Spectacles et musiques du monde

A la une

Mugham Souls

Gochag Askarov & Pierre de Trégomain en concert pour la sortie de leur album : "Mugham Souls" le 24 Novembre 2017 à Musiques au Comptoir, à Fontenay-sous-Bois - Entrée libre

Ruben Molina - Nuit Flamenco Acte II

Nouveau spectacle de la compagnie Rubén Molina : Nuit Flamenco Acte II du 20 au 31 décembre 2017 à 20h30 au Café De la Danse à Paris

Mehdi Nassouli

En concert en Novembre 2017

Robert Guédiguian

Sortie du Film "La Villa " avec Jean-Pierre Darroussin, Ariane Ascaride, Gérard Meylan .. le 29 novembre 2017

Costa-Gavras

Parrain du Festival du film franco-arabe de Noisy-le-Sec 2017

TINARIWEN

en concert le Vendredi 24 Novembre 2017 à 21h à Elancourt (78) Le Prisme

RACHID TAHA

En concert en Novembre 2017

JEAN GUIDONI

Lundi 20 novembre 2017 à la Cigale à Paris

Vicente Amigo

En concert en Novembre 2017

Luz Casal

En concert en Novembre 2017

Black M

En concert en Novembre 2017

Stacey Kent

En concert en Novembre 2017

MANU DIBANGO

En concert en Novembre 2017

Massilia Sound System

En concert en Novembre 2017

SOUAD MASSI

En concert en Novembre 2017

AMADOU ET MARIAM

En concert en Novembre 2017

IAM

En concert en Novembre 2017

HAÏDOUTI ORKESTAR

en concert en Novembre 2017

CALYPSO ROSE

en concert en Novembre 2017

Moh Kouyaté

En concert le vendredi 24 Novembre 2017 au New Morning à Paris pour la sortie de son nouvel album : "Fé Toki"

Bollywood Masala Orchestra

En concert en Novembre 2017

Ismaël Lo

concert

2017

Le 30 Juin 2017 au Festival Gnaoua ESSAOUIRA à Essaouira- Maroc

le samedi 7 décembre 2013 à 17h00 et 20h30 au Théâtre de la Ville - Paris

Ismaël Lô chant, guitare
Malick El Hadji Diouf guitare
Pathé Dieng percussions
Paul Thierry Oliveira claviers
Djibril Bamba Niang basse
Janvier Berto Gildas Mayitoukou batterie
Seynabou Sane chœurs

Théâtre de la Ville 2 place du Châtelet Paris





© Salah Mansouri


reportage au Festival TIMITAR à AGADIR

© Salah Mansouri


« Baptiser cet album « Sénégal », c’est pour moi une manière d’honorer mon pays, de le saluer pour tout ce qu’il m’a donné »

Ismaël Lo

La force tranquille

Ismaël Lô ne s’interdit rien. Surtout pas le droit de ne pas se presser, de réfléchir, de se poser. « Il faut laisser le temps au temps » dit-il. Il aura fallu donc l’attendre ce nouvel album, le 22ème dans sa carrière, comme l’on avait également un peu attendu « Dabah », le précédent. Enfin « Sénégal » est arrivé. Enregistré entre Dakar, Paris et Londres (pour les arrangements de cordes), il contient tout ce qui fait l’identité de l’un des chanteurs les plus attachants que le Sénégal ait offert au monde. Des interpellations, des messages pour conscientiser ( « Manko » parle de la démocratie et rappelle aux « politiciens qu’ils ne doivent pas oublier ceux qui les ont élu », « Incha Allah » et « Tass Yakar » évoquent et interpellent les enfants qui veulent brûler les étapes, « Taar dousey » pointe les mariages arrangés), des hommages (aux agriculteurs - « Baykat », à sa mère - « Yaye boye », aux victimes d’un naufrage dramatique - « Le Jola », à son « chez lui »), sans oublier aussi ce qui lui reste de l’enfance, un certain sens de l’humour taquin, (« Plus je fais ci, plus je fais ça »).

La musique se partage pour l’essentiel entre de frissonnantes ballades et des invitations à danser sur les rythmes turbulents du Mbalax, dont il sait parfois adoucir les angles pour être apprivoisés par tout un chacun. « Baptiser cet album « Sénégal », c’est pour moi une manière d’honorer mon pays, de le saluer pour tout ce qu’il m’a donné », déclare le chanteur.

Né en 1956, au Niger, terre de sa mère, où son père sénégalais est alors en poste, Ismaël Lô grandit à Rufisque, une commune de la région de Dakar. Au départ, il ne sait pas trop à quelles couleurs se vouer. Son cœur balance entre la guitare et le pinceau qu’il manie avec une habileté égale.

A la mort de son père, en 1970, il fréquente pendant deux ans l’Institut des Arts de Dakar, tout en commençant à chanter et à jouer les maîtres à danser durant le week-end. C’est la musique qui a finalement sa préférence.

Il part sur les routes avec pour seul bagage une guitare et un harmonica. Son chemin croise celui du Super Diamono, un groupe adulé par la jeunesse du pays. C’est le début pour lui d’une autre aventure.

Après quelques années de vie commune et de succès partagé avec le Diamono, Ismaël Lô reprend son indépendance. Il s’entoure de musiciens capables de composer aussi bien avec les rythmes locaux du m’balax qu’avec la soul, le rythm’n’blues, les mélodies peules et mandingues, bref, tout ce qui fait la trame de son inspiration.

Avec les années 90, il trouve enfin une crédibilité internationale, grâce notamment à « Tajabone », superbe ballade tissée au fil acoustique, qui sera élue plus tard par Pedro Almodovar pour illustrer son film « Tout sur ma mère » et reprise ici, comme on retourne vers un agréable souvenir.

On le verra faire équipe avec Etienne Roda-Gil (« La femme sans haine »), chanter avec Stephan Eicher, parcourir le monde. Sans jamais perdre l’élégance de l’humilité, cultivant dans sa musique une sobriété chaleureuse pour transmettre ce qui à ses yeux fait sens : amener à réfléchir, rêver et danser.


reportage en Tunisie par Salah Mansouri



Spectacles et Musiques du Monde est un site de promotion des arts, spectacles, concerts et musiques du Monde. Nous vous proposons régulièrement des invitations gratuites à gagner sur notre site pour de nombreux concerts et spectacles.

Spectacles et musiques du monde - www.musiquesdumonde.fr © 2006-2017 Tous droits réservés

Nous contacter | Conception, Réalisation et Hébergement : Ziofix

Page d'accueil | ARTISTES | AGENDA 2017 | AGENDA 2018 | EVENEMENTS | REPORTAGES | SORTIES CD-DVD | SORTIES LIVRES | Contacts | ARCHIVES