Spectacles et musiques du monde

A la une

Rocio Marquez

le 22 Juin à Suma Flamenca - Madrid

KOOL & THE GANG

le 16 juin 2017 à Le Grand Rex - 75002 Paris

Fabrice Di Falco

le Mercredi 7 juin 2017 à 21h30 au Sunside

Kinan Azmeh

Hewar & L’Orchestre Royal de Chambre de Wallonie le Samedi 3 juin 2017 au Palais des Beaux-Arts Bruxelles

Kabaka Pyramid

Kabaka Pyramid & The Bebble Rockersen concert le Jeudi 15 Juin 2017 au New Morning à Paris

De Venise à Buenos Aires

le 1er juin au Café de la Danse à Pars

HAÏDOUTI ORKESTAR

En concert en Juin 2017

BLICK BASSY

en concert en Juin 2017

Morgane Ji

le 4 Juin 2017 en GUADELOUPE dans le cadre du Festival terre de blues de Marie galante

IBRAHIM MAALOUF

Vendredi 23 Juin 2017 Hommage à Maurice André à Paris

Amel Brahim-Djelloul

le 11 Juin 2017 à 16:30 à la Philharmonie de Paris "L’ère des Divas", avec les Concerts Pasdeloup

Akli Yahiatene

concerts

2017

le dimanche 12 Mars 2017 à partir de 15h au CABARET SAUVAGE, à Paris


C’était l’exil

Samedi 5 décembre 2009 , le Musée national de l’histoire de l’immigration donne carte blanche à Kamal Hamadi, l’un des auteurs ténors de la chanson kabyle et algérienne.







JPEG - 192.5 ko
Akli Yahiatene © Salah Mansouri

Avec :

Kamal Hamadi : chanteur, luth ;
Akli Yahiatene : chanteur ;
Ilham chanteuse ;
Nabila Dali : chanteuse ;
Salma : chanteuse ;
Samah Benammar : chanteuse ;
Fatima Charii : chanteuse ;
Djahida Khalfi : chanteuse ;
Abdelkader Bendamèche : présentateur ;
Djamel Belhout : orgue ;
Rabah Sifouane : derbouka ;
Rachid Benzidane : bendir ;
Mokrane Adlani : violon ;
Allaoua : mandole ;
Ezzedine Bouzid : violon ;
El Bachir Zaid : flûte ;
Rafik Korteby : synthé.

voir notre reportage avec Kamel Hamadi

© Salah Mansouri


BIOGRAPHIE

Né en 1933 en Algérie à Tizi Ouzou - Boghni (ATH-MENDES) en Grand Kabylie, le petit Akli qui n’a pas connu les bancs de l’école se retrouve dès l’âge de 12 ans à Alger où, comme de nombreux enfants de son âge, il vit de petits métiers.

Au moment de l’armistice en 1945, il est arrêté et séjourne plusieurs mois en Maison de redressement. Il embarque en 1952 pour la France, vit de petits emplois, s’initie à la mandoline et doit retourner en Algérie pour effectuer son service militaire en 54.

Deux ans plus tard, le voilà à nouveau en France où il se fait embaucher chez Citroën, consacre le reste de son temps à la musique et fera la rencontre du compositeur et chef d’orchestre Amraoui Missoum qui l’encourage.

Suspecté de collecter des fonds pour le FLN, il fait deux séjours en prison. C’est durant l’un de ces séjours en 59 qu’il compose Yal Menfi (Le Banni) et Ya Moujarrab, deux sésames écrits en arabe populaire qui lui valent la reconnaissance de ses pairs et lui ouvrent la voie du succès.

Deux titres qui figureront au catalogue des "Scopitones", ces fameux juke-box qui diffusaient l’ancêtre des vidéo clips dans les cafés maghrébins de Paris, Lyon ou Marseille.

D’autres grands succès jalonneront sa carrière dont on peut citer :

Inas i mlaayun Taos (1959),

Thamurthiw (Mon pays) qu’il compose en 1962,

Jahagh bezzef dhameziane (Je me suis exilé trop jeune),

Zrigh ezzine di Michelet (j’ai rencontré la beauté à Michelet),

El Fraq bezzaf youar (La séparation est trop dure),

Aminigh awal fahmith (Je voudrais que tu comprennes)

ou encore Yedja yemas (Il a laissé sa mère).

Après une longue éclipse, Akli Yahiatene réapparaissait en janvier 2002 au Festival Sons d’hiver de Vitry-sur-Seine, lors d’une soirée baptisée "Tontons du bled", aux côtés de Kamel Hamadi, feu Salah Saadaoui, Sghir Boutaïba, Amar El Achab et Louiza.

En septembre 2003 ensuite, sous la direction du compositeur et chef d’orchestre Kamel Hamadi, Akli Yahiatene était en Algérie, où ils ne s’était plus produit depuis des lustres, pour une courte tournée en compagnie de Meriem Abed, Rachid Mesbahi et Thoraya.

En novembre 2003, dans le cadre du festival "L’Algérie des musiques" à l’Institut du Monde Arabe à Paris, il est sollicité pour rendre hommage à Cheikh El Hasnaoui et Slimane Azem en interprétant des chansons de leurs répertoires.

En mars 2004, lors des soirées "L’An Kabyle", c’était au tour de la MC 93 de Bobigny de l’inviter pour un concert avec Chérifa et Karima, accompagnés par un orchestre dirigé par Kamel Hamadi.

La reprise ou l’adaptation de "El Menfi" (Le Banni) et de "Ay-Axxam" (La Maison), respectivement par Rachid Taha (albums Diwân 1998 / 1, 2, 3 Soleils Live 2001 / Rachid Taha Live 2001) et le groupe ibérique Radio Tarifa ("La Tarara", album Temporal 1996), témoignent si besoin est du rayonnement d’Akli Yahiatene qui compte parmi les têtes d’affiche encore en activité de la chanson algérienne de l’émigration.

Sources:facebook.com/pages/Akli-yahiatene



Spectacles et Musiques du Monde est un site de promotion des arts, spectacles, concerts et musiques du Monde. Nous vous proposons régulièrement des invitations gratuites à gagner sur notre site pour de nombreux concerts et spectacles.

Spectacles et musiques du monde - www.musiquesdumonde.fr © 2006-2017 Tous droits réservés

Nous contacter | Conception, Réalisation et Hébergement : Ziofix

Page d'accueil | ARTISTES | AGENDA 2017 | EVENEMENTS | REPORTAGES | CD-DVD | LIVRES | 2016 | 2015 | 14 | 13 | 12 | 11 | 10 | 9 | Contacts