Spectacles et musiques du monde

A la une

Joel Hierrezuelo

Le Vendredi 14 Décembre 2018 à 21 h au Sunset à Paris

JUAN CARMONA

En concert en Décembre 2018

RENE LACAILLE

RENE LACAILLE EK MARMAILLE / BONBON VODOU / SUISSA (DAVID) en concert le Vendredi 14 Décembre 2018 au Hasard Ludique Paris (75)

SAMIRA BRAHMIA

le 20 décembre 2018 au Festival international Dimajazz à Constantine, Algérie

Debademba

le Vendredi 21 Décembre 2018 à 21h au Studio de l’Ermitage à Paris

Ana Morales

19 Janvier & 20 Janvier 2019 au Théâtre Bernadette Lafont à Nimes, dans le cadre du Festival FLAMENCO DE NIMES 2019

Arcángel

Vendredi 18 Janvier 2019 à Nimes, dans le cadre du Festival FLAMENCO DE NIMES 2019

Rocío Márquez

Le 13 Janvier 2019 à Nimes, dans le cadre du Festival FLAMENCO DE NIMES 2019

Soeur Marie KEYROUZ

Le 15 Décembre 2018 en concert avec l’Ensemble de la paix à Aubenas, Église Saint Laurent

Isabelle Georges

du 27 au 29 Décembre 2018 au BAL BLOMET (Paris 15ème)

BLICK BASSY

En concert en Décembre 2018

HASNA EL BECHARIA

En concert en Décembre 2018

HARPREET BANSAL

le Jeudi 20 Décembre au Sunset Sunside Jazz Club

BEIHDJA RAHAL

Le Samedi 15 décembre 2018, à 19h30 , Auditorio Nacional de Madrid, Espagne

Elie Maalouf

15 Décembre 2018 en concert avec Soeur Marie Keyrouz et l’Ensemble de la paix à Paris

Ballet de l’Opéra National de Kiev

Le légendaire ballet « Casse-Noisette » sera du 23 décembre 2018 au 6 janvier 2019 au Théâtre des Champs-Elysées à Paris

Aziz Sahmaoui

le Vendredi 20 décembre 2018 à Paris au festival Africolor

AYWA

le 15 Décembre 2018 au Tissé Métisses Festival à Nantes

AR RAHMAN

concerts

2016

22 Sep 2016 London

24 Sep 2016 Birmingham

29 Sep 2016 United Kingdom

30 Sep 2016 Manchester


Biographie

« Le Mozart de Madras », l’idole de toute une génération

Des slumbloys de Madras aux nouveaux bobos indiens, des rappeurs tamouls underground aux DJ électrodance branchés :pour tous, il est l’idole, la référence : toute une génération se
reconnaît en lui, à la fois dans sa musique et dans ses valeurs.

Allah Rakah Rahman est considéré comme le musicien qui a donné un nouveau souffle à la musique indienne par sa démarche d’innovation, de modernisation, tout en conservant un grand respect des traditionsculturelles de son pays.

Né le 06 janvier 1966 à Chennai (Madras) dans une famille de musiciens, il s’est très tôt porté sur cet art. Passionné également par l’informatique, il a intégré les apports des nouvelles technologies dans le domaine musical pour en renouveler les canons. Il suit notamment une formation de musique classique occidentale au Trinity College of Music de Londres, et le croisement des influences musicales (indienne, occidentale, soufi, électronique) sont depuis la marque de fabrique de ce touche-à-tout inventif et talentueux.

AR Rahman débute sa carrière en composant des mélodies pour la publicité et la télévision. Il développe son propre home studio (baptisé « Panchathan Record-Inn ») qui lui permet d’explorer et d’expérimenter de nouvelles sonorités.

En 1992, il saisit l’opportunité donnée par le réalisateur Mani Ratnam qui lui confie la bande originale de son film Roja, dénonciation du terrorisme. Le succès de l’oeuvre est retentissant, en très grande partie grâce à la B.O. composée par le jeune surdoué de 26 ans qui s’impose alors dans le paysage national, comme l’attestent les récompenses que lui vaut ce premier travail : Indian National Award, Filmfare Award

Les portes d’un succès sans précédent s’ouvrent alors à AR Rahman qui devient instantanément un Seigneur de Bollywood. Tous les producteurs se l’arrachent pour leurs bandes originales, élément essentiel dans le cinéma indien. Avec plus de 120 soundtracks à son actif depuis lors, l’artiste est parvenu à installer son oeuvre comme la bande-son de l’Inde contemporaine.

En 1997, pour commémorer les 50 ans de l’indépendance de l’Inde, il signe chez Sony Music, qui accueille ainsi son premier artiste en Asie du Sud. Cette collaboration donne naissance à l’album Vande Mataram, célébrant l’identité et la culture indiennes dans une tonalité moderne qui enthousiasme instantanément le public national. De nombreux autres albums suivront, dix au total, dont Jana-Gana-Mana, une compilation-fleuve où sont invités la plupart des artistes tenant le haut du pavé de la musique indienne. Sa carrière musicale est jalonnée par des tournées mondiales qui l’ont menées aux Etats-Unis, en Angleterre ou encore en Australie, ainsi que dans toute l’Asie.

La qualité et l’inventivité de ses compositions traversent les frontières et c’est tout naturellement que l’artiste jongle à présent entre Bollywood et Hollywood, la capitale mondiale du cinéma pour laquelle il signe des compositions remarquées (Lord of War, Inside Man). Il apporte également sa patte à des comédies musicales jouées à Londres et à Broadway, telles que Bombay Dreams ou Le Seigneur des
Anneaux. Le public français a également pu découvrir certaines de ses chansons dans le spectacle musical Bharati.

La consécration internationale vient en 2008, quand le réalisateur Danny Boyle choisit ses compositions pour accompagner la trépidante histoire de Slumdog Millionnaire. Une bande-son pour laquelle il obtient un Golden Globe, deux Grammy Awards et deux Oscars : c’est la première fois qu’un artiste indien est récompensé à cette cérémonie. « Jai Ho ! » devient le tube international que l’on connaît : chanté en compagnie des Pussycat Dolls, il fait connaître l’artiste à une audience nouvelle.

Le nombre d’albums vendus par AR Rahman est estimé à pas moins de 150M d’exemplaires (sans compter les copies frauduleuses), ce qui le classe parmi les artistes les plus distribués internationalement. Il a obtenu plus d’une centaine de récompenses nationales en Inde pour ses productions, ainsi qu’en Europe et aux Etats-Unis. Se référant à son aura et à son impressionnant succès, le magazine Time a classé l’artiste parmi les 100 personnes les plus influentes au monde.


Notes sur la musique de AR Rahman

On nomme communément « musique indienne » un patrimoine musical qui englobe plusieurs pays du sous-continent, à savoir évidemment l’Inde mais aussi le Sri-Lanka, le Pakistan ou le Bengladesh.

Reposant sur un système très codifié et très élaboré, tant au niveau des rythmes sophistiqués que des mélodies, la musique indienne est habitée par de nombreuses influences et se décline dans des styles très différents.

La musique « filmi » est un élément clé de la culture indienne contemporaine. Il s’agit des intermèdes musicaux qui rythment les productions cinématographiques. Ces chansons connaissent un énorme succès populaire qui détermine souvent le succès d’un film.

La musique de AR Rahman respecte cet inestimable patrimoine musical tout en parvenant à y intégrer des apports d’autres horizons, qu’il s’agisse de musique orientale, mais aussi classique, rap, électronique ou pop.

« AR Rahman a composé la première chanson rap du paysage musical indien : Pettai Rap, pour un film tamoul nommé Kadhalan, sorti en 1994. La jeune scène musicale indienne le respecte beaucoup, pour ce côté résolument novateur. Notamment ceux du Sud, dont il porte les couleurs au niveau national et international. » Srikanth Kannan, leader du groupe Wattabottles (Madras)


AR Rahman et sa troupe

Compositeur privilégié de multiples interprètes en Inde, AR Rahman partagera la scène avec une troupe nombreuse et variée qui incarnera la richesse du répertoire de l’artiste. Nombre de ces interprètes sont des célébrités et des artistes accomplis qui illustrent la diversité de la scène indienne. Cette troupe témoigne de l’aspect festif de la tournée qui se veut le reflet fidèle du paysage musical actuel de ce vaste pays. Seront notamment présents :

- Hariharan : né en 1955, ce chanteur à la voix magique, multi-récompensé, est l’un des meilleurs représentants de la musique populaire indienne et collabore avec AR Rahman depuis le début de sa carrière en 1992.

- Javed Ali : débutant sa carrière en 2000, il rencontre aujourd’hui un grand succès grâce à d’envoûtants talents vocaux qu’il met à profit sur de nombreuses bandes originales.

- Benny Dayal : ce jeune interprète (né en 1984) est un des talents les plus prometteurs de son pays, et un protégé du compositeur de « Jai Ho ».

- Blaaze : rappeur émérite et grand ami de AR Rahman, il symbolise l’ouverture aux
influences contemporaines de la culture indienne. Il a notamment écrit les paroles de
l’hymne de l’ONU contre la pauvreté, « Pray for me brother », composé par son complice.

- Shweta Pandit : la fraîcheur de cette jeune interprète de 24 ans qui apparaît dans des productions cinématographiques depuis sa plus tendre enfance en fait une des favorites de la tournée.

- Neetii Mohan : elle est charmante, chante, danse, joue dans de nombreux films et
illuminera la scène par sa beauté et sa vivacité.

AR Rahman a ouvert les portes de l’industrie cinématographique et musicale (autrefois réservée à quelques personnalités reconnues) à de nombreux jeunes talents qui, depuis, font leur chemin.


Les engagements de l’artiste

AR Rahman s’implique activement dans la société, à travers notamment la création en 2007 d’une fondation de lutte contre la pauvreté. Pour endiguer ce fléau, la Fondation AR Rahman soutient l’éducation des enfants défavorisés : en leur apportant savoirs et savoir-faire, elle espère ainsi leur ouvrir de nouveaux horizons. Les fonds tirés de la vente du single « Pray for me brother », sorti en 2007, lui ont été entièrement reversés afin de soutenir ses activités notamment pour financer des
infrastructures d’éducation.

L’artiste est également ambassadeur de l’ONU pour les Objectifs du Millénaire pour le Développement.

Il a joué à la Maison Blanche devant le Président Obama à l’occasion de la venue
aux Etats-Unis du premier ministre indien Manmohan Singh et s’est investi dans la reprise de « We Are The World » dans laquelle il chante en soutien aux victimes du tremblement de terre à Haïti. De sa propre initiative, il a donné en janvier 2010 un concert gratuit au Sydney Festival, dans le but de calmer les tensions entre les deux pays suite à l’agression d’étudiants indiens en Australie.

Au-delà de ces engagements concrets, la musique ainsi que les paroles de AR Rahman symbolisent les valeurs d’échange, de partage et de respect incarnées par l’artiste.

Une partie des bénéfices retirés par « Jai Ho The Journey Home World Tour 2010 » seront reversés à la Fondation AR Rahman contre la pauvreté et pour l éducation.

sources : S.P de concert communication


http://fr.wikipedia.org/wiki/Allah_Rakha_Rahman

http://fr.wikipedia.org/wiki/Slumdog_Millionaire



Spectacles et Musiques du Monde est un site de promotion des arts, spectacles, concerts et musiques du Monde. Nous vous proposons régulièrement des invitations gratuites à gagner sur notre site pour de nombreux concerts et spectacles.

Spectacles et musiques du monde - www.musiquesdumonde.fr © 2006-2018 Tous droits réservés

Nous contacter | Conception, Réalisation et Hébergement : Ziofix

Page d'accueil | ARTISTES | AGENDA 2018 | AGENDA 2019 | EVENEMENTS | REPORTAGES | CD-DVD | LIVRES | NOUS CONTACTER | ARCHIVES