Spectacles et musiques du monde

A la une

ABD AL MALIK- Agora au Théâtre de la Ville

"Agora", un week-end imaginé par ABD AL MALIK du 22 au 24 février au Théâtre de la Ville à Paris

Toine Thys

Le 22 février 2019 au Centre Wallonie-Bruxelles à Paris

Rana Gorgani

le 19 Février 2019 au Théâtre des Champs Élysées - Performance pour le Concert de Simon Ghraichy

SOUAD MASSI

Le Vendredi 8 mars 2019 à l’Institut du Monde Arabe ( IMA)

Aynur Dogan

Le Samedi 9 mars 2019 - 20h à l’Institut du Monde Arabe ( IMA)

AZIZA BRAHIM

Le Dimanche 10 mars 2019 - 17h30 à l’Institut du Monde Arabe ( IMA)

Khalil Chahine

le 2 Mars 2019 au SUNSET à Paris

Barbara Hendricks

le 02 Mars 2019 au Parc des Expos (Le Capitole) (Chalons en Champagne)

ROBERTO ALAGNA

du 7 au 29 Mars 2019 à l’Opéra Bastille

Winston McAnuff & Fixi

En concert en Mars 2019

ROBERT CHARLEBOIS

En concert en Mars 2019

Isabelle Georges

Le samedi 23 février 2019 au BAL BLOMET (Paris 15ème)

IDIR

le 19 Mars 2019 à Villepinte

LAÏKA FATIEN

concerts

concerts


BIOGRAPHIE

On ne sait pas toujours quand survient l’orage ou le soleil. Laïka n’aurait pas su prédire que cet album
allait être bâti et enregistré.
Il en est d’un album comme de la vie. La rencontre d’un ancien amour, la distance qui s’élargit avec
son compagnon, le besoin de parler à l’un et l’autre. Et le désir d’entendre la trompette, de chanter
sans batterie, d’enregistrer avec un orchestre à la fois intime et large…
Come A Little Closer s’est construit en neuf mois à travers le monde, entre Tokyo où Laïka s’installe
en famille puis cherche les chansons qui diront son trouble amoureux, et New York où Gil Goldstein
prépare les arrangements et où elle enregistre en août 2011.
De toute manière, Laïka Fatien n’appartient pas à un monde déterminé et sûr de ses couleurs. Tout
en elle dit le tremblement cher au poète Édouard Glissant. Mère hispano-marocaine, père ivoirien
absent. À l’âge où on apprend ses premiers poèmes de Prévert, elle s’invente une ascendance
américaine qui lui fait maîtriser l’anglais bien avant l’heure. Chanteuse de jazz ? Partout à la fois.
Chez Claude Bolling, chez Sixun, chez Laurent Cugny. Elle chante Billie Holiday, les Beatles, Carmen
McRae, Björk, elle travaille avec Me’Shell Ndegéocello… On aurait autant de mal à la ranger sur la
même étagère que les chanteuses braves filles gentiment sexy que chez les vestales du grand cri
modal. Une race ? La sienne à elle seule, tout à fait noire, tout à fait blanche, tout à fait orientale, tout
à fait européenne… Un genre, un style, un parcours ? Rien qu’elle-même dans ses souveraines
incertitudes.
Ainsi, Come A Little Closer est un album de standards. Des standards qui disent avec une absolue
précision les sentiments, les émotions, les silences de Laïka. Elle a écrit un seul texte, Divine, sur une
musique de Roy Hargrove. Elle a rassemblé des titres qui, chacun, parle à l’oreille de l’homme aimé,
de l’homme qui part, de l’homme qui revient, de l’homme avec qui il n’arrivera rien… Cela fait comme
un bréviaire de l’amour vrai : When Love Was You and Me d’Abbey Lincoln, It’s Easy To Remember
que créa Bing Crosby en 1935, Wild is the Wind qui a donné son titre à un album de Nina Simone, Go
Away Little Boy de Carole King, The Music That Makes Me Dance qui vient de la comédie musicale
Funny Girl…
Il n’en résulte pas un album de vocaliste qui tord les syllabes autour de la note. Laïka Fatien parle
d’amour et n’a pas voulu étaler le matériel pyrotechnique de la chanteuse de jazz fière de sa
technique. Au contraire, elle se prend parfois à dire les chansons, voix bouleversante de vérité et de
sentiment qui ne cherche pas à passer en force et se soucie surtout d’être comprise, d’être vraie,
d’être sincère.
Les virtuoses seront les trompettistes. Graham Haynes au cornet, Ambrose Akinmusire à la trompette
et surtout Roy Hargrove au bugle, présent le plus souvent. Laïka noue avec eux un dialogue qu’elle a
voulu fragile, immédiat, suspendu entre sol et ciel, entre incertitude et puissance, entre amour qui part
et amour qui vient.
Come A Little Closer vient deux ans après Nebula, album produit par Me’Shell Ndegéocello dans
lequel Laïka dessinait une quête de soi plurielle et aventureuse. Ici elle s’est laissé guider par
l’urgence. Il n’était pas prévu qu’elle enregistre un album. Elle devait continuer à tourner avec les
chansons de Nebula tout en vivant une année au Japon avec sa famille – un défi exotique, gourmand,
partagé avec ses fils. Puis les décrets de l’amour ont tout précipité. Son album s’est construit dans le
silence et la nécessité. Besoin de dire très exactement chaque nuance du chemin amoureux qu’elle
traverse ; difficulté à répéter « à blanc » des chansons qui épousent si précisément et si
douloureusement chaque battement de coeur…
On pourrait faire de l’histoire un vaudeville. Elle en fait une oeuvre d’art, une oeuvre généreuse et
ouverte. Quand elle a commencé à sélectionner le matériel pour cet album, elle a commencé à parler
avec Gil Goldstein. Pianiste, arrangeur et accordéoniste, il a produit Lee Konitz, Gil Evans, Wayne
Shorter ou Juliette Gréco et il sait tout aussi bien écrire pour les mots que pour les mélodies.
Si elle ferme les yeux et imagine la manière de faire entendre son coeur, elle voudrait une clarinette
basse et un violoncelle. Pas de rythmique trop marquée. La moire de la trompette. Gil Goldstein
construit pour elle un orchestre de chambre (violon, violoncelle, trombone basse, flute alto, clarinette,
clarinette basse et piano). Les trompettistes sont là et, en deux jours près de Time Square, elle
déploie un chant d’une chaleur saisissante et d’un naturel absolu : elle n’a pas travaillé la technique ni
trop répété avant d’enregistrer. Il en sort des prodiges de sens et de sentiment, comme si ces
standards avaient soudain trouvé leur utilité immédiate et première – dire les mots de l’amour.
Oui, Laïka le reconnait volontiers : après l’enregistrement, elle a réalisé qu’elle entendait plus la
femme que la chanteuse. Come A Little Closer semble habité de la précision d’Abbey Lincoln, de la
fermeté d’Helen Merrill, du tranchant serein de Shirley Bassey, de la simplicité d’énonciation des
grandes actrices au micro – comme Glenn Close chantant Send in the Clowns…
Et on y entend aussi ce chaos doux d’un coeur amoureux, ce maelström de désirs qui
s’entrechoquent, s’apprivoisent ou se chevauchent dans une âme résolue à vivre en liberté. Ces
chansons enregistrées dans un temps de crise amoureuse disent aussi tout Laïka. Les identités
emmêlées, le vaste espace du rêve, le sentiment à nu, la capacité de toujours s’inventer… Come A
Little Closer, dit-elle. Nous sommes immédiatement plus près d’elle.

laika.net



Spectacles et Musiques du Monde est un site de promotion des arts, spectacles, concerts et musiques du Monde. Nous vous proposons régulièrement des invitations gratuites à gagner sur notre site pour de nombreux concerts et spectacles.

Spectacles et musiques du monde - www.musiquesdumonde.fr © 2006-2019 Tous droits réservés

Nous contacter | Conception, Réalisation et Hébergement : Ziofix

Page d'accueil | ARTISTES | AGENDA 2019 | EVENEMENTS | REPORTAGES | CD-DVD | LIVRES | NOUS CONTACTER | ARCHIVES