Spectacles et musiques du monde

A la une

GNAWA DIFFUSION - AMZIGH KATEB

en concert en Juillet 2018

Rachid Taha

le 22 Septembre 2018 à l’Opéra de Lyon : 20 ans de Diwan

Angelique Kidjo

en concert en Juillet 2018

RAY LEMA

le 8 août à Marciac

Danyel Waro

le 14 juillet 2018 à Paris, Arènes de Montmartre - GRATUIT

Youssou N’Dour

le 27 juillet 2018 au Palais12 à Bruxelles

KHALED

En concert en Aout 2018

BAAZIZ

le 27 Juillet 2018 à l’Opéra d’Alger

Maë Defays

En concert en Juillet 2018

LEVON MINASSIAN

le 11 Juillet 2018 au FESTIVAL D’ARTS SACRES D’EVRON

Joel Hierrezuelo

concert de sortie Album le 14 Septembre 2018 au Studio de l’ermitage à Paris

ALPHA BLONDY

le Samedi 28 juillet 2018 au Bagnols Reggae Festival

DHAFER YOUSSEF

En concert en Juillet 2018

FESTIVAL ARABESQUES 2018

du 12 au 23 Septembre 2018 à Montpellier

Aziz Sahmaoui

En concert en Juillet 2018

Julie Fowlis

En concert en Juillet 2018

AYWA

En concert en Juillet 2018

Bigflo et Oli

En concert en Juillet 2018

Kimberose

En concert en Juillet 2018

Les Negresses Vertes

En concert en Juillet 2018

TRIO JOUBRAN

le 24 juillet 2018 au Site Antique - Odéon dans le cadre des Les Nuits de Fourvières

JIMMY CLIFF

En concert en Aout 2018

JIMMY CLIFF

En concert en Juillet 2018

HAÏDOUTI ORKESTAR

En concert en Juillet 2018

BEIHDJA RAHAL

concerts

2017



Rarement interprète du répertoire arabo-andalou, maîtrisant également l’aroubi et le hawzi, n’aura mis autant de passion dans l’exercice de son art. Pourtant, initialement, Beihdja Rahal, née en 1962 à Alger au sein d’une famille de mélomanes, n’avait pas envisagé de carrière artistique. Le mektoub en décidera autrement pour le plus grand plaisir des mélomanes. Cofondatrice de l’association musicale Es-Sendoussia en 1986, Beihdja, après avoir quitté El Fakhardjia, a participé à la production de quatre des cinq enregistrements d’une collection éditée par Zerrouki. En 1992, elle décide de s’installer à Paris pour suivre une spécialité.

Finalement, c’est en France qu’elle matérialisera ses projets musicaux imaginés avec Zerrouki, avec un premier enregistrement, Zidane, en 1995, un deuxième, Mezmoum, en 1997, puis un troisième volet consacré au Rasd (1999). À partir de l’an 2000, elle travaille davantage en Algérie et se produit pour la première fois sous son nom.

Forte d’un enseignement théorique poussé et douée d’un talent exceptionnel, Beihdja Rahal rayonne dans l’interprétation du mode andalou, ce style musical classique qui ne vaut précisément que par l’authenticité et la pureté de son jeu.

L’andalou se joue forcément avec des instruments traditionnels tels que le târ (tambourin pourvu de cymbalettes), la derbouka, le luth, le violon, la kouitra (instrument typiquement algérien), le ney (flûte en roseau) et le qanoûn (cithare), et son exécution impose le respect total de ses règles, de son harmonie, de ses rythmes et de sa ligne mélodique. Son interprétation exige de la chaleur, de l’âme et du sentiment.

Celle qu’en propose Beihdja Rahal dégage une atmosphère émotionnelle qui a comblé le public à chacune de ses apparitions en Europe et dans le monde.



Voici une douzaine d’années, Beihdja Rahal, s’affirmait comme l’une des voix les plus prometteuses de la tradition classique algéroise de la Sanaa, une musique multiséculaire que les Algérois appellent familièrement "andalou" et qui constitue l’une des six grandes Écoles de la musique arabo-andalouse du Maghreb avec la Âla du Maroc, le Gharnâti de Tlemcen, les Malouf de Constantine, de Tunisie et de Libye.

Aussi est-il étonnant que cette jeune femme qui a choisi de s’établir en France en 1992 ait fait l’essentiel de sa carrière dans le monde arabe où elle se fait régulièrement applaudir dans les plus grands festivals de Tunis jusqu’à Fès.

Tradition très ancienne, la Sanaa semble avoir été portée pendant plusieurs siècles par des chanteurs masculins. C’est oublier qu’à l’époque d’Al-Andalus, c’étaient les voix féminines qui dominaient. Le travail de Beihdja Rahal renoue donc avec une pratique très ancienne, tout en prenant acte de l’évolution constante de cette musique au cours des quelque huit siècles de son histoire.


BIOGRAPHIE

Beihdja Rahal est née en 1962 à Alger dans une famille où la pratique de la musique arabo-andalouse est chose courante. Elle étudie la musique avec les grands maîtres de l’époque, notamment Mohammed Khaznadji et Abderrezak Fakhardji, apprenant le chant et le jeu de la kwîtra, le luth emblématique de l’orchestre andalou algérien. Elle complétera sa formation au sein des associations algéroises les plus prestigieuses, El Fakhradjia et Es-Soundoussia.

Ces associations se caractérisent cependant par de gros effectifs instrumentaux et choraux.

Soucieuse d’un certain retour à la tradition , encore un Beihdja Rahal rompt avec cette approche symphonique et opte pour le chant en solo accompagné par une petite formation de chambre comprenant la kwîtra, le luth ,ûd, le violon ou l’alto, la mandoline, la flûte nây, la cithare qânûn, le petit tambourin à sequins târ et la darbukka.

L’interprétation y gagne en liberté, et donc en flexibilité et en complicité. Elle permet surtout un retour à l’hétérophonie, ce chevauchement des lignes musicales qui est un des fondements de l’esthétique musicale maghrébine. L’effectif de chambre magnifie la voix, mettant en valeur sa chaleur, sa souplesse dans le mélisme, son timbre magnifique dans le medium, son émotion dans le vibrato.

Le répertoire comprend douze nûba ou suites vocales et instrumentales organisées en six mouvements principaux auxquels peuvent s’ajouter des préludes, des interludes et des postludes.

Chaque nûba est composée dans un des modes musicaux algériens et tous les mouvements, déterminés par des rythmes spécifiques, se succèdent toujours dans le même ordre. La contrainte est grande, mais loin de figer cette musique, elle lui laisse au contraire un grand espace de liberté. En effet, à chaque nûba correspond un vaste corpus de pièces dans lequel les musiciens puisent à leur gré. Chaque interprète peut ainsi interpréter sa ou ses versions d’une même nûba, totalement différentes les unes des autres.

C’est pour cette raison qu’après avoir enregistré une première intégrale des nûba algéroises, principalement pour le marché algérien, Beihdja Rahal en entame une seconde en collaboration avec la collection INÉDIT/Maison des Cultures du Monde. Ce sont ces deux premières nûba, Zîdan et Hsin, que l’artiste interprétera lors de ses deux concerts au Festival de l’Imaginaire.


DISCOGRAPHIE

NOUBA POESIADES

SUNSET FRANCE / SA 141154

Nûba Zîdan vol 1
maison des cultures du monde / INEDIT W 260132

Nûba Hsîn vol 2

maison des cultures du monde / INEDIT W 260133

Ce disque comporte les morceaux suivants :

1 . M’saddar Mâya : Rânî na’chaqek

2 . Btayhî Mâya : Mâ maqsadî

3 . Istikhbâr mouwwâl : Tahakkamou

4 . Dardj Mâya : Yuqâl lî toub

5 . Insirâf Mâya 1 : Yâ nadîm al-laylou walla

6 . Dlidla Mouwwâl 1 : Sahha noumak

7 . Insirâf Mâya 2 : Madhâ ‘alâ djafnî an-nou’âs

8 . Dlidla Mouwwâl 2 : Darb as-sâha

9 . Insirâf Mâya 3 : Bi abî man zâranî

10.Dlidla Mouwwâl 3 : An-nâs tabarradjou

11.Insirâf Mâya 4 : Tâba as-sabouh

12.Khlâs Mâya 1 : Asfât al-bakhanîs

13.Khlâs Mâya 2 : As-sabâh nachar ‘alâmou


Photos © Salah Mansouri



Spectacles et Musiques du Monde est un site de promotion des arts, spectacles, concerts et musiques du Monde. Nous vous proposons régulièrement des invitations gratuites à gagner sur notre site pour de nombreux concerts et spectacles.

Spectacles et musiques du monde - www.musiquesdumonde.fr © 2006-2018 Tous droits réservés

Nous contacter | Conception, Réalisation et Hébergement : Ziofix

Page d'accueil | ARTISTES | AGENDA 2018 | EVENEMENTS | REPORTAGES | CD-DVD | LIVRES | Contacts | AGENDA 2019 | ARCHIVES