Spectacles et musiques du monde

A la une

Mehdi Slimani - La Cie No MaD

Chorégraphie "Les Disparus " ( en hommage aux disparus du 17 Octobre 1961 ) Le Vendredi 1er octobre 2021 à 20h30 au Centre culturel Aragon-Triolet à Orly

Vésinet Jazz Métis Festival 2021

du 23 au 25 Septembre au Vesine

MERLIN NYAKAM

FÊTE AU SQUARE HILAIRE PENDA Le 26 Septembre 2021 à Montreuil

Paco Ibáñez

Pour fêter le centième anniversaire de son ami Edgar Morin, Paco Ibáñez offre un concert exceptionnel : le 28 septembre 2021 à 20h – Opéra Comédie de Montpellier / Entrée Libre

Salon du livre africain de Paris

1ère édition du Salon du livre africain de Paris 2021 du 24 au 26 Septembre 2021 à Mairie du 6è arrondissement de Paris

Bab EL West

le 15 octobre 2021 à 20h au café La Pêche à Montreuil (93100)

DENDANA

le 15 octobre 2021 à 20h au café La Pêche à Montreuil (93100)

Jean-Philippe Fanfant

le 13 Octobre 2021 au Sunside à Paris

Awa Ly

Le 23 Septembre 2021 au Café de la danse, à Paris

OMAR SOSA

Dimanche 10 octobre 2021 au festival Jazzèbre à Perpignan

Yilian Canizares

Dimanche 10 octobre 2021 au festival Jazzèbre à Perpignan

Lina Soualem - "Leur Algérie "

Sortie du film le 13 Octobre 2021

Viktor LAZLO

le 13 Octobre 2021 au Bal Blomet à Paris

Nicoletta

En concert en Septembre 2021

OUMOU SANGARE

le vendredi 8 Octobre 2021 au Centre Culturel Aragon Triolet à Orly (94), dans le cadre du FestiVal de Marne

ORCHESTRE NATIONAL DE BARBES - ONB

En concert en Octobre 2021

Samuelito

le Vendredi 8 octobre 2021 au Festival Jazzèbre à Perpignan

CharlElie Couture

Jeudi 30 septembre 2021 à 20h30 à la Salle Gaveau à Paris

HAÏDOUTI ORKESTAR

En concert en Septembre 2021

3MA - Ballaké Sissoko, lDriss El Maloumi et Rajery

le 01 Octobre2021 au New Morning, Paris

ANGELIQUE IONATOS

Hommage à Angélique Ionatos, décédée

2021

Hommage à Angélique Ionatos, décédée le 7 Juillet 2021 aux Lilas à l’âge de 67 ans


Biographie officielle

Angélique Ionatos

Chanteuse, guitariste et compositrice, Angélique Ionatos est née à Athènes qu’elle a quitté à l’âge de 15 ans.

Elle poursuit ses études en Belgique où sa famille s’installe, puis réside en France.

Depuis son premier album « Résurrection » qui a obtenu le Grand Prix du disque de l’Académie Charles Cros, la chanteuse a enregistré 18 albums en composant sur des textes des plus grands poètes grecs.

En 1984, elle obtient le Grand Prix Audiovisuel de l’Europe pour la cantate « MARIE DES BRUMES » (« ΜΑΡΙΑ ΝΕΦΕΛΗ ») qu’elle a composée sur le poème scénique homonyme d’Odysseus Elytis, son poète de prédilection, prix Nobel de littérature. Pour cette œuvre, elle sollicite la collaboration du baryton grec Spyros Sakkas avec qui elle retravaillera quelques années plus tard pour « PAROLE DE JUILLET » (« ΙΟΥΛΙΟΥ ΛΟΓΟΣ ») en 1996, l’année de la mort d’Odysseus Elytis.

En 1992, elle compose sur des vers de la poétesse Sappho (7ème siècle a. J-C) et dont l’album « SAPPHO de MYTILENE » obtiendra à nouveau le Grand Prix du Disque. A ses côtés, une autre grande voix grecque , celle de Nena Venetsanou.

Pendant 15 ans, Angélique Ionatos sera artiste associée au Théâtre de Sartrouville. La plupart de ses créations y seront coproduites et présentées au Théâtre de la Ville à Paris, puis en tournée sur les scènes françaises et européennes accompagnée de grands musiciens d’horizon très différents.

En 1995, Mikis Théodorakis lui confie l’interprétation de son œuvre « MIA THALASSA », inédite jusqu’alors. Grâce à ce récital, elle fera une longue tournée au Canada et sera invitée à plusieurs reprises au Festival de Montréal et sur les scènes québequoises.

L’univers atypique et singulier d’Angélique Ionatos lui a valu des collaborations ponctuelles et des créations originales avec des musiciens du monde classique : le baryton Spyros Sakkas , le chef d’orchestre Alexandre Myrat, la violoncelliste Sonia Wieder-Atherton, la pianiste Edna Stern,ainsi qu’avec l’orchestre de la Haute Savoie avec laquelle elle a chanté les Folk Songs de Luciano Berrio et de Manuel de Falla.

En 1997, à l’invitation du Conseil Général des Alpes Maritines, elle compose un opéra pour le jeune public : « LA STATUE MERVEILLEUSE », d’après le conte « Le Prince Heureux » d’Oscar Wilde.

En 2004, création au Théâtre des Abbesses du spectacle théâtral « ALAS PA’VOLAR » sur des textes du journal de Frida Kahlo et sur une musique de Christian Boissel, mis en scène par Omar Porras. Enregistrement de l’album homonyme.

En 2005 elle crée « ATHENES-PARIS » au Théâtre du Châtelet ainsi qu’un nouveau spectacle « EROS Y MUERTE » où elle compose aussi en espagnol sur des poèmes de Pablo Neruda. Suivra l’enregistrement de l’album.

En 2007, elle entame une nouvelle et fructueuse collaboration avec la chanteuse et guitariste Katerina Fotinaki à qui elle demande de reprendre pour quelques représentations, Sappho de Mytilène, qu’elles donneront au Théâtre de Kelber Meleau à Lausanne.

Elles enregistreront ensemble l’album « COMME UN JARDIN LA NUIT ».

Suivi en 2009 de « ANATOLI »

Juin 2012, création d’un spectacle hommage à la Grèce » ET LES REVES PRENDRONT LEUR REVANCHE » créé dans le cadre « Chantiers d’ Europe » au Théâtre de la Ville, avec la collaboration du violoncelliste Gaspar Claus.

Juillet 2013 Festival d’Avignon

« Et les rêves prendront leur revanche » au Théâtre Le Petit Louvre.

2013/2014

Tournée « Et les rêves…. » « Anatoli »

Avril 2014

création théâtrale à la Passerelle de Limoges :

« Stabat Mater Furiosa » de Jean-Pierre Siméon

mise en scène Michel Bruzat

2014/2015 en préparation

un nouvel album (sortie prévue en Septembre 2015)

et deux nouvelles créations


ANGELIQUE IONATOS : EROS Y MUERTE

« Lorsque j’ai pris la décision de mélanger des chansons en trois différentes langues dans cet album, je savais que je prenais le risque que celui-ci ne paraisse hétéroclite. Mais, au fur et à mesure que j’avançais dans le travail de composition, je m’apercevais qu’un dialogue secret se mettait à exister entre les auteurs : c’est comme si Pablo Neruda arrivait à consoler le profond chagrin de Kostis Palamas grâce à ses lumineux sonnets d’amour et qu’Anna de Noailles, en s’appuyant si bien et si fort à la vie, réussissait enfin à laisser l’empreinte de son cœur innombrable sur cette noire « Journée d’Avril » de Kostas Karyotakis. Que quand l’un parlait d’amour, la mort se devinait en filigrane derrière sa passion, de la même manière que sous le lamento de Palamas pour son enfant mort, la vie reprenait ses droits en jetant au loin ses habits de deuil. Amour et mort. Le « miracle des voyelles » dont parle J.R. Caussimon dans la magnifique chanson mise en musique par Léo Ferré « La mort » : il semble que la mort est la sœur de l’amour.

Ces trois langues sont en réalité les trois strates de ma culture : le grec en tant que langue maternelle, le français en tant que langue d’adoption et quant à l’espagnol, elle est la première langue qui a fasciné l’enfant que j’étais. Je la chantais sans la comprendre pour imiter les chanteuses que j’écoutais sur les 33T que mon père marin ramenait de ses voyages en Amérique du Sud. C’était la langue du rêve ; sa musique ressemblait à celle du grec, mais comme je ne la comprenais pas je pouvais l’investir d’un sens imaginaire et totalement fantaisiste. Elle m’offrait la liberté. Le souvenir de cette liberté d’enfant m’a décidé d’être irrespectueuse. J’ai donc mélangé joyeusement les chansons sans tenir compte d’une éventuelle « cohérence linguistique ».

« SABRAS que no te amo y que te amo » ouvre l’album. Les cinq chansons en espagnol sont toutes composées sur les poèmes de P. Neruda extraits du recueil « Cien sonetos de amor » (La centaine amoureuse), tous dédiés à sa femme Mathilde. J’avais commencé à les composer il y a trois ans à l’occasion du spectacle (suivi du CD) « Alas pa’volar » et j’ai continué pour un hommage à Pablo Neruda en Mai 2004 créé à Montpellier.

Les chansons « ISSIHA KE SIGALA » (Doucement, tranquillement), « O MAVROS KAVALARIS » (Le Chevalier Noir) et « TO STERNO NANOURISMA » (La dernière berceuse), je les ai composées sur les poèmes de Kostis Palamas (notre Victor Hugo grec). Elles parlent de la mort de son jeune enfant. Les deux premières forment une suite musicale.

La chanson « MERA T’APRILI » (Jour d’Avril) parle de l’exécution d’un résistant grec Athanassios Diakos.

C’est à nouveau Kostis Palamas qui est l’auteur du texte « TAGIOKLIMA » (Le Chèvrefeuille). C’est un poème d’amour d’une magnifique tendresse, mais aussi d’un érotisme caché (à peine) où le poète voudrait être le chèvrefeuille qui grimpe et fleurit sous la fenêtre de sa bien aimée. K.Palamas écrivait en rimes et j’avoue ma grande frustration de ne pouvoir faire de même pour la traduction française, ce qui enlève une grande partie de la musicalité du texte original.

Anna de Noailles, et l’incandescence de son « EMPREINTE » m’ont offert un magnifique épilogue. Son arrogance, « le cri strident » de son désir de vivre, avaient beaucoup ému l’adolescente que j’étais lorsque j’ai lu pour la première fois ce poème. Il a vécu tout ce temps en moi, et a fini par trouver sa musique dans ma tête mais surtout dans mon cœur.
Angélique Ionatos

angelique-ionatos.com/




Spectacles et Musiques du Monde est un site de promotion des arts, spectacles, concerts et musiques du Monde. Nous vous proposons régulièrement des invitations gratuites à gagner sur notre site pour de nombreux concerts et spectacles.

Spectacles et musiques du monde - www.musiquesdumonde.fr © 2006-2021 Tous droits réservés

Nous contacter | Conception, Réalisation et Hébergement : Ziofix

Page d'accueil | ARTISTES | AGENDA 2021 | AGENDA 2022 | EVENEMENTS | REPORTAGES | CD-DVD-FILM | LIVRES | CONTACTS | ARCHIVES