Spectacles et musiques du monde

A la une

JUAN CARMONA

En concert en Décembre 2018

RENE LACAILLE

RENE LACAILLE EK MARMAILLE / BONBON VODOU / SUISSA (DAVID) en concert le Vendredi 14 Décembre 2018 au Hasard Ludique Paris (75)

SAMIRA BRAHMIA

le 20 décembre 2018 au Festival international Dimajazz à Constantine, Algérie

Debademba

le Vendredi 21 Décembre 2018 à 21h au Studio de l’Ermitage à Paris

Ana Morales

19 Janvier & 20 Janvier 2019 au Théâtre Bernadette Lafont à Nimes, dans le cadre du Festival FLAMENCO DE NIMES 2019

Arcángel

Vendredi 18 Janvier 2019 à Nimes, dans le cadre du Festival FLAMENCO DE NIMES 2019

Rocío Márquez

Le 13 Janvier 2019 à Nimes, dans le cadre du Festival FLAMENCO DE NIMES 2019

Soeur Marie KEYROUZ

Le 15 Décembre 2018 en concert avec l’Ensemble de la paix à Aubenas, Église Saint Laurent

Isabelle Georges

du 27 au 29 Décembre 2018 au BAL BLOMET (Paris 15ème)

BLICK BASSY

En concert en Décembre 2018

HASNA EL BECHARIA

En concert en Décembre 2018

HARPREET BANSAL

le Jeudi 20 Décembre au Sunset Sunside Jazz Club

BEIHDJA RAHAL

Le Samedi 15 décembre 2018, à 19h30 , Auditorio Nacional de Madrid, Espagne

Elie Maalouf

15 Décembre 2018 en concert avec Soeur Marie Keyrouz et l’Ensemble de la paix à Paris

Ballet de l’Opéra National de Kiev

Le légendaire ballet « Casse-Noisette » sera du 23 décembre 2018 au 6 janvier 2019 au Théâtre des Champs-Elysées à Paris

Aziz Sahmaoui

le Vendredi 20 décembre 2018 à Paris au festival Africolor

AYWA

le 15 Décembre 2018 au Tissé Métisses Festival à Nantes

IDRISSA SOUMAORO

concert

Nouvel album : Djitoumou / Syllart/ Lusafrica

3em album d�un artiste qui à 40 ans de carrière et d�influences musicales aussi diverses que les rencontres , entre folk et blues mandingue ...


BIOGRAPHIE

..Compositeur interprète, il est l’auteur d’une �uvre singulière au sein de la chanson malienne qui a travaillé avec notamment Ali Farka Touré, Salif Keïta ou Amadou & Mariam.

En dépit d’un talent constant, ses enregistrements sont extrêmement rares. On recense seulement trois albums en quarante ans de carrière ! Peu connu à l’étranger, il est cependant une personnalité incontournable de l’histoire de la musique malienne.

C’est à ce titre que Rokia Traoré, présidente du jury Découverte RFI 2004, avait voulu récompenser Soumaoro pour son second album Kote, alors en compétition. Elle voulait honorer cette légende méconnue de la musique malienne et la faire connaître au monde.

Sept années plus tard, l’album Djitoumou, produit par Ibrahima Sylla et publié par Lusafrica, confirme l’immense talent d’interprète et de compositeur d’Idrissa Soumaoro.

Idrissa Soumaoro, bluesman plein d’humour, est né en 1949 à Ouéléssébougou dans la région du Djitoumou, à 75 km au Sud de Bamako, dans un Mali qui se prépare à l’indépendance.

Dès son plus jeune âge, il s’intéresse à la musique, en particulier à la musique des chasseurs. Un peu plus tard, fréquentant les salles de cinéma à Bamako pendant les vacances scolaires, il s’entiche de la musique des films indiens.

C’est à cette époque qu’il commence à jouer du timbo, une sorte de lamellophone malien, puis du pipeau et de la flûte.

Le 22 septembre 1960, l’indépendance du Mali inaugure une période euphorique pour la culture et les arts : la revalorisation du patrimoine musical est en marche, à la faveur d’instruments modernes et électriques.

Idrissa, encore enfant, se nourrit également des titres joués sur les ondes de Radio Mali, que ce soit Enrico Macias, Joselito ou Richard Anthony, des noms qu’il cite, encore aujourd’hui, avec une once d’émotion dans la voix. Adolescent, Idrissa apprend l’harmonica et la guitare, et commence à composer dans le style des chansonniers troubadours qui parcourent la campagne de village en village - il gardera à jamais ce style de composition.

A dix-huit ans, il monte son propre orchestre, le Djitoumou Jazz, avec l’envie de faire danser la population locale. Le groupe donne des bals poussière chaque samedi soir.

Son nom commence à circuler jusqu’à la capitale. Une fois passé son Diplôme d’Etudes Fondamentales, Idrissa suit l’enseignement de l’Institut National des Arts (INA) de Bamako, et s’initie à de nouvelles pratiques musicales comme le piano, le solfège.....

Il poursuit son cycle d’étude et obtient le Diplôme des Ecoles Normales Secondaires, Section Musique et sort major de l’INA. Nommé professeur de musique à l’IPEG de Diré, dans le Nord du Mali, il en profite pour découvrir et assimiler les traditions musicales songhaï et touareg de cette région, avant d’être nommé ensuite enseignant à Gao.

De 1973 à 1976, Idrissa devient chef de section musique à l’Institut Pédagogique National à Bamako. A la même époque, il est recruté pour jouer quelques chansons à la guitare folk pendant les intermèdes des concerts de l’orchestre des Ambassadeurs du Motel de la capitale, une formation dirigée par le guinéen Manfila Kanté où Salif Keita est chanteur vedette.

Comme Idrissa, Ali Farka Touré intervient aussi dans ce registre de chansonnier folk pendant les intermèdes. À l’issue de l’une de ses prestations, Manfila demande à Idrissa s’il sait jouer du piano.

Soumaoro s’insère alors, le plus naturellement du monde, dans le groupe comme pianiste ou comme guitariste selon les circonstances. Le répertoire des Ambassadeurs évolue autour de l’afro-cubain, du jazz, de la pop, du rhythm’n’blues, du rock, et même des chansons russes, chinoises ou arabes au gré des délégations étrangères de passage au Motel.

Idrissa résume ainsi son apprentissage : « On choisissait des morceaux en vogue. Les clients eux-mêmes nous apportaient les cassettes des morceaux qu’ils souhaitaient entendre : Orquesta Aragon, Fela, James Brown, Celia Cruz�

On jouait à l’oreille, chacun de nous savait ce qu’il faisait. Quand tout le monde était prêt, nous jouions le morceau. Il existait un vrai niveau de compréhension entre nous. » Une profonde amitié le lie à Salif Keïta et à un jeune guitariste rythmique aveugle, nommé Amadou Bagayoko, qui devient membre des Ambassadeurs en 1975.

C’est alors l’une des meilleures formations d’Afrique qui triomphe notamment en Guinée, au Burkina Faso et au Festac de Lagos en 1977. Mais le départ à Abidjan, l’année suivante, de Salif et de Manfila entraînant avec eux plusieurs membres de l’orchestre, sonne la fin d’une époque.

La formation restée à Bamako se délite à la grande déception d’Idrissa qui demande alors une mutation à l’Institut des Jeunes Aveugles (IJA) du Mali afin d’y enseigner, tout en continuant à pratiquer la musique.

Avec Amadou Bagayoko, Idrissa forme les jeunes musiciens aveugles et s’efforce de former un orchestre pour mettre en pratique son enseignement.

C’est ainsi que naît l’Eclipse, dont le but est de sensibiliser le public à l’émancipation des aveugles du Mali. Mais les moyens sont limités. Lorsque la femme du président Moussa Traoré visite les lieux, elle est émue par les conditions qu’elle découvre, et commande un jeu complet d’instruments afin que l’orchestre puisse répéter correctement dans la salle de musique de l’Institut.

Idrissa compose avec Amadou Bagayoko plusieurs morceaux qui figurent sur un album vinyle qui paraît en 1978, produit sous les auspices de la coopération de la République Démocratique Allemande.

Chef d’�uvre absolu des années 1970 maliennes, cet album contient des pépites comme Djama (La société) ou Nissodia (Joie de l’optimisme) où rayonne le chant de Mariam, « la plus belle voix des élèves de l’IJA » dixit Idrissa. Riffs d’orgue hypnotiques et breaks de batterie incroyables participent à une expression funk inédite au Mali.

Le groupe change de nom et devient Miriya (La pensée). Mais une fois l’orchestre lancé, Idrissa se retire. De 1984 à 1987, Idrissa étudie la musicographie braille à l’Université de Birmingham, en Grande-Bretagne, où il obtient un diplôme en éducation spéciale des handicapés visuels.

De retour au Mali, il se consacre une nouvelle fois à l’IJA de Bamako, en devenant directeur général de l’Institut, puis en 1996, il est nommé Inspecteur Général de Musique au Ministère de l’Education.

En 2002, il est décoré chevalier de l’Ordre National du Mali. Mais parallèlement à cette belle carrière, il reste un musicien dans l’âme (il devient dès 1989, chef d’orchestre de la formation de l’Hôtel de l’Amitié), s’intéresse toujours aux musiques populaires (en particulier à la musique des chasseurs), et à leur évolution et leur mise en perspective dans un monde en constante évolution.

En 2003, Soumaoro publie son second album et premier véritable travail solo, Kote (satire, humour), qui est récompensé par le prix Découvertes RFI et par une cassette d’or au Mali. Cet album fait découvrir l’artiste en dehors des frontières de son pays.

Idrissa Soumaoro revient en 2010 au premier plan avec Djitoumou, un album luxuriant qui puise ses influences, au-delà du blues mandingue, dans la rumba congolaise et la musique orientale, en passant par le folk et la country.


Djitoumou

Idrissa Soumaoro

Syllart-Lusafrica-Sony /526442



Spectacles et Musiques du Monde est un site de promotion des arts, spectacles, concerts et musiques du Monde. Nous vous proposons régulièrement des invitations gratuites à gagner sur notre site pour de nombreux concerts et spectacles.

Spectacles et musiques du monde - www.musiquesdumonde.fr © 2006-2018 Tous droits réservés

Nous contacter | Conception, Réalisation et Hébergement : Ziofix

Page d'accueil | ARTISTES | AGENDA 2018 | AGENDA 2019 | EVENEMENTS | REPORTAGES | CD-DVD | LIVRES | NOUS CONTACTER | ARCHIVES