Spectacles et musiques du monde

A la une

DOOLIN’

En concert en Aout 2017

Souad ASLA

Souad ASLA & Hasna El BECHARIA en concert le samedi 19 Aout 2017 au Hadra Féminine et Musiques de Transe à Essaouira - Maroc

HASNA EL BECHARIA

Samedi 19 Aout 2017 au Hadra Féminine et Musiques de Transe à Essaouira - Maroc

ZIARA

Spectacle "ZIARA" de Sami Lajmi en tournée 2017

DJMAWI AFRICA

le Dimanche 27 Aout 2017 au festival Rock en Seine , au DOMAINE NATIONAL DE SAINT-CLOUD / PARIS - FRANCE

Massilia Sound System

En concert en Septembre 2017

EMEL MATHLOUTHI

En concert en Août 2017

SOUAD MASSI

En concert en Aout 2017

Pat Thomas

En concert en Aout 2017

AMADOU ET MARIAM

En concert en Septembre 2017

Afrikana Soul Sister

En concert en Aout 2017

ANOUSHKA SHANKAR

En concert en Aout 2017

Naïssam Jalal

En concert en Aout 2017

SALIF KEITA

LA NUIT DU MALI à Bercy le samedi 23 Septembre 2017

Rocio Marquez

Le 23 Septembre au Festival d’Ambronay (avec Fahmi Alqhai)

Mokobe

le Samedi 23 Septembre 2017 à Bercy , dans le cadre de " La Nuit du Mali"

HAÏDOUTI ORKESTAR

en concert en Aout 2017

JACOB DESVARIEUX

En concert en Aout 2017

African Salsa Orchestra

en concert en Aout 2017

Leyla McCalla

en concert en Aout 2017

TINARIWEN

en concert en Aout 2017

Institut du Monde Arabe ( IMA)

concerts

Institut du monde arabe

1, rue des Fossés-Saint-Bernard Place Mohammed V
75236 - Paris Cedex 05
Tél. : 01 40 51 39 01



Samedi 30 septembre 2017 à 20h Mélodies du Darfour

avec Omer Ihssas

Voici, après plusieurs tournées à l’international, le premier
concert à Paris du Soudanais Omer Ihssas. Né à Nyala, dans la région meurtrie du Darfour, Omer est l’héritier d’une génération musicale soudanaise très en vogue dans les années 1970 que portèrentAbdel Gadir Salim, Abdel
Aziz Mubarak et Mohamed Gubara.
Après des débuts locaux prometteurs dès l’âge de 15 ans,
Omer s’établiten 1981 à Khartoum,où des passages radio et télé favorisent sa popularité. Dix ans plus tard, il s’impose
définitivement avec des chansons sentimentales
interprétées dans un style alliant modernité et tradition, qui ne négligent pas pour autant les réalités socio-politiques de sa région natale et sont porteuses de messages de paix.


Vendredi 27 octobre 2017 , 20h

Ilik ya Baalbak (A toi Baalbeck )

Avec Simon Ghraichy (piano), Fadia Tomb El-Hage (chant), Gabriel Yammine (textes), Elie Maalouf (bouzou
k) etYoussef Zayed (percussions)

Un vibrant hommage au festival de Baalbeck conçu et mis en scène par Nabil el Azan et fondé sur des poèmes d’Adonis, Etel Adnan, Talal Haydar, Issa Makhlouf, Wajdi Mouawad, Nadia Tuéni et Salah Stétié, et des compositions musicales signées Bechara El Khoury, Naji Hakim, Zad oultaka,
les Frères Rabbani, Ghadi Rahbani et Gabriel Yared.

Les musiques et chants seront portés par le piano de Simon Graichy et la voix de Fadia Tomb El-Hage, et les textes déclamés par Gabriel Yammine. Le tout sera ponctué de projections vidéo puisées aux archives les plus rares du festival


Samedi 28 octobre 2017, 20h

Trio chic et choc

Charbel Rouhana (oud), Elie Khoury (bouzouk) et Jasser Haj Youssef (violon)

Tous deux natifs du pays des cèdres, Charbel Rouhana et Elie Khoury se sont rencontrés en 1999, mus par une même passion pour le oud et le bouzouk.

Ils séduisent par leur palette musicale aux timbres chauds et intenses et par leur savante combinaison entre jeu instinctif et
performance technique de haut niveau. Ce duo se commue
ici en trio avec le violoniste et compositeur tunisien Jasser Haj Youssef, l’un des musiciens les plus surprenants de sa génération par la sensualité de ses mélodies et son sens du
groove


Dimanche 29 octobre 2017, de 16h à 22h

Nouvelle scène libanaise

Trois jeunes groupes inédits en Europe

16h : The Great Departed

18h : Kinematik

20h : Who Killed Bruce Lee ?


Du 11 novembre à la tombée de la nuit au 12 novembre à l’aube

NUIT DE LA POESIE


Vendredi 24 novembre 2017, 20h Live inédit -

Concert acoustique d’Oxmo Puccino


Vendredi 24 novembre 2017 (22h-24h) et samedi 25 novembre 2017 (18h-24h ) Entrée libre

Rue de la création

Restitution des 12 projets artistiques

Oxmo Puccino a souhaité encourager la jeune création en partageant sa carte blanche avec de jeunes artistes âgés de 30 ans et moins, 3 projets artistiques dans chacune des disciplines suivantes : danse, écriture et interprétation, arts numériques, design culinaire.

Les artistes ont été choisis, parmi les 77 candidats ayant répondu à un appel à projet diffusés dans 84 villes et plus de 250 lieux culturels, par un jury notamment composé de Jack Lang, président de l’Institut du monde arabe, d’Oxmo Puccino, et d’un référent professionnel pour chacun des domaines concernés.


Dimanche 26 novembre 2017, 15h30 -17h30

Douce Transe - Sieste acoustique


Vendredi 1erdécembre 2017 , 20 h

Le chaâbi euphorique

avec Zina Daoudia (Maroc)

Née en 1977 à Casablanca,
Zina Daoudia, rencontre son public très jeune : à seulement 9 ans, ellec hante déjà en public.

Qu’importe l’opprobre ! Elle persévère, enchaînant les
performances lors des saisons de mariages et autres célébrations.

Sa témérité lui vaut d’être remarquée par un chanteur de raï qui s’éprend de sa voix et lui fait enregistrer, sous le nom de
Cheba Zina, son premier album raï.

Le triomphe est quasi immédiat. Daoudia se lance alors dans la musique chaâbi et s’impose comme la concurrente d’
artistes chevronnés tels que Stati, Senhaji ou Daoudi. C’est
alors qu’elle change de nom pour devenir Zina Daoudia.

Unique femme du milieu artistique maghrébin à maîtriser la
aïta (cri ou appel, style « rurbain » sulfureux des Cheikhates)
, elle a aussi la particularité d’être populaire auprès des jeunes autant que des aînés –en attestent ses millions de vues sur le net.

Elle s’est même initiée au violon, dont elle joue excellemment,
afin de prouver qu’elle pouvait faire aussi bien et même mieux que les hommes dans un art considéré par beaucoup comme
leur apanage.

Sa virtuosité et sa voix entêtante sont parvenues à enchanter diverses scènes d’Europe et d’Amérique et lui ont valu de côtoyer de grands noms de la chanson maghrébine et orientale, entre autres Khaled, Ehab Tewfik, Zahouania ou Cheb Bilal, qui l’ont sollicitée pour des duos.

Aujourd’hui reconnue comme l’une des plus grandes stars du
chaâbi marocain, Zina Daoudia a su se faire une place dans le cœur des mélomanes du monde grâce à des paroles vraies et des rythmes entraînants dont il est difficile de se lasser. Elle est également perçue comme un symbole de la femme marocaine moderne et indépendante


Samedi 2 décembre 2017, 20 h

Rachid Taha chante Dahmane El Harrachi

avec Rachid Taha (France/Algérie)

Cas original dans le paysage musical français, Rachid Taha
échappe à toutes les étiquettes – et en premier lieu à celle de chanteur « world ».

Ni cheb du raï, ni artisan du chaâbi, ni rocker destroy, ni technoïde platiné... mais tout cela à la fois, et surtout lui -
même.

Avec de solides références et un discours qui tient la route.

Cofondateur en 1981 du fameux groupe Carte de Séjour
– ce natif de l’Oranais, berceau du raï, y jette les bases d’un rock arabe illuminé par des fragments de « raïté
 » –, héros avec Khaled et Faudeldu légendaire concert « 
1, 2, 3 Soleils » qui rassembla en 1998, à Bercy, plus de
16000spectateurs, Rachid Taha s’est frotté depuis à bien d’autres styles, comme la techno. Et a imposé sa marque avec la reprise d’anciens succès chaâbi, amorçant le début
d’une reconnaissance à ce qu’il a nommé « la culture de l’exil », celle des immigrés de la première génération.

Ses deux albums Diwân avaient compilé, avec succès, des compositions de Dahmane El Harrachi, Hadj El Anka, Akli Yahyaten, Nass El Ghiwane et Farid El Atrache.

Il nous offre en exclusivité un spectacle entièrement bâti autour des titres les plus emblématiques de Dahmane El Harrachi, auteur de Ya Rayah, disparu en 1980


Dimanche 3 décembre 2017, 17h30

Hommage à Amar Ezzahi

avec Kamel Aziz (Algérie)

Né dans une famille d’artistes, Kamel Aziz est l’un des plus grands talents du « néo-chaâbi » algérois. Et ce trentenaire a
déjà une longue carrière artistique derrière lui, d’abord éclose
au sein d’associations de musiques arabo-andalouses tel
les que celle des Beaux-Arts d’Alger et d’Essendoussia.

Au départ plutôt réceptif au blues-rock et au flamenco –
il jouait à la guitare des grilles d’Eric Clapton et de Paco de Lucia

Kamel Aziz s’est mis sur les rails de la musique classique algérienne, apprenant à jouer de presque de tous les instruments : violon, mandole, oud, piano, qanoûn, rbab
, et même derbouka.

Déployant à l’étude une ardeur sans relâche, il acquiert
une grande maîtrise du mandole dont il deviendra un virtuose d’exception, sans pour autant négliger le chant. Les vrais connaisseurs ont vite reconnu en lui un digne héritier du légendaire Amar Ezzahi, disparu le 30 novembre 2016, auquel Kamel rendra un vibrant hommage.


Voir photos Expositions Biskra à l’Institut du Monde Arabe


Reportage le Vendredi 13 janvier 2017 : Hommage à Djelloul Soudani
Dans le cadre de l’exposition "Biskra, Sortilèges d’une oasis"
Hommage à Djelloul Soudani avec Camel Zekri et l’ensemble Chekwa de Biskra


© Salah Mansouri


"A la croisée des cultures arabes, berbères et africaines et des musiques populaire et savante et de l’improvisation, les riches mélodies de l’ensemble Marzoug, que dirigeait naguère le regretté maître ès cornemuse Djelloul Soudani, revitalisent un chant dédié à l’amour ou au culte traditionnel du saint protecteur. Parfois en gamme pentatonique, elles sonnent comme un appel du désert, leur impressionnant relief musical étant à rechercher dans l’usage d’instruments traditionnels pour certains insolites : la cornemuse chekwa à six trous (typique de Biskra ; la cornemuse tunisienne n’en compte que cinq), les crotales métalliques qarqabou, le tambour à doubles membranes tabla.

Avec cette nouvelle création, Camel Zekri, guitariste, compositeur et directeur artistique reconnu, continue à développer l’héritage musical de Biskra. Il réunit les plus grands cornemuseurs d’Algérie, membres de deux grandes familles de musiciens de la ville de Biskra et issues de ses deux plus anciens quartiers : la Zmala et l’Alia, celui de la famille Marzouk."


Extrait de l’intervention de Jack Lang, à la conférence de presse du Festival Arabesques à l’ Institut du Monde Arabe à Paris le 12 Février 2015

Annonce la programmation du Festival Arabesques 2015 à L’institut du Monde Arabe à Paris le 12 Février 2015

en Présence de : Jack Lang, Président de l’Institut du monde arabe, Ehab Badawi, Ambassadeur d’Egypte en France , André Vézinhet, Président du Conseil Général de l’Hérault, Fadelha Benammar Koly, Présidente d’Uni’Sons et Habib Dechraoui, Directeur du Festival Arabesques et d’Uni’Sons



Spectacles et Musiques du Monde est un site de promotion des arts, spectacles, concerts et musiques du Monde. Nous vous proposons régulièrement des invitations gratuites à gagner sur notre site pour de nombreux concerts et spectacles.

Spectacles et musiques du monde - www.musiquesdumonde.fr © 2006-2017 Tous droits réservés

Nous contacter | Conception, Réalisation et Hébergement : Ziofix

Page d'accueil | ARTISTES | AGENDA 2017 | AGENDA 2018 | EVENEMENTS | REPORTAGES | SORTIES CD-DVD | SORTIES LIVRES | Contacts | ARCHIVES