiHer - patrimoine vivant méditerranéen, co-fnancé par l’Union européenne et l’UNESCO.

Cet événement sera également l’occasion de permettre aux personnes clefs qui ont contribué à la réussite de ce
projet de se rencontrer (chefs de projet, facilitateurs, photographes, réalisateurs et professionnels du patrimoine
en Égypte, en Jordanie et au Liban) et de faire part de leur expérience à un plus large public qui assistera à cette
phase de clôture du projet.

Programme


Lundi 17 décembre

Journée modérée par Mme Arwad Esber, directrice de la Maison des Cultures du Monde.

10h : Accueil des participants à la Maison des Cultures du Monde.

10h30 : Ouverture offcielle

- Présentation du programme de la réunion puis présentation de la Maison des Cultures du Monde et son rôle
dans le projet par Mme Arwad Esber, directrice de la Maison des Cultures du Monde.

- Présentation du programme Euromed Heritage IV par un représentant de l’équipe d’assistance technique.

- Genèse du projet et attentes de la réunion, par Mme Cécile Duvelle, Secrétaire de la Convention sur le
patrimoine culturel immatériel à l’UNESCO et responsable du projet Medliher

11h20 : Genèse du projet en Égypte, en Jordanie et au Liban par les trois secrétaires généraux des Commissions
nationales pour l’UNESCO en Égypte, en Jordanie et au Liban : M.SALEM, Mme AL QHEIWI et Mme JABBOUR.

12h20 : Témoignages des différents acteurs du projet sur les différentes phases : institutions, experts ou
facilitateurs, communautés, témoins (photographes) et auto-évaluation du projet au niveau national.

13h00 : Déjeuner

14h30 : Suite des témoignages des différents partenaires du projet.

Les porteurs du patrimoine immatériel parleront notamment de la signifcation de leur patrimoine culturel
immatériel et des défs auxquels ils font face dans leur quotidien.
16h30 : Intervention de Mme Chrystelle Lucas, Programme manager, Programmes régionaux culture (IEVP Sud),Commission européenne

17h00 : Pause

18h00 : Table ronde publique : Le patrimoine culturel immatériel méditerranéen : Comment l’appréhender, le sauvegarder, le transmettre ?

Mardi 18 décembre

10h00 : Présentation du rapport d’évaluation et des perspectives stratégiques par M. Gregor B.M. Meiering.

10h30 : Discussion autour du rapport de l’évaluation : avis sur l’évaluation faite par l’expert, suivi d’une
discussion sur les perspectives à moyen et long terme.

13h00 : Déjeuner

19h : Présentation au Siège de l’UNESCO (Salle XI) du flm et de l’exposition photo numérique
« Un autre regard sur le patrimoine vivant méditerranéen » pour célébrer les quatre années de coopération
et d’échange dans le cadre du projet MedLiHer.

La projection d’un flm et d’une exposition photo numérique

« Un autre regard sur le patrimoine vivant méditerranéen »

18 décembre 2012 à 19h00 au Siège de l’UNESCO (salle XI)

Afn de célébrer les quatre années de coopération dans le cadre du projet MedLiHer - patrimoine vivant
méditerranéen, co-fnancé par l’Union européenne et l’UNESCO, une présentation du flm documentaire et de
l’exposition photographique aura lieu au Siège de l’UNESCO le 18 décembre à 19h en présence de Mme Maria
Francesca Spatolisano, Ambassadeur et chef de la Délégation de l’Union européenne auprès de l’UNESCO et
Mme Cécile Duvelle, Responsable du projet MedLiHer au sein de l’UNESCO et Chef de la Section du patrimoine
culturel immatériel, Secteur de la culture, UNESCO.

L’évènement sera suivi d’une réception.

Les participants aux événements

UNESCO

Mme Cécile DUVELLE Secrétaire de la Convention sur le patrimoine culturel immatériel à
l’UNESCO et responsable du projet MedLiHer. Chef de la Section du
patrimoine culturel immatériel, Secteur de la culture, UNESCO

Mme Susanne SCHNUTTGEN Chargée du projet MedLiHer et Chef de l’Unité du renforcement des
capacités et de la politique du patrimoine, Section du patrimoine culturel
immatériel, Secteur de la culture, UNESCO

Mme Colette SABA-TOUZAIN Coordinatrice globale du projet MedLiHer en tant que consultante, Unité du
renforcement des capacités et de la politique du patrimoine, Section du
patrimoine culturel immatériel, Secteur de la culture, UNESCO

Mme Marina CALVO Experte associée. Unité programme et évaluation. Section du Patrimoine
culturel immatériel, Secteur de la culture, UNESCO

Mme Helena DROBNA Spécialiste du programme Unité du renforcement des capacités et de la
politique du patrimoine, Section du patrimoine culturel immatériel, Secteur
de la culture, UNESCO

Mme Margarida TORR Spécialiste du programme. Section des sources de fnancement multilatérales et privées

M. Joseph KREIDI Spécialiste de Programme pour le Secteur de la culture, Bureau de l’UNESCO à Beyrouth

Mme Annie TOME-TABETH Coordinatrice régionale du projet MedLiHer en tant que consultante, Bureau de l’UNESCO à Beyrouth

M.Gregor MEIERING Evaluateur du projet en tant que consultant, Unité du renforcement des capacités et de la politique du patrimoine, Section du patrimoine culturel immatériel, Secteur de la culture, UNESCO

Union européenne

Mme Chrystelle LUCAS Programme manager, Programmes régionaux culture (IEVP Sud), Commission européenne

M. Christophe GRAZ Directeur de projet. Unité Régionale de Suivi et Soutien (RMSU)

Maison des Cultures du Monde

Mme Arwad ESBER Directrice

Egypte

Mohamed Safwat SALEM Secrétaire général de la Commission Nationale égyptienne pour l’UNESCO
Zainab ELWAKEEL Chef de projet
Mostafa GAD Facilitateur
Hala RAHAL Chercheuse
Hesham AZEZ Professeur et expert scientifque sur le projet
Helmy HASSAN Porteur d’élément
Ahlam SHEHATA Porteur d’élément
Ayman KHOURY Expert scientifque, réalisateur du flm
Ahmed HASSOUNA Réalisateur à l’échelle nationale

Jordanie

Intisar AL QHEIWI Secrétaire générale de la Commission Nationale jordanienne pour l’UNESCO
Nasir SEDR Chef de projet/Chef de section Culture Com° Ministère de la Culture
Hani HAYAJNEH Facilitateur
Hikmat NAWAISEH Partenaire / Ministère de la Culture
Mohammad AL-DMOUR Réalisateur à l’échelle nationale
Mohammad ALSHOA’RA Porteur d’élément
Husam ALTLOULI Porteur d’élément
Ishaq YASEEN Photographe

Liban

Zahida Darwiche JABBOUR Secrétaire Générale de la Commission Nationale libanaise pour l’UNESCO
Annie TOHME TABET Facilitateur
Hanna EL AMIL Coordinateur
Marlene NAJJAR Chef de projet
Joseph KREIDI UNESCO bureau hors siège
Joseph Gérard TOHME Photographe
Elias KHALIL Poète (Zajal)
Gergi ABOU ANTOUN Poète (Zajal)


Maison des Cultures du Monde

- 101 bd Raspail, 75006 Paris

- métro Saint-Placide / Rennes

01 45 44 72 30



Spectacles et Musiques du Monde est un site de promotion des arts, spectacles, concerts et musiques du Monde. Nous vous proposons régulièrement des invitations gratuites à gagner sur notre site pour de nombreux concerts et spectacles.

Spectacles et musiques du monde - www.musiquesdumonde.fr © 2006-2019 Tous droits réservés

Nous contacter | Conception, Réalisation et Hébergement : Ziofix

Page d'accueil | ARTISTES | AGENDA 2019 | AGENDA 2020 | EVENEMENTS | REPORTAGES | CD-DVD | LIVRES | CONTACTS | ARCHIVES