Spectacles et musiques du monde

A la une

La Caravane Passe

Samedi 25 juillet 2020 au cabaret sauvage - GRATUIT - Festival des Confinés

Moh Kouyaté

Le Mardi 21 juillet 2020 à Toulouse, dans le cadre du festival Convivencia

Meryem Koufi

le Samedi 18 juillet 2020 à Arles

SOFIANE SAIDI

En concert en Juillet 2020

SANDRA NKAKE

le Mercredi 8 juillet 2020 au Théâtre Antique, Arles

CAMELIA JORDANA

le Mercredi 8 juillet 2020 au Théâtre Antique, Arles

PROTEST SONGS

( concert de solidarité avec le personnel soignant ) avec "L" (Raphaële Lannadère) , Jeanne Added, Camélia Jordana, et Sandra Nkaké le Mercredi 8 juillet 2020, 22h au Théâtre Antique, Arles

RICHARD GALLIANO

Le Mardi 21 juillet 2020 au NICE JAZZ SUMMER SESSIONS à Nice

Belmondo Quintet

le Lundi 20 juillet 2020 au NICE JAZZ SUMMER SESSIONS à Nice

André Ceccarelli

Samedi 18 juillet 2020 NICE JAZZ SUMMER SESSIONS à Nice

LIZ MC COMB

Le Vendredi 17 juillet 2020 au NICE JAZZ SUMMER SESSIONS à Nice

Chicuelo

Le Mardi 7 juillet 2020 au Festival Cruïlla à Barcelone

ZOUFRIS MARACAS

Samedi 11 Juillet 2020 à Limoges , dans le cadre du festival URBAN EMPIRE

KASSAV

Le Vendredi 23 juillet 2021 aux Arènes De Bayonne

Rhoda Scott

Le Vendredi 24 juillet 2020 au Festival "Jazz sous les étoiles" à Jardins d’Albertas à Bouc Bel Air

Chimene Badi

Dimanche 20 Septembre 2020 à la Bourse du Travail à Lyon

MAYRA ANDRADE

Mercredi 23 Septembre 2020 à l’ Olympia à Paris

KATIE MELUA

25 septembre 2020 à l’ Olympia

ORCHESTRE NATIONAL DE BARBES - ONB

Le Vendredi 24 Juillet 2020 au FESTIVAL DE NEOULES

KASSAV

En concert en Aout 2020

KATIA GUERREIRO

En concert en Juillet 2020

Magic Malik

concerts

2019

Dimanche 15 décembre 2019 à 17h00 au FESTIVAL JAZZ METIS 2019
Prabhu Edouard et Magic Malik

Prabhu Edouard – tablas, percussions
Magic Malik – flûte

Invité Kevin Seddiki & Manjunath BC


BIOGRAPHIE

Né en Côte d’Ivoire en 1969, Malik grandit en Guadeloupe. Il commence à prendre des cours de flûte à bec dans une école de Pointe à Pitre dès l’âge de 6 ans : « ma mère raconte que j’étais tout le temps fourré devant la radio, à essayer de reproduire les mélodies avec un petit vibraphone diatonique… J’ai toujours aimé ça. La musique, ça m’a toujours parlé. Il n’y avait pas besoin de mots. Quand j’écoutais certains morceaux, j’entendais du sens… »

A 13 ans, il commence la flûte traversière avec Marc Rovelas : « ça a été la révélation. Il m’a fait découvrir Bach, puis Xenakis, Ravel, Stockhausen… J’étais ébloui. J’ai compris que je pouvais devenir musicien dans la vie. »

A 17 ans, il quitte la Guadeloupe pour Marseille. Il sort diplomé du Conservatoire National de Région avec le Premier Prix de Flûte : « à l’époque, j’écoutais Mozart, Bach, Stravinsky, et je kiffais grave, mais la musique qui me faisait vraiment vibrer par sa hargne, c’était le jazz. Je me sentais davantage concerné par un discours du jazz, contrairement à la musique classique qui me semblait être un discours complètement idéal, utopique. En jazz, j’avais l’impression de pouvoir proposer ma propre vision de la musique jouée, par la façon de faire les solos et de développer ton jeu. »

Dès sa sortie du conservatoire, Malik intègre le groupe Human Spirit. Leur collaboration va durer 10 ans : « Human Spirit a été une vraie famille d’accueil pour moi. J’ai découvert sur scène, une part de ce qui m’attirais dans la musique, et qui restait si mystérieux pour moi, tellement abstrait. La capacité à improviser face à un public. Le premier concert de ma vie, au New Morning en 1991, fut l’occasion de découvrir la puissance de cette sensation. C’était monumental, une sensation inconnue, se trouver face à un public : des gens qui se défoulent réellement, des vibrations J’ai pu comme ça débuter l’improvisation. »

Malik multiplie par ailleurs les collaborations en tant que flûtiste-arrangeur avec des artistes tels que Lio, Teri Moise, Laurent Garnier, St Germain, Dj Gilb’R, FFF, Juan Rozoff.

Il rencontre Julien Lourau, qui tourne alors avec sa propre formation : le Groove Gang. Les deux musiciens participent ensemble à plusieurs festivals de jazz : St Louis du Sénégal, La Villette Jazz Festival, Nancy Jazz Pulsations. En 1998, Malik participe à l’album "City Boom Boom" (nominé meilleur album jazz) et intègre le Groove Gang : « j’ai appris énormément de choses auprès de Julien, qui connaissait déjà bien le jazz à l’époque. Je connaissais un peu l’improvisation, mais le Groove Gang a été pour moi une nouvelle ouverture vers la pratique du jazz. Cette période a été riche d’enseignements, un bon compromis entre de nouvelles expériences musicales et toujours l’interaction avec le public. Le Groove Gang synthétisait au mieux mes expériences musicales passées avec le type de musique que souhaitais développer. »

En 1999, Malik accompagne le Groove Gang pour une tournée de plusieurs mois entre l’Amérique du Sud et l’Afrique : « c’était l’année de mes trente ans, et humainement, je ne pouvais rêver mieux. Cette tournée a été l’occasion de découvrir la rotondité de la terre, le fait que nous ne sommes pas si différent les uns des autres. A chaque concert donné en Amérique du Sud, je suis reparti avec l’impression d’avoir toujours plus reçu que ce que je pouvais offrir. »
En 2000, il décide de se lancer dans un projet d’album sous son nom et fonde le « Magic Malik Orchestra ». L’album "69 96" sera enregistré en quelques jours sous l’oreille attentive de l’ingénieur du son Philippe Avril et avec la complicité de la galaxie de musiciens dans laquelle gravite Malik : « cet album, c’est moi au retour de ce tour du monde. On est allé en Amérique Centrale, aux Caraïbes, en Europe du Nord, en Afrique Centrale, en Afrique de l’Ouest… On a traversé des pays où économiquement, c’était dur, la grande misère. Mais le jour où je rentre à Paris, je vais dans le métro, et je me dis que si le confort économique ici est évident, il y a une misère humaine qui est terrible. »
En parallèle, Malik collabore à l’écriture des arrangements de voix bulgares pour le prochain disque de Juan Rozoff. On le voit aussi au théâtre et au cinéma avec la composition de la musique du film « Ca ne se refuse pas » d’Eric Woreth.
En 2003, Malik sort un double album intitulé "00-237 XP-1". Le premier disque présente un échantillon de son répertoire, dans la lignée de l’album précédent mais plus jazz et plus complexe. Sur le second volume (XP-1), Malik dévoile ses premières tentatives d’échafauder une langue personnelle, cachées derrière le nom de code XP : « j’ai travaillé ma propre approche de l’improvisation et du langage harmonique, mélodique, rythmique. En même temps, je n’ai rien inventé, c’est juste ma manière de regarder des éléments déjà existants. Cela a été un long trajet, il m’a fallu du temps pour trouver ma façon de les assimiler et de les restituer. »

Steve Coleman, intéressé par la démarche musicale de Malik, apparaît même sur une plage de l’album avant d’inviter Malik à le rejoindre sur l’album « Five Elements »(Blue note).

En 2004, Malik propose avec le Magic Malik Orchestra l’album "13 XP song’s book". Malik tenait à revisiter quelques classiques de la chanson française, de ceux qui un jour ont traversé son esprit, ses oreilles, et ne l’ont plus quitté, à l’image de « J’entends Siffler Le Train » de Richard Anthony, qu’il se réapproprie, lui injectant dissonances et rythmiques puissantes. Des chansons qu’il s’est amusé à retailler à sa mesure, uniquement à travers les vagues souvenirs qu’il avait d’un refrain, d’un air, sans chercher à se remettre l’origial entre les tympans, axant sa démarche sur le sensitif et l’émotif, traduction substantielle de cette première fois qui marque pour toujours un être.

Malik enregistre et co-écrit avec tous les musiciens de la nouvelle génération : M, Bumcello, Camille, Pierrick Pedron, Aka Moon, Booster. Plus récemment, il a collaboré avec Hocus Pocus, AIR, Oumou Sangaré : « toutes ces collaborations sont pour moi de véritables ateliers de travail qui me permettent d’élargir mes horizons et de progresser dans des directions différentes. »

Il faudra attendre mars 2008 pour la sortie du nouvel album intitulé « Saoule ». Malik enregistre pour la dernière fois avec l’Orchestra en Quintet, la formation sera désormais en Quartet. L’album se veut plus accessible que les XPs et Malik revient à un style très personnel. Les morceaux sont plus doux et les harmonies plus diffuses. On finit même par croire que la musique se vit le temps d’un morceau en concert, comme un espace parallèle où il serait permit de rêver que tout est possible. Fond de drum & bass, batterie jungle, saxophone jazz, Malik retrouve l’électro-jazz et la soul music. La musique laisse place à l’écoute. Ce disque est certainement le plus abouti de tous, le plus doux aussi, celui qui procure le plus d’émotions et replonge dans les vieux souvenirs…



Spectacles et Musiques du Monde est un site de promotion des arts, spectacles, concerts et musiques du Monde. Nous vous proposons régulièrement des invitations gratuites à gagner sur notre site pour de nombreux concerts et spectacles.

Spectacles et musiques du monde - www.musiquesdumonde.fr © 2006-2020 Tous droits réservés

Nous contacter | Conception, Réalisation et Hébergement : Ziofix

Page d'accueil | ARTISTES | AGENDA 2020 | AGENDA 2021 | EVENEMENTS | REPORTAGES | CD-DVD | LIVRES | CONTACTS | ARCHIVES