Spectacles et musiques du monde

A la une

Enkhjargal Dandarvaanchig - Les Violons Barbares

Le 05 Novembre 2020 à 18h45 au Comptoir à Fontenay Sous Bois

Hamed Bouzzine "De Tanger à Tombouctou"

Le Samedi 7 Novembre 2020 à 16h au Théâtre des Bergeries à Noisy-le-Sec -93

ANIS BENHALLAK

le 22 Octobre 2020 au Sunset à Paris -Festival de Jazz sur seine/ ANNULE

Yannic Seddiki

le 24 octobre 2020 à 16h au Sunside Jazz Club à Paris, Dans le cadre du Festival Jazz sur Seine

NIQOLAH SEEVA

Mardi 20 Octobre 2020 au Studio de l’Ermitage à Paris

Perrine Fifadji

Mercredi 21 octobre 2020 à 20H30 au Petit Bain Paris

JUAN CARMONA

En concert en Octobre 2020

RASSEGNA

Les 22 & 23 octobre 2020 au Mucem à Marseille

Paolo Fresu

le 23 Octobre 2020 à 20h30 au Rocher de Palmer à Cenon

A Filetta

le 23 Octobre 2020 à 20h30 au Rocher de Palmer à Cenon

Daniele di Bonaventura

le 23 Octobre 2020 à 20h30 au Rocher de Palmer à Cenon

Djely Tapa

Samedi 24 octobre 2020 à La Forge à Bérubé / Trois-Pistoles, Québec, Canada

INTERZONE

le vendredi 6 novembre 2020 à Le Sax Achères

TITI ROBIN

DUO TITI ROBIN ROBERTO SAADNA Le 31 Octobre 2020 à la Maison des jeunes Guy Moquet à La Courneuve

Karine Gonzalez

samedi 24 octobre 2020 à 19H Cinéma Le Studio Aubervilliers

Nuria Rovira Salat

Samedi 24 octobre 2020 à 19H Cinéma Le Studio Aubervilliers

ORCHESTRE NATIONAL DE BARBES - ONB

En concert en Octobre 2020

DORSAF HAMDANI

le 24 octobre 2020 à l’Institut du monde Arabe à Paris

TOUFIC FARROUKH

le 30 Octobre 2020 à l’Institut du Monde Arabe

WORLD FOR TCHAD 2020

Concert caritatif avec Charlotte Dipanda le Samedi 31 Octobre 2020 à 20h00 au CASINO DE PARIS

MOUSS ET HAKIM

du2 au 7 Novembre 2020 en région Parisienne

I MUVRINI

En concert en Octobre 2020

Sophie Alour

En concert en Octobre 2020

GOTAN PROJECT

concert

CONCERTS 2011

en France

4/08/2011 ST FLORENT (CORSE)
Festival Porto Latino (France)

6/08/2011 SAINT NAZAIRE / Les Escales de St Nazaire (France)


29/08/2011 CRATO
Festival do Crato (Portugal)


biographie

C�était il y a un siècle déjà. En janvier 1999, Gotan Project entamait son retour vers le futur. Celui du tango, alors rangé aux rayons des us et usages délavés. Du passé, dépassé ? Un temps. Il faut que jeunesse s�y fasse. En 2001, « la revancha del tango » s�impose sur le dance-floor et impose un nouveau son. Une marque de fabrique souvent photocopiée, jamais égalée. Le succès sur disque se transforme en triomphe sur scène. Tant et si bien qu�en 2006, le trio signe une suite, « Lunático », hommage explicite à Carlos Gardel, et plus largement à tous les héros du tango dont bien sûr Astor Piazzolla.

Janvier 2009� Dix ans après, un millénaire plus tard, Gotan Project reprend les chemins du studio, fidèle aux principes fondateurs : une volonté de transgresser les codes du tango pour d�autant mieux les sublimer. Ce sera « Tango 3.0 », un titre qui en dit long sur les intentions, comme pour confirmer qu�à l�heure où la vaste toile tisse des croisements en tout genre, cette matière première demeure un formidable sujet d�explorations sonores. « Tango 3.0 », le troisième album de Gotan Project, étend ainsi toujours plus loin le domaine des possibles, trace à dessein des pistes insondées, voies parallèles et chemins détournés, où la mélodie demeure le fil inducteur de ces singulières expérimentations. Cette fois, Eduardo Makaroff, Philippe Cohen-Solal et Christoph H. Müller ont choisi la méthode inverse : « Partir d�ailleurs pour en revenir au tango ». Tango et cumbia, ska et marcha, country et milonga, groove et chacarera, dirty sound et tango� Les hybridations les plus improbables sont possibles.

Parmi toutes, le blues est celle qui donne sa couleur fondamentale à « Tango 3.0 ». Dès l�emblématique ouverture intitulée « Tango Square », référence explicite au Congo Square de La Nouvelle Orléans. La connexion prend tout son sens, cristallisé par le son poisseux de l�Hammond B 3 de Dr John, grand sorcier des claviers, et le swing d�un brass band au grand complet. Les cuivres, rarement conviés dans le tango, occupent d�ailleurs une place de choix dans « Tango 3.0 », rappelant que la clarinette fut d�usage aux premières lueurs de cette musique-monde. Celle dont joue le facétieux Melingo sur « Tu Misterio », un slow collé serré, l�un dans l�autre� Le rockeur de charme n�est pas la seule voix conviée dans ce festin de sons. Il y a l�écrivain Julio Cortázar, timbre d�outre-tombe, qui récite un passage de son livre totémique, la « Rayuela », texto « La Marelle ». Des paroles ludiques pour une parabole philosophique autour de ce jeu d�enfant. Un autre poète, le tout aussi surréaliste Víctor Hugo Morales, tonne sur « La Gloria », un hymne de stade ! Le commentateur numéro un des matches de foot s�y lance dans une improvisation où sa voix dribble entre les musiciens de Gotan Project : du bandonéoniste Nini Flores à la violoniste Line Kruse en passant par le pianiste et arrangeur Gustavo Beytelmann, les piliers de l�équipe� « GOOOOOOOTAN ! », avec une salutaire pointe d�autodérision.

Nul doute, « Tango 3.0 » pousse encore plus loin le pitch : la rénovation du tango, de tous côtés et quitte à en déborder, sans jamais prétendre en faire le tour définitif, mais toujours avec ce subtil parfum d�ambiguïté. En créant tout à la fois des chansons au format pop et des instrumentaux savamment orchestrés, Gotan Project outrepasse le carcan dans lequel certains avaient cru bon de les confiner. Si l�électronique et le tango restent plus que jamais les deux matrices, il serait néanmoins vain de réduire Gotan Project à cette formule. Aujourd�hui, comme hier, il s�agit avant tout de raconter des histoires, celles éternelles de l�imaginaire tango, des amours troubles pour de tranchantes allégories, des chevauchées « cinématiques » qui en appellent à l�âme des gauchos� Et au-delà, celle de tout un pays, l�Argentine. Version désenchantée quand Cristina Vilallonga (dé)chante la « Desilusión », qui suivit le krach de 2001 : un tiers de la population plongera sous le seuil de pauvreté. Vision tragique d�un monde, le nôtre, lorsque sa voix se glisse dans un mégaphone et sur un minimal beat des plus sombres pour dénoncer le « Mil Millones » d�affamés qui peuplent la planète, citant au détour d�une phrase l�illustre Enrique Santos Discépolo. Versant mélancolique enfin, avec la mélodie qui conclut ce nouveau disque : « Érase una vez »� « Il était une fois », l�Argentine de l�âge d�or, El Dorado de tous les exils, melting-pot d�où surgira une bande-son aux lettres capitales : tango.



Spectacles et Musiques du Monde est un site de promotion des arts, spectacles, concerts et musiques du Monde. Nous vous proposons régulièrement des invitations gratuites à gagner sur notre site pour de nombreux concerts et spectacles.

Spectacles et musiques du monde - www.musiquesdumonde.fr © 2006-2020 Tous droits réservés

Nous contacter | Conception, Réalisation et Hébergement : Ziofix

Page d'accueil | ARTISTES | AGENDA 2020 | AGENDA 2021 | EVENEMENTS | REPORTAGES | CD-DVD-FILM | LIVRES | CONTACTS | ARCHIVES