Spectacles et musiques du monde

FNAC_concerts.gif

A la une

KHALED

le 18 et 19 Avril à Paris
[Lire la suite...]

Titi Robin

le 26 Avril dans le cadre du festival welcome in Tziganie à AUCH
[Lire la suite...]

Finzi Mosaïque Ensemble

le 25 avril en concert à Pau

avec TITI ROBIN le 26 avril à Auch festival welcome in Tziganie


[Lire la suite...]

HASNA EL BECHARIA

en concert le Vendredi 18 avril à 20h30 à Strasbourg
[Lire la suite...]

Jawhar Basti

le chanteur tunisien Jawhar Basti remporte le 8 Avril 2014 à Liège , un "Octave ( l’équivalent des Victoires françaises) " dans la catégorie "Musiques du monde"
[Lire la suite...]

RAY LEMA

en tournée en chine en Avril 2014
[Lire la suite...]

LOUIS WINSBERG

en concert en Avril 2014
[Lire la suite...]

Susheela Raman

en concert en Avril 2014
[Lire la suite...]

Tao Ravao

le TAO RAVAO QUARTET sera le 17 avril au STUDIO DE L ERMITAGE à Paris
[Lire la suite...]

JASSER HAJ YOUSSEF

en concert en Avril 2014
[Lire la suite...]

Danyel Waro

en concert en Avril
[Lire la suite...]

Ibrahim MAALOUF

en concert en Avril 2014
[Lire la suite...]

A FILETTA

en concert en Avril 2014
[Lire la suite...]

IZLAN

Chants, poésies et danses berbÚres du 27 novembre au 05 decembre 2009 au musee du quai Branly / Paris

IZLAN

Chants, poésies et danses berbères

LAtlas et le désert marocain

du vendredi 27/11/09 au samedi 05/12/09

musee du quai Branly / Paris

Théâtre Claude Lévi-Strauss

Tél. 01 56 61 70 00

www.quaibranly.fr


Raysa Fatima Tabaamrant (plaine du Souss)

Véritable star grâce à sa poésie unique et à son courage, la Raysa Fatima Tabaamrant a su briser les tabous pour défendre l’identité amazighe.

Née dans les années 60 à Ifran dans l’Anti-Atlas (Sud Marocain), Fatima Tabaamrant a su simposer comme une figure emblématique du répertoire lyrique des Rways, ces chanteurs itinérants qui rappellent à bien des égards les troubadours et trouvères du Moyen-Age. Elle savère également être la première femme à avoir formé son ensemble dans un genre qui, jusque-là, était l’apanage des hommes.

Enfant, alors quelle travaille la terre dans sa campagne natale, Fatima Tabaamrant séprend de la parole versifiée et chantée, ainsi que des danses collectives villageoises, « lieux » dinitiation des jeunes gens à la pratique artistique.

Mariée de force mais trop attirée par le chant et la danse pour tolérer le joug conjugal, elle quitte sa famille pour se lier avec de grands maitres de la chanson berbère, tels Rays Moulay Mohamed Belfqih, Rays Jamaa lhamidi ou encore lhaj Mohamed Demsiri.

Soucieuse de se frayer un chemin personnel, la raysa-poétesse à la voix grave acquiert à la fin des années 80 une reconnaissance à loccasion des joutes satiriques (tinddhamin). Son immense succès populaire tient à la profondeur de ses textes et aux thèmes dactualité qu’elle ose aborder : la cause féminine, lidentité berbère ou tout autre sujet relevant de la critique sociale et morale de son temps.

Raysa Fatima Tabaamrant (chant), accompagnée par 5 musiciens (vièle rbab, luths lotar, percussions naqous, bendir et tamatam) et 2 cheikhates.


Rays Said Outajajt (plaine du Souss)

L’un des plus talentueux héritiers de la chanson du Souss.

Said Outajjajt prolonge une tradition très prisée chez les Chleuhs et dans laquelle son père, Rays Abdellah Outajjajt de la province de Tajajt (région de Tiznit) sétait déjà fait connaître.

Le jeune rays entame sa carrière artistique à l’âge de 14 ans en enregistrant des cassettes et en accompagnant ses aînés à loccasion des fêtes villageoises. Très tôt, il acquiert la maîtrise de linstrument symbole des rways : le rebab, vièle monocorde cousine de l’inzad touareg. Il se façonne alors une réputation de versificateur à la voix chaude, déclamant ses réflexions sur la vie avec dincroyables envolées rythmiques.

Plus encore, il incarne le devenir dune tradition empruntant les attributs de la modernité : la composition musicale est désormais aussi importante que le sens de la parole ; instruments électrifiés et poèmes plus légers - autant dans la forme que le contenu - attirent désormais la jeunesse musicienne.

Rays Said Outajajt (chant et vièle rbab), accompagné par 6 musiciens (vièle rbab, luths lotar, percussions naqous, bendir et tamatam b) et 2 cheikhates


Rays Moulay Hmad Ihihi (plaine du Souss)

Ce joueur de lotar de lancienne génération a accompagné la majorité des rways dans leur ascension.

Sa maîtrise parfaite du luth berbère fait de Moulay Hmad Ihihi lun des grands dépositaires d’une tradition qui, nétant pas transcrite, ne se conserve que dans la pratique des musiciens eux-mêmes.

Cet artiste au sommet de son art, resté cependant méconnu du grand public, a composé un nombre impressionnant de mélodies. Ses arrangements contemporains ont contribué à réactualiser pour partie le répertoire.

Enfin, il aurait été lun des premiers à articuler différents genres musicaux berbères, devançant ainsi le phénomène musical de fusion désormais très en vogue au Maroc.

Rays Moulay Hmad Ihihi (luths lotar et taswisit)



Cheikhates du Moyen-Atlas

Les Cheikhates du Moyen-Atlas (région de Fès)

Emmené par Mina Amhaouch, cet ensemble présente le tahidoust dans lauthentique tradition de Khenifra.

Pratique féminine, le tahidoust est une forme réduite de l’ahidous, terme berbère qui désigne la danse collective emblématique du Moyen-Atlas marocain.

Le grandiose ahidous offre aux villageois l’occasion de danser collectivement, mais surtout d’assister à des joutes où les paroliers se confrontent à limprovisation poétique, traduisent les occupations du groupe et débattent. Il est dabord un art participatif dans lequel toute personne maîtrisant le rythme peut sinvestir.

Son petit frère, le tahidoust, consiste donc en une forme plus intime et moins représentée en public. C’est une danse rythmée par les seules percussions bendirs, qui souvre souvent avec un chant typique du Moyen-Atlas, le tamawayt. Ce chant solo composé dun ou deux distiques vise à prouver le talent de celui ou celle qui lexécute. Ondulante, la voix se fait appel et invite à lécoute ; il sagit de préparer lassemblée à recevoir la parole poétique, lizlan qui, traitant damour et de beauté, fait senvoler limagination.

Les Cheikhates exécutent aussi la danse takhrit : deux femmes s’assoient l’une en face de l’autre et munies dun coussin (takhrit), miment un duel. Cette parodie de bagarre, à la façon des joutes poétiques et des danses de mariage, vise à détourner symboliquement les conflits et à dédramatiser les situations.

Cheikhates du Moyen-Atlas, ensemble composé de 4 chanteuses/danseuses, et 2 chanteurs/percussionnistes (bendir)


Mint Aichata (Oued Noun, Anti-Atlas)

Cette chanteuse perpétue la tradition des chants et danses de lOued Noun (Guelmim), territoire de transition, déchanges caravaniers et de brassages de cultures. Venue des confins sud du Maroc, à la lisière du Sahara occidental, Sallam Yamdah, autrement nommée Mint Aichata (« fille dAichata »), a reçu son savoir de sa mère, qui a longtemps dominé lart du tbel et du lgedra. Ces chanteuses professionnelles, appelées au Maroc meddahat (de la racine arabe madaha qui veut dire « louer », « chanter les louanges »), sont proches des griottes dAfrique de lOuest, autant que des Touaregs du désert. La poésie chantée - et avec elle, celles et ceux qui la font exister - a en effet une importance accrue dans les sociétés nomades : la magie accordée au mot est le moyen dexercer un pouvoir. Dévouée à la communauté, la meddaha chante pour les familles qui font appel à ses services (mariage ou traitement dune maladie), célèbre la beauté masculine à loccasion de véritables concours, accompagne la fameuse danse féminine des sept voiles qui mène à la transe, mais loue également le prophète. Chants profanes et sacrés se mêlent dans cette poésie de langue hassanie riche en métaphores. Interprétés par les mêmes artistes, ils permettaient sans doute de laver les soupçons d « immoralité » pesant sur ces individus libres à la réputation incertaine. Le chant et la danse nincombaient-ils pas autrefois aux esclaves ? Leurs instruments sont rudimentaires, à limage de leur environnement : le tidinit, petit luth à quatre cordes dorigine mauritanienne ; lgdra, couscoussier retourné en percussion ; lkisan, verres à thé frappés sur le plateau de métal ; le tbl, timbale en percussion ; et les tsfag, simples battements de mains.

Mint Aichata (chant et danse), accompagnée de 2 chanteuses/danseuses et de 4 musiciens (luth tidinit, percussions tbl et lgdra)


RENSEIGNEMENTS

Tél. 01 56 61 70 00

www.quaibranly.fr


A lire aussi :

Sanaa Moussa et l’ensemble Nawa Athar

Aux sources de la musique palestinienne le Samedi 7 novembre 2009 à 20h30

Villes des Musiques du Monde 2009

PROGRAMMATION DE NOVEMBRE 2009

Chimène Seymen

Mardi 24 novembre 2009 à 18h30 Aux Portes de l’Orient

Musique de divertissement et airs des cours ottomane, française et italienne, dans le cadre de la Semaine turque à la BnF, autour d’un manuscrit inédit d’Ali Ufkî (XVIIe siÚcle)

Arras Film Festival 2009

DU 06 AU 15 NOVEMBRE 2009

Biréli LagrÚne

Elie Maalouf Quartet

Vendredi 6 novembre 2009 à 20h30

LE JEU DE L’AMOUR ET DU HASARD

DU 9 NOVEMBRE AU 6 Dà?CEMBRE 2009 au TGP - Théâtre Gérard Philipe

Conférence « Folk et la folk song aux Etats-Unis » par Etienne BOURS

le 24 novembre 2009 / 20.30 h à L’Aquilone / LiÚge 2

SOUAD MASSI

BLUES SUR SEINE

11Úme EDITION du FESTIVAL DE BLUES SUR SEINE du 13 au 28 NOVEMBRE 2009




Spectacles et Musiques du Monde est un site de promotion des arts, spectacles, concerts et musiques du Monde. Nous vous proposons régulièrement des invitations gratuites à gagner sur notre site pour de nombreux concerts et spectacles.

Spectacles et musiques du monde - www.musiquesdumonde.fr © 2006-2014 Tous droits réservés

Nous contacter | Conception, Réalisation et Hébergement : Ziofix

Page d'accueil | ARTISTES | AGENDA 2014 | REPORTAGES | EVENEMENTS | CD-DVD | LIVRES | ANNONCES | Liens | 2013 | 12 | 11 | 10 | 9 | 8 | Contacts