Spectacles et musiques du monde

A la une

ALUNE WADE

Le 10 Décembre 2018 à L’Européen à Paris

Mehdi HADDAB & Hamdi BENANI

en concert le Jeudi 18 octobre 2018 au Théâtre régional d’Oran - Algérie

Kian Soltani & l’Ensemble Shiraz

le 27 novembre 2018 au PALAIS DES BEAUX-ARTS à Bruxelles

KATIE MELUA

En concert en Octobre 2018

LABESS

En concert le 20 octobre 2018 au Cabaret Sauvage à Paris

Joce Mienniel

le Mardi 13 novembre 2018 au Studio de l’Ermitage à Paris

JUAN CARMONA

En concert les 18 &19 Octobre 2018 , Juan Carmona Chaâbi Flamenco / Centre d’Art d’Abu Dhabi

ARASHKHA

ARASH KHALATBARI en concert le 20 octobre 2018 au Cabaret Sauvage à Paris

MALKA FAMILY

En concert le 17 octobre 2018 au Festival Nancy Jazz Pulsation

Tao Ravao

En concert en Octobre 2018

Ed Motta

le 30 Octobre 2018 au New Morning (Paris)

TRIO JOUBRAN

Jeudi 25 Octobre 2018 à Le Rocher De Palmer à Cenon

DHAFER YOUSSEF

le 08 Novembre 2018 à Chapelle Corneille Auditorium de Normandie Rouen

BILL DERAIME & FRIENDS

Le Vendredi 16 Novembre 2018 à 19h30 - LE TRIANON à Paris

Raul Barboza

le 25 Octobre 2018 au Pan piper à Paris

BENIN INTERNATIONAL MUSICAL - BIM

le 24 Octobre 2018 au Pan Piper à Paris

CAMARAO ORKESTRA

la Samedi 03 Novembre 2018 au Studio de l’Ermitage

NINA PAPA

le 24 octobre 2018 au Studio de l’Ermitage - Paris

Angelique Kidjo

le Vendredi 23 Novembre 2018 à Genève (Suisse), dans le cadre du festival FESTIVAL COULEUR CAFE

MANU DIBANGO

En concert en Octobre 2018

Archie Lee Hooker

En concert en Novembre 2018

AICHA REDOUANE et Habib Yammine

Concerts - Biographie

2018


Rencontre exclusive avec Aicha Redouane & Habib Yammine au Maroc à AGADIR dans le cadre du Festival TIMITAR

Cette rencontre ( extraits ) avec Aïcha Redouane & Habib Yammine au Festival TIMITAR à AGADIR au Maroc Festivals officiel

pour Aicha , le Festival Timitar Agadir , sous la direction de Brahim El Mazned Timitar "... est un festival qui privilégie le respect et la conservation des valeurs culturelles.. ce festival est une porte ouverte sur le monde, c’est un festival qui est ... comme un cœur battant , un cœur qui accueille toutes les musiques qui se pratiquent dans le monde.."

Loin des interviews "promo" , cette rencontre, à été un moment rare , intime, ou les artistes se livrent, en toute simplicité, de pudeur, avec beaucoup d’émotion, de regards, de partage, son amour du chant, du mouvement, de la langue, des toutes les langues.

Un message de Fraternité que partage les artistes avec ce festival.

Aïcha Redouane retrouve son enfance dans cette ville , elle joue , elle vibre.. tout est amour dans ses propos

© Salah Mansouri -


Aïcha Redouane et Habib Yammine

Ensemble Al-Adwâr

Tradition de la Nahda du Proche-Orient

Art du maqâm arabe et chant soufi

Musique de la Nahda

C’est dans le Caire du XIXe siècle et du début du XXe, dans ses palais,ses salons, ses grandes demeures, ses cafés et ses jardins, que l’art du Maqâm s’est épanoui grâce à la conjonction du soutien du khédive
Ismâ°îl (1863-1879) et de ses descendants, ainsi qu’au génie d’un ensemble de chanteurs, compositeurs, instrumentistes et poètes qui ont donné le meilleur d’eux-mêmes à la musique.

A leur tête, les compositeurs et chanteurs Abdu al-Hâmûlî (1845-1901) et Muhammad Uthmân (1855-1900) ; et toute une génération de vocalistes et instrumentistes ayant assuré la pérennité et l’évolution de cet art musical entre la fin du XIXe et le premier quart du XXe siècle.

Cette école musicale de la Nahda a été édifiée sur un héritage aussi divers que riche prenant ses racines dans les diverses cultures savantes, populaires et religieuses du Proche-Orient.

Le génie de Abdu al-Hâmûlî et de Muhammad Uthmân, principaux initiateurs de cet art,
résidait dans leur capacité de synthétiser les multiples expressions musicales dans une stylistique nouvelle d’improvisation et de composition correspondant aux aspirations et au goût de la société
orientale.

Si ce mouvement de synthèse a pu s’opérer, c’est grâce au Maqâm, principe musical commun aux cultures orientales, et s’il a pris de l’ampleur, c’est parce que ce courant musical se situait dans le
processus global de la renaissance nahda qui concernait à la fois la littérature, les arts, la philosophie, la religion, la politique et la société.

La sauvegarde et le développement du patrimoine musical arabe du Proche-Orient est une mission pour Aïcha Redouane et Habib Yammine ; leur démarche est aujourd’hui un modèle dont s’inspirent des musiciens
en quête d’originalité et d’authenticité. Leur action fait école et passe par la transmission de l’art du Maqâm à de nombreux musiciens et chanteurs issus d’horizons différents.

Ce travail consacré à la musique de la Nahda est loin d’être passéiste. En effet, Aïcha Redouane redonne un souffle nouveau à travers ses improvisations et les interprétations des diverses formes de cette école. Son action est un renouveau de l’intérieur de la tradition après en avoir assimilé les principes techniques, stylistiques et esthétiques.

La stylistique maqâmienne tant vocale qu’instrumentale était un art de solistes ; c’est dans la lignée des cheikhs de la Nahda, qu’Aïcha et son ensemble perpétuent cette grande tradition et la revivifient sur les scènes
actuelles. Parallèlement à sa carrière de concertiste, elle initie et forme les chanteurs et instrumentistes dans l’art du maqâm.

Aïcha Redouane

« Diva du chant arabe », « Voix d’or », « Vestale du chant arabe », « Tous les parfums d’Orient », autant de titres qui gratifient la voix, le talent et les qualités artistiques de Aïcha Redouane qui ne cesse d’enchanter
et de fasciner les publics arabe et occidental depuis le début des années 90 en lui révélant les plus beaux chef-d’oeuvres poétiques et musicaux de la Nahda (renaissance culturelle arabe du XIXe-XXe siècles) du
Proche-Orient.

D’origine marocaine et vivant avec sa famille en France depuis sa plus tendre enfance, Aïcha Redouane a chanté plusieurs styles (thamazight/berbère, jazz-blues, chant occidental et arabe...). Elle
délaisse ses études d’architecture à la fin des années 80 pour se consacrer à la tradition musicale du Maqâm arabe.

Elle cisèle sa formation de chanteuse et joueuse de qânûn à la fois en autodidacte et à travers son engagement dans plusieurs groupes de musique, et sa rencontre avec Habib Yammine percussionniste et
ethnomusicologue libanais sera déterminante dans sa spécialisation dans l’art du chant arabe, la poésie, la composition et l’improvisation.

Pour la soutenir, le Ministère de la Culture Français lui octroie une bourse pour ses recherches musicales et poétiques. Cela lui permet de faire des séjours linguistiques au Caire.

En 1991, elle fonde avec Habib Yammine l’ensemble Al-Adwâr, participe à plusieurs festivals internationaux et effectue de nombreux enregistrements sur les radios et télévisions occidentales et arabes
(France, Allemagne, Espagne, Italie, Hollande, Suisse, Maroc, Egypte, Jordanie, Abou Dhabi, Canada ...).

L’année 1993 marque un tournant dans sa carrière avec un premier triomphe au Théâtre de la Ville de Paris, un premier CD "Egypte" produit par Ocora Radio France et distingué d’un Choc de la Musique et d’un
Diapason d’Or. Suiveront deux autres albums, "Arabesques vocals" en 1995 avec l’Institut du Monde Arabe et en 2002, "Nahda" avec Le Chant du Monde. En 2005 elle participe au "Stabat Mater" de Bruno Coulais.

Dans l’esprit de la Nahda, Aïcha Redouane et Habib Yammine apportent leur contribution à l’art du Maqâm par de nouvelles compositions mettant en musique les grands poèmes mystiques comme ceux de Râbi’a al-
’Adawiyya, (poétesse soufie irakienne, VIIIe siècle), en 1998, d’Ibn alFârid (XIIIe siècle, Egypte), en 2003, et d’Ibn Arabi, maître soufi d’Andalousie (XIIIe siècle), en 2004. Et ils participent à l’année Mahmoud
Darwich en France en 2006, en mettant en musique un de ses poèmes.

Habib Yammine

Habib Yammine est percussionniste et ethnomusicologue libanais spécialiste des rythmes arabes.

Auteur d’une maîtrise sur la théorie des rythmes arabes anciens, d’une thèse de doctorat sur la musique yéménite et d’articles sur la musique arabe, ses études sur les traités musicaux et les pratiques actuelles lui ont permis d’acquérir une fine connaissance des rythmes arabes et une parfaite maîtrise de la technique de jeu du riqq, du daff et de la darbouka.

Il élabore son propre style d’improvisation en puisant dans les nombreuses traditions rythmiques orientales et maghrébines, populaires et savantes.

Ce nouveau langage rythmique servi par une imagination créatrice réunit la précision du son, la
richesse de timbre et la virtuosité, et découvre des nouvelles possibilités techniques et esthétiques.

Il enseigne dans différentes institutions musicales et pédagogiques en France, notamment à l’Université de paris VIII, à la Cité de la Musique de Paris.

Avec la chanteuse Aïcha Redouane, il fonde l’ensemble Al-Adwâr, spécialiste de l’art du maqâm arabe du Proche-Orient. Leur travail donne un nouveau souffle à cette grande tradition
qu’ils transmettent par l’enseignement et diffusent à travers leurs concerts, émissions TV et radio en France et à l’étranger.

Ensemble Al-Adwâr

Aïcha Redouane : chant, composition musicale.

Habib Yammine : riqq (tambour sur cadre àcymbalettes), composition musicale.

Salah el-Din Mohammad : qânûn (cithare sur table).

Nabil Abdmouleh : nây (flûte en roseau).

Safwan Kenani : violon.


Rencontre exclusive avec Aicha Redouane & Habib Yammine au Maroc à AGADIR dans le cadre du Festival TIMITAR

© Salah Mansouri -

VOIR LA VIDEO



Spectacles et Musiques du Monde est un site de promotion des arts, spectacles, concerts et musiques du Monde. Nous vous proposons régulièrement des invitations gratuites à gagner sur notre site pour de nombreux concerts et spectacles.

Spectacles et musiques du monde - www.musiquesdumonde.fr © 2006-2018 Tous droits réservés

Nous contacter | Conception, Réalisation et Hébergement : Ziofix

Page d'accueil | ARTISTES | AGENDA 2018 | AGENDA 2019 | EVENEMENTS | REPORTAGE | CD-DVD | LIVRES | NOUS CONTACTER